La suite des idées parle de l’école

“Faits d’école” La suite dans les idées, sur France Culture, mardi 26 aout 2008.

Une émission avec François Dubet qui fait paraître en septembre 2008 un livre Faits d’école , Patrick Rayou co-auteur avec Dominique Gelin et Luc Ria de Devenir enseignant. Parcours et formation (Armand Colin 2007), avec Isabelle Danic et Julie Delalande de Enquêter auprès d’enfants et de jeunes. Objets, méthodes et terrains en sciences sociales (Rennes : PUR, Didact Education, 2006) et avec Agnès van Zanten de Enquête sur les nouveaux enseignants. Changeront-ils l’école ? (Paris : Bayard 2004) et Pierre Merle auteur notamment de L’élève humilié et Les notes. Secrets de fabrication aux PUF. Il vient de publier une bibliographie : Robert Merle. Une vie de passions (Ed. de l’Aube)

La sociologie de l’école fait partie du noyau central de la sociologie française, aussi est-elle régulièrement mise sur le devant de la scène médiatique, comme c’est le cas avec cette émission de radio. Les travaux de Bourdieu et Passeron ont marqué ce champ, mais comme le rappelle François Dubet, la sociologie de l’école ne peut pas se limiter au point de vue selon lequel « la société ne fait pas tout et que l’école joue elle-même un rôle dans la production des inégalités ». Il a été lui-même à l’initiative d’un changement de point de vue sur l’école, changement essentiel car il concerne à la fois le regard des sociologues et des acteurs de l’école. Dubet fut un des premiers en France à prendre en compte l’effet propre des établissements sur la trajectoire des élèves, mais cependant les véritables précurseurs en la matière se trouvent du coté de la sociologie de langue anglaise (rapport Coleman). Il reconnaît que la sociologie de l’école des années 1970 et 1980 a produit des résultats que la communauté scientifique considère aujourd’hui comme des acquis. Continuer la lecture de La suite des idées parle de l’école

Observer le travail

Observer le travail, un ouvrage sous la direction de Anne-Marie Arborio, Yves Cohen, Pierre Fournier, Nicolas Hatzfeld, Cédric Lomba et Séverin Muller (La Découverte, coll. “Recherches”, 2008)

Pour comprendre la nature de cet ouvrage collectif, il faut accorder toute son attention au sous-titre “Histoire, ethnographie, approches combinées”. On peut en effet lire l’intégralité de l’ouvrage sous la problématique suivante : comment l’histoire, l’ethnographie secondent-elles l’approche sociologique ? Toutes les contributions offrent un éclairage positif sur la question de la complémentarité des disciplines. L’ouvrage n’est donc pas un ouvrage de sociologie du travail classique, comme aurait pu le faire penser le titre, mais offre une plongée différente dans le travail selon les expériences de chacun de ses nombreux contributeurs. Il est constitué de trois parties dont nous rendrons compte par le choix, chaque fois, d’un article en particulier.

Lire la suite de cette note de lecture dans Liens Socio

Sociologie de la vieillesse et du vieillissement

Sociologie de la vieillesse et du vieillissement. Un ouvrage de Vincent Caradec (Armand Colin, coll. “128”, 2008)

« La vieillesse n’est-elle qu’un mot ? » aurait pu se demander Pierre Bourdieu1. La vieillesse est, en effet, difficile à définir, tant se recouvrent ou s’opposent une série de termes, tous sources d’enjeux : personnes âgées, vieillards, troisième âge, quatrième âge, aînés, retraités, seniors, etc. Il n’est guère simple de déterminer le seuil d’entrée dans la période de la vie communément appelée vieillesse. Justement, c’est là que dans le sens commun, le bât blesse, ou qu’il y matière à « prénotions », comme l’aurait écrit Durkheim [2],. Si la catégorie statistique des « personnes âgées » fixe le seuil à 60 ans, bien des sexagénaires refuseraient un tel classement. Une seule certitude pour commencer, la vieillesse s’est profondément transformée. Désormais, elle est devenue pour tous, bien qu’avec de profondes inégalités, une étape normale de l’existence. Les systèmes de sécurité sociale associés aux progrès considérables de la médecine ont permis d’augmenter la durée de la retraite. Alors qu’en 1950 un homme partant en retraite à 65 pouvait espérer vivre une douzaine d’années, aujourd’hui l’espérance de vie à 60 ans est supérieure à vingt ans pour les hommes et à vingt cinq pour les femmes. Ce constat simple a cependant des conséquences nettement plus complexes au niveau de l’identité sociale, de l’intégration, des comportements sociaux de ces nouvelles catégories de population. Parallèlement à cette évolution, le regard sociologique a changé. La part croissante de la population âgée et sa désignation comme cible des politiques publiques, dès les années 1960 avec le rapport Laroque en particulier, ont attiré l’attention sur ce groupe, suscitant les contributions des sociologues et la mise en place de programmes d’étude. La théorie sociologique s’est également pluralisée, l’appartenance de classe n’étant plus considérée comme omnisciente et totalisante. Les travaux se sont davantage centrés sur les vécus individuels du vieillissement. Ainsi, on ne parle plus de la vieillesse comme d’un état mais comme d’un processus.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

