Donner et prendre. La coopération en entreprise

Donner et prendre. La coopération en entreprise, un ouvrage de Norbert Alter (La Découverte, coll. “textes à l’appui / bibliothèque du mauss”, 2009)

Le titre de cet ouvrage résume bien sa thèse : la coopération en entreprise n’a rien de désintéressée, un don n’est jamais gratuit mais oblige la personne qui a reçu. Le don, en effet, ne se réduit pas à l’altruisme, mais est au contraire un moyen stratégique sans pareil pour obtenir une chose dans le monde du travail. Cela ne veut cependant pas dire qu’il se réduit à une pure logique marchande. Si Norbert Alter est un spécialiste de l’étude du fonctionnement des entreprises, on pourrait étendre sa problématique à tout univers social, par exemple dans la famille. Cet ouvrage publié dans la collection « bibliothèque du MAUSS » s’inscrit parfaitement dans sa filiation, en faisant du don un rouage essentiel du bon fonctionnement des entreprises, déterminant le degré de coopération entre les salariés.

Le premier chapitre de l’ouvrage s’intitule « Coopérer, c’est donner ». L’auteur repart de Marcel Mauss et de son Essai sur le don en réaffirmant la part « primitive », c’est à dire sociale de tout échange. Les relations de travail ne sont ainsi pas toutes régies par des contrats, mais par la coopération, l’échange de type don-contre don, dans lequel il faut donner, recevoir et rendre. Cependant, Norbert Alter va plus loin et montre que ces échanges coopératifs s’appuient sur les sentiments qu’ils provoquent chez les salariés, cela quel que soit leur position hiérarchique dans l’entreprise. La coopération repose donc sur une rationalité qui n’a rien à voir avec la rationalité économique, puisqu’il s’agit justement de ne pas viser la maximisation de son gain personnel, mais d’aider les autres en prenant du temps à soi. Pourtant comme le montre l’auteur, les personnes qui aident leurs collègues ne le font pas toujours de bonne humeur. Ils n’hésitent pas à signifier que rendre service ne les « amuse pas ». Néanmoins, ils affirment de façon apparemment incohérente qu’ils sont prêts à rendre service du moment qu’on leur demande bien. Il s’agit en réalité d’un moyen pour rendre les personnes aidées « endettées » vis-à-vis du collègue ayant rendu service. De plus, signifier le peu de liberté et la quantité de travail en attente permet au donateur d’accroître l’importance de son service et ainsi de lui conférer un prestige auprès de ses collègues. L’échange peut être verbal, notamment quand il s’agit d’expliquer le fonctionnement d’une machine, d’un logiciel. Ces échanges sont d’autant plus importants qu’ils ne sont pas codifiés et donc transmis uniquement par les anciens de l’entreprise ou les personnes spécialisées.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.