Faire la grève de la faim, conférence ce soir à l’ENS-LSH à 18h

Rejoignez-nous ce soir à l’Ens-Lsh à partir de 18h en salle F112

Nous accueillons Johanna Siméant qui vient nous parler de la grève de la faim

Bien que ce mode d’action se soit répandu au XXe siècle, le recours à la grève de la faim reste encore mal connu. Cette conférence reviendra sur les origines de cette pratique protestataire, sur la diversité de ses formes, et sur les différentes dimensions de sens qu’elle charrie : convocation d’un public, honte jetée sur l’adversaire, montée aux extrêmes et mise à l’épreuve de l’engagement du gréviste…

Johanna Siméant est professeure de science politique à l’Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne, chercheuse au Centre de recherches politiques de la Sorbonne (CRPS) et membre de l’Institut universitaire de France. Ses domaines de recherche couvrent la sociologie du militantisme, de l’engagement humanitaire et des mobilisations transnationales. Elle est notamment l’auteur de La cause des sans-papiers (Presses de Sciences Po, 1998) et, avec Pascal Dauvin, Le travail humanitaire. Les acteurs des ONG, entre siège et terrain (Presses de Sciences Po, 2002). Elle vient de publier Faire la grève de la faim (Presses de Sciences Po, 2009).

Cette conférence inaugure le cycle de conférences “Au fil du travail des sciences sociales” au cours duquel nous recevrons

– le  jeudi 17 décembre 2009 à 18h en salle F005, Pascale Trompette, “Le marché des défunts”

Le secteur des pompes funèbres français est entré dans la sphère du marché concurrentiel depuis la loi Sueur de 1993, après deux siècles de monopole réglementé. Il constitue en cela un cas exemplaire, qui permet d’analyser les processus de construction historique et politique de création d’un service public concurrentiel dans un domaine aux enjeux civiques et sociaux forts, entre État, Eglise et entrepreneurs privés. Contribution au renouvellement de la sociologie économique contemporaine, le travail de Pascale Trompette analyse le fonctionnement concret de ce marché à travers l’étude des pratiques concurrentielles, des règles de régulation et de la relation de service dans un domaine marqué par le poids du sacré et le rapport à l’intime.

Pascale Trompette est directrice de recherches en sociologie au CNRS, et membre du laboratoire Pacte Politique-Organisations à l’Université de Grenoble. Elle a publié Le marché des défunts en 2008 aux Presses de Sciences Po.

– le 21 janvier Michel Bozon, “Les usages sociaux de enquêtes sur la sexualité”

Michel Bozon a dirigé, avec Nathalie Bajos (Inserm) et Nathalie Beltzer (ORS Ile-de-France), l’enquête sur le « Contexte de la Sexualité en France » (CSF). Il s’agit de la troisième enquête nationale sur les comportements sexuels en France, après l’enquête Simon en 1970 et l’enquête « Analyse des Comportements Sexuels en France » (ACSF) en 1992. Michel Bozon en présentera les enjeux méthodologiques et sociologiques, ainsi que les principaux résultats.

Michel Bozon est sociologue et démographe. Il est directeur de recherches à l’Institut national d’études démographiques (INED). Après des travaux consacrés aux logiques sociales de la formation des couples, ses recherches portent depuis plusieurs années sur les pratiques sexuelles. Il est notamment l’auteur de Sociologie de la sexualité (Armand Colin, 2002), La formation du couple (La Découverte, 2006), et Enquête sur la sexualité en France (Armand Colin, 2008).

– le jeudi 4 février 2010 à 18h en salle F008,  Jean-Pierre Poulain, “L’obésité, un objet pour les sciences sociales ?”

L’obésité n’a cessé ces dernières années de mobiliser le milieu médical, de questionner les différentes instances scientifiques, d’interpeller le monde politique et de faire à intervalles réguliers les grands titres des médias. Quels peuvent être les apports des sciences sociales à la compréhension et à la prise en charge de ce sujet devenu « de société » ? Les dimensions sociales de l’obésité ne se réduisent pas à ses déterminants sociaux, et il convient donc de prendre en compte les controverses scientifiques qui traversent cette question afin de mettre au jour les jeux de concurrence entre acteurs du système médical, de l’agro-alimentaire, de l’industrie pharmaceutique, des médias et des différents ministères concernés.

Jean-Pierre Poulain est professeur de sociologie à l’Université de Toulouse Le Mirail. Il est notamment l’auteur de Sociologies de l’alimentation (Puf, 2002), et récemment de Sociologie de l’obésité (Puf, 2009).

– le jeudi 11 mars 2010 à 18h en salle F008, Nicolas Duvoux, “L’autonomie des assistés”

L’idée d’une « autonomie des assistés » peut sembler paradoxale, voire provocatrice, puisqu’elle accole une condition stigmatisée, celle d’« assisté », et une valeur reconnue et centrale dans les sociétés modernes avancées : « l’autonomie ». Le paradoxe n’est cependant qu’apparent. S’interroger sur l’autonomie des assistés revient simplement à se défaire de la prénotion selon laquelle les assistés sont passifs et dépendants, pour se demander comment des individus qui reçoivent une assistance de la part de la collectivité parviennent à faire face au stigmate et à la pauvreté. A partir d’une
enquête menée auprès d’allocataires du RMI interrogés en île-de-France dans les années 2000, Nicolas Duvoux restitue le sens que les individus donnent à la norme institutionnelle d’autonomie à laquelle ils sont soumis dans un contexte de précarité matérielle et de vulnérabilité sociale.

Nicolas Duvoux est maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Descartes, et membre du CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux, Paris Descartes / CNRS). Il est également rédacteur en chef du site « La vie des idées » et membre du comité de rédaction de la revue Sociologie. Il a notamment publié La régulation des pauvres (Puf, 2008) avec Serge Paugam, et L’autonomie des assistés. Sociologie des politiques d’insertion (Puf, 2009)


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.