Le bonheur et sa déclinaison

“Un menuisier aime sa femme, ses enfants et la nature. Puis il rencontre une autre femme, une postière, qui ajoute du bonheur à son bonheur. Toujours très amoureux de sa femme, il ne veut pas se priver, ni se cacher, ni mentir. Un jour de pique-nique en Ile-de-France, tout n’est pas si simple…” Tel est le synopsis du film Le Bonheur, d’Agnès Varda.  À sa sortie en 1965, le film a été interdit aux mineurs et qualifié de « superbement choquant » par un critique. Quatre ans avant Mai 68, il fallait oser des propos aussi déconnectés de toute idée de remords et d’adultère.

Mais là n’est pas aujourd’hui notre intérêt. Nous voudrions attirer l’attention sur un supplément proposé au film Le Bonheur, un mini-documentaire « Le Bonheur ? Réponses des Fontenaisiens ». En effet les réponses des Fontenaisiens et leur dispersion sociale sont à  rapprocher du travail de Travailler pour être heureux ? de Christian Baudelot et Michel Gollac (Fayard, 2003).

Dans leur ouvrage, Baudelot et Gollac montrent combien la définition de ce qui contribue à faire le bonheur des individus est dépendant de leurs conditions sociales d’existence.  A la question « qu’est-ce qui pour vous est le plus important pour être heureux ? », si nombreux sont les individus, pour qui le travail est cité en premier comme participant de leur bonheur, les termes pour en parler différent grandement selon la catégorie sociale d’appartenance des individus.

Il n’est pas indifférent de parler de son travail en termes de boulot (quart inférieur droit du graphique), de travail sous les expressions “avoir du travail”, ou à l’inverse de métier, de profession, d’activité.  Ces derniers usages sont plus fréquents parmi les catégories les plus riches et les plus diplômées.

qui-evoque-le-travail-ou-ses-synonymes
Tableau extrait du numéro Insee Première "Faut-il travailler pour être heureux?", Baudelot, Gollac, 1997, p 3

Dans le documentaire d’Agnès Varda,  la question posée aux Fontenaisiens “qu’est-ce pour vous le bonheur ?” laisse apparaître les mêmes variations que le travail de Baudelot et Gollac. Ce sont les individus de classes populaires qui disent que ce qui contribue le plus à leur bonheur est d’avoir du travail, de ne pas être au chômage. L’employé municipal qui est en train de balayer le cimetière répond “avoir du travail”, “avoir des sous”.  Un jeune  en combinaison de moto, bleue, décorée de nombreux écussons aux marques très apparentes, dit “avoir beaucoup de tunes”, un autre employé “ne pas penser au lendemain”. Beaucoup plus fréquemment chez les femmes, le bonheur est associé chez ces Fontenaisiens, à l’amour, à la famille.

Pour en savoir plus :

Un numéro d’Insee première “Faut-il travailler pour être heureux?” (Baudelot, Gollac,  1997)

– Une conférence donnée à l’ENS-LSH

– Un dossier du Café pédagogique


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Une réflexion sur « Le bonheur et sa déclinaison »

  1. Il y a aussi un travail similaire de Jean Rouch et d’Edgar Morin “Chronique d’un été” où ils arrêtent des Parisiens dans la rue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search