Comment enquêter sur la sexualité ?

Pour compléter notre note de lecture sur Sociologie de la sexualité de Michel Bozon, nous proposons de revenir, à partir du site compagnon de l’ouvrage Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé de Nathalie Bajos et Michel Bozon dans, (la Découverte, 2006), sur les conditions dans lesquelles, on mène une enquête sur la sexualité.

L’enquête sur le « Contexte de la Sexualité en France » (enquête CSF) a été réalisée en 2006 par l’INSERM et l’INED, sous la responsabilité scientifique de Nathalie Bajos et Michel Bozon. Il s’agit de la troisième enquête nationale sur les comportements sexuels en France. Elle a été menée auprès d’un échantillon aléatoire de la population âgée de 18 à 69 ans. Au total, 12 364 individus ont été interrogés. Il s’agit d’une enquête téléphonique, pour laquelle on peut noter le fort taux de participation à l’enquête (74,6%), le faible taux d’abandon en cours d’enquête (3,6%), le taux élevé de satisfaction des enquêtés (90% d’entre eux se sont déclarés intéressés par l’enquête).

Ainsi qu’on peut le lire sur le site compagnon, un souci méthodologique a accompagné la conception et la passation du questionnaire, afin de garantir la fiabilité des réponses. On touche en effet à un domaine, où la prégnance des idées sur ce que la sexualité devrait être et la réticence à dévoiler des pratiques de l’intime, risque d’orienter les réponses.

Nombre de précautions ont ainsi été prises pour permettre d’obtenir des réponses fiables, c’est-à-dire des réponses qui reflètent les pratiques et opinions des personnes interrogées et non celles qu’elles pensent socialement valorisantes. A ce propos, on peut lire l’article de André Béjin, sur la masturbation féminine (« La masturbation féminine : un exemple d’estimation et d’analyse de la sous-déclaration d’ une pratique », Population, n°48, 1993, p 1437-1450)[1],qui illustre combien certaines enquêtes sont plus délicates à aborder et à exploiter que d’autres.

Afin de se prémunir contre les fausses-déclarations, les précautions suivantes ont été mises en œuvre :

► d’un point de vue juridique et éthique, l’anonymat d’une enquête est obligatoire, mais c’est aussi une condition fondamentale pour que les personnes se sentent véritablement en confiance.

► la lettre-annonce de l’Inserm indiquait qu’il s’agissait d’une recherche scientifique ayant pour objectif d’aider à mieux définir la prévention. Nombre de personnes sollicitées ont ainsi accepté de contribuer à une entreprise qu’elles percevaient comme utile et compris l’enjeu de donner des réponses précises.

► les enquêteurs ont tous été formés aux enjeux scientifiques et éthiques de cette recherche par les chercheurs de l’équipe eux-mêmes.

► il était demandé à la personne interrogée de bien vouloir s’isoler pour répondre à l’enquête et aucune réponse ne pouvait être interprétable par une tierce personne éventuellement présente au moment de l’entretien (exemple de réponse: d’accord /…pas du tout d’accord, oui/non/ je ne sais pas, 0/1/2/3 ou plus, etc.).

Pour en savoir plus :

  • Le site de l’enquête, où l’on trouve une vidéo rappelant les enjeux méthodologiques de l’enquête : comment interroger des personnes âgées en institution, comment interroger des jeunes mineurs ?
  • Un article de Michel Bozon « Le filtre des médias ou la réception d’une enquête sur la sexualité » permet de revenir sur la réception qui a été faite dans la presse à l’enquête : quels sont les thèmes repris et omis dans les recensions ? Comment l’enquête transparait-elle dans la presse ? Il apparaît que si les chiffres sont repris, la manière dont ils sont construits ou les interprétations qui en sont données ne sont pas mentionnées. Etudier la réception d’une enquête sur la sexualité apprend énormément sur la façon dont la société vit la sexualité, sur la mise en scène médiatique de la sexualité.
  • On notera également, que dans le Repères de Maryse Jaspard consacré à la Sociologie des comportements sexuels (La Découverte, 2005), le chapitre IV est consacré à l’observation statistique de la sexualité.


[1] dont Baptiste Coulmont fait le compte-rendu.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Une réflexion sur « Comment enquêter sur la sexualité ? »

  1. Merci de la pub !
    Précisons tout de même que l’article de Béjin est une rareté, rendue possible car un “filtre” n’avait pas été créé (le questionnaire demandait à toutes les femmes si elles parvenait à l’orgasme en se masturbant… et pas seulement à celles qui répondaient “oui” à la question sur la masturbation).
    Si j’avais à construire un questionnaire, je “piègerais” plus souvent les enquêtés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.