La libération par Tupperware

Les réunions Tupperware sont-elles un moyen de véhiculer des idées et pratiques féministes ? C’est ce qu’ont découvert Catherine Achin et Delphine Naudier dans leur article « La libération par Tupperware ? Diffusion des idées et pratiques féministes dans de nouveaux espaces de sociabilité féminine », Clio, n°29, 2009, en réalisant une enquête d’histoire orale sur l’impact de Mai 68 auprès de femmes de tous milieux sociaux vivant dans une ville moyenne de province dans la décennie 1970.

Les réunions Tupperware sont caractéristiques : animées par une présentatrice, qui est engagée par l’entreprise Tupperware, au domicile d’une hôtesse, qui a invité des amies pour l’occasion, elles sont l’occasion de la présentation des nouveaux produits et de la vente de ces derniers. Si la réunion a pour objectif la vente des Tupperware, elle ne résume pas seulement à cela. La réunion consacrée à la vente des produits Tupperware, se double d’une réunion entre femmes, où celles-ci discutent de leurs maris, de leurs enfants… Au cours de la décennie 70, ces réunions sont donc l’occasion, pour les participantes, de comparer leurs conditions de vie avec les autres femmes présentes, mais également avec les présentatrices Tupperware.

Les présentatrices Tupperware qui exposent les produits chez une « hôtesse » sont pour la plupart des femmes mariées issues des classes moyenne ou populaire, souvent sans diplômes élevés. Leur emploi, leur a ouvert les voies de l’autonomie financière et lors des réunions, elles « contribuent à construire la norme d’un modèle féminin indépendant et maîtresse de sa fécondité ». Elles se font les propagatrices d’idées féministes. Donnant des conseils, diffusant des informations sur la contraception, le divorce,  sur la possibilité d’exercer une activité professionnelle pour les femmes, etc., elles ont un rôle émancipateur auprès des femmes qui assistent à leurs réunions.

Par leur biais, la réunion fonctionne comme un espace de prise de parole, une soupape à l’abri de la cellule conjugale et familiale. Elle est souvent, bien que non politisée, « le lieu de la première expérience de « groupe de femmes »». Par là, elles permettent à certaines femmes, de transgresser progressivement les rapports sociaux de sexe, et fonctionnent comme de véritables espaces de socialisation féminine, qui diffusaient les normes d’autonomie et d’émancipation auprès des femmes issues de milieu modeste.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search