Sexualité et maternité des adolescentes. Voix anglaises et écossaises

Sexualité et maternité des adolescentes. Voix anglaises et écossaises
Un ouvrage de Fabienne Portier-Le Coq (Presses universitaires de Rennes, 2009)

Les adolescents britanniques, par comparaison aux adolescents de l’Europe de l’Ouest, ont le taux le plus élevé de grossesses adolescentes de l’Union Européenne. De plus, le Royaume-Uni est le seul pays d’Europe à ne pas avoir vu les taux de conception baisser en trente ans. C’est pourquoi les taux de fécondité chez les adolescentes sont perçus comme fortement problématiques. Si la stigmatisation de la maternité monoparentale a considérablement diminué ces dernières décennies, force est de constater qu’il n’en est pas de même pour les maternités adolescentes. Ce qui est en jeu est la détermination de l’âge auquel il serait approprié pour une femme d’avoir des enfants. La maternité précoce est souvent envisagée comme un problème social et un problème de santé publique, à tel point que dans les années 1990 les politiques gouvernementales britanniques ont accordé une telle importance aux grossesses et à la maternité adolescente, que cet intérêt a éclipsé de l’agenda les problèmes liés à la monoparentalité. En 1992 dans un Livre Blanc intitulé The Health of the Nation, le ministère de la Santé a identifié la santé sexuelle (aux côtés du sida) comme l’un des cinq objectifs prioritaires de son programme et visait à réduire de moitié le taux de conception chez les adolescentes de moins de seize ans d’ici l’an 2000 [1]. Le quatrième chapitre revient de façon approfondie sur les politiques gouvernementales s’attachant à la maternité adolescente.

Lire la suite de cette note de lecture dans Liens Socio


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.