Le niveau des élèves en question

Extrait me semble-t-il particulièrement intéressant tiré d’un article de François Dubet, “Pourquoi ne croit-on pas les sociologues ?”, Education et sociétés, 2002, n°9 à propos de la question lancinante “Le niveau baisse-t-il?”, “Les élèves sont-ils de moins en moins bons”. François Dubet nous rappelle qu’il faut faire attention aux a-priori et à la rapidité de la conclusion.

“Quand, mesures scientifiques et comparaisons historiques à l’appui, vous expliquez à un public de professeurs que le niveau des élèves n’a pas baissé, en général une partie de l’auditoire s’agite, grommèle et proteste devant cette affirmation pourtant étayée par des faits simples : 50% d’une classe d’âge obtenait le certificat d’études primaires en 1950, alors que 65% obtient le baccalauréat en 2000; ou bien encore, le taux des bacheliers du début des années 1960 était à peine supérieur à celui des élèves en classe préparatoire aujourd’hui… Cependant, si la plupart des professeurs résistent à des faits aussi forts, c’est que du point de vue où ils se placent dans le système, le niveau a baissé, bien que celui des élèves monte en général. Le professeur d’une classe de seconde recevant les 20% des meilleurs élèves d’une classe d’âge en 1975 et qui en accueille aujourd’hui plus de 50%, a bien vu que tous ces nouveaux élèves étaient plus faibles que ceux qu’il recevait jusque-là. Le fait que ces nouveaux élèves soient bien meilleurs que leurs aînés qui n’entraient tout simplement pas en seconde, ne peut pas le convaincre car il voit bien arriver des élèves plus faibles et n’en démord pas. Il croit ce qu’il voit et pour lui, le niveau baisse objectivement. Le même phénomène général de glissement explique le sentiment de chute du niveau observé chez les plus anciens des professeurs des lycées professionnels. Alors qu’ils ont longtemps reçu l’élite des élèves de la classe ouvrière, ils en accueillent aujourd’hui les élèves les plus faibles, ceux qui n’étaient pas scolarisés au-delà de l’école élémentaire, leurs anciens élèves étant “montés” vers les secondes générales dont ils ont fait “baisser” le niveau. Aussi sont-ils fondés à dire que si le niveau général d’une classe d’âge s’est élevé, ce n’est certainement pas le cas de celui de leurs élèves”

Toujours dans le même article, Dubet présente un autre point sur lequel les enseignants ne croient pas les sociologues : les vertus du redoublement.

“Les professeurs croient dans les vertus du redoublement alors que les études sur ce problème tendent à démontrer le contraire (Paul 1996). Là encore, les opinions des professeurs apparaissent rationnelles car, dans la plupart des cas, l’élève redoublant sera un peu meilleur durant son année de redoublement. La vertu du redoublement paraît donc s’imposer comme un mélange d’observation et de bon sens puisqu’on compare le même élève dans la même classe. Le chercheur procède tout autrement en comparant deux élèves “théoriques” identiques dont l’un a redoublé, l’autre pas, il montre que le second s’en tire mieux que le premier, sans compter l’effet de stigmatisation du redoublement. Le chercheur a incontestablement raison, mais l’acteur, lui, n’a pas tort de ne pas en démordre puisqu’il voit bien “son”redoublant progresser alors qu’il ne peut le comparer à rien et notamment aux progrès réalisés s’il n’avait pas redoublé.”


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.