  1. « La jeunesse n’est qu’un mot », entretien avec Anne-Marie Métailié, paru dans Les jeunes et le premier emploi, Paris, Association des Ages, 1978, pp. 520-530, et repris dans Questions de sociologie, Éditions de Minuit, 1984. Ed. 1992 pp.143-154. []

Verbaliser le client. Les contrôleurs du métro

Verbaliser le client. Les contrôleurs du métro. Un ouvrage d’Eleonora Elguezabal (Aux lieux d’être, décembre 2007 ; 178 p., 12,50 €)

Contrôleurs, un métier valorisant ? Cette question peut sembler saugrenue du point de vue des clients. Cependant leur rôle au sein de la RATP a effectivement changé, suivant l’évolution des objectifs de l’entreprise, portée davantage vers la rentabilité et la qualité du service, que vers l’extension des lignes et leurs fréquences. Cette évolution est liée au désengagement de l’Etat dans le financement et la gestion de l’entreprise publique. Ainsi, la répression, qui représente une source de revenu non négligeable mais dont la contrepartie est l’augmentation des accidents du travail, est préférée à la présence continue d’agents aux entrées, plus coûteuse pour l’entreprise. L’enquête d’Eleanore Elguezabal repose sur un travail ethnographique articulant cette évolution des logiques du contrôle au niveau de la direction avec les pratiques quotidiennes des agents de terrain. Son approche permet d’appréhender les multiples facettes d’un métier au fonctionnement et pratiques complexes, et dont la prise en compte des dimensions interactionnistes permet de mieux en comprendre la vision positive qu’en ont les contrôleurs. En effet, ces agents ont une position subalterne mais ils bénéficient également d’avantages salariaux (liés pour une part au nombre d’amendes récoltées) et d’avancement de carrière. Ils proviennent soit des équipes présentes dans les stations, des guichets par exemple, soit sont spécialisés dans le contrôle.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Les universitaires

Les universitaires. Un ouvrage de Christine Musselin (La Découverte, coll. “Repères”, 2008, 119 p.)

On vient de parler beaucoup de l’opacité du recrutement des enseignants-chercheurs à l’université, à la suite de la publication d’une étude en montrant le « localisme »1. Parallèlement, la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) vise à modifier les bases de ce mode de recrutement, notamment en donnant plus d’initiative et donc de pouvoir aux présidents d’université. D’un point de vue diachronique, l’université et son personnel enseignant ont connu des bouleversements importants liés, en partie, à la massification de leur public. Ainsi, le nombre d’enseignants du supérieur est passé de 8131 représentant 0,03% de la population active en 1960 à 89400 en 2005, soit 0,4% de la population active. Cette évolution structurelle se double d’une évolution professionnelle, concernant les enjeux et contraintes de l’exercice de cette activité. L’ouvrage propose de comparer le cas français aux cas allemand et américain de façon à en montrer les points communs et les divergences.

Lire la suite de cette note de lecture dans Liens Socio

  1. Godechot Olivier, Louvet Alexandre, 2008, « Le localisme dans le monde académique : un essai d’évaluation », La vie des idées : http://www.laviedesidees.fr/Le-localisme-dans-le-monde.html. []

Communication et médiatisation de l’Etat

Communication et médiatisation de l’Etat. Un ouvrage dirigé par Dominique Marchetti (Presses Universitaires de Grenoble, février 2008, 197 p., 21 €)

Les liens entre la politique et les médias nous apparaissent tous les jours. En effet, l’évolution du champ politique se caractérise par une médiatisation et une personnalisation croissante. Pourtant le caractère évident et récurrent des discours montrant les liens entre la propagande politique et les médias a pour effet de masquer les interrelations des champs politique et journalistique prenant une dimension