L’animal familier, une consommation ostentatoire ?

Bref détour par un article de la Revue Française de sociologie, de 1992, de Nicolas Herpin et Daniel Verger, “Sont-ils devenus fous? La passion des Français pour les animaux familiers “

“Dans les grandes villes, où les cadres sont concentrés, le chien est inapte à rendre la plupart des services traditionnels (chasse, gardiennage, etc.); il est coûteux en argent et en temps passé à s’en occuper mais aussi particulièrement encombrant dans les logements privés, moins spacieux qu’à la campagne (Tableau III). L’obligation faite au maître de sortir cet animal entraîne un second type d’encombrement, cette fois-ci collectif, celui des voies publiques et de leur dégradation. Les municipalités supportent des coûts supplémentaires pour entretenir les trottoirs. Aux dépenses privées s’ajoutent celles des services publics. Le chien en ville, tout comme le chien urbain en « vacances » dénoncé par les ruraux (Bozon, Chamboredon et Fabiáni, 1981), est un type de possession particulièrement provocateur à l’égard de l’entourage et notamment à l’égard de ceux qui n’en ont pas. La visibilité de cet équipement vivant et le gaspillage qu’implique son entretien ne suffisent-ils pas à faire de cet animal un support particulièrement adapté à la consommation ostentatoire?
Les riches se montrent sélectifs dans le choix de leur entourage. L’animal de race convient mieux pour étaler sa fortune. Comme Héran (1988, Ethnologie française, “Comme chiens et chats, structures et genèses d’un conflit culturel”) le rappelle à juste titre : «Aux yeux de Veblen, le chien est une illustration extrême de l’alchimie sociale du jugement de goût qui porte à trouver beau tout ce qui est cher». A la différence des bâtards le plus souvent offerts, les animaux de race sont prioritairement acquis dans le commerce à des prix relativement élevés

Le chien de race séduit les riches mais aussi les intellectuels. Le chien de race suscite l’admiration ou l’envie de la tribu des cynophiles. Ces espèces ne sont donc considérées comme le support d’une consommation ostentatoire qu’à l’intérieur d’un cercle restreint. Il faut être convaincu de la valeur des chiens pour que la possession d’animaux racés devienne une source de prestige. Comme l’a montré Paul Veyne (1982) à propos de l’évergétisme, le gaspillage ne suscite de l’admiration que lorsqu’il s’adresse à des croyants.

L’élégante n’a que faire de l’hommage de la rue; elle se garde de porter ses «beaux bijoux» dans les transports en commun. Il en est de même de l’animal domestique qui n’est vraiment en situation de produire son effet maximum que dans des lieux choisis. De ce point de vue, le chat de race convient encore mieux au snobisme de petit groupe que le chien de race car c’est un animal séquestré. Le chat de race, en effet, est rare; son taux de possession est cinq fois plus faible que celui des chiens de race (13% chez les ailurophiles contre 69 % chez les cynophiles ). De plus, les siamois, les chartreux et les persans bleus se concentrent en haut de la hiérarchie sociale dans les foyers les plus riches des grandes villes qui jouent traditionnellement un rôle d’avant-garde dans la formation des goûts collectifs.”


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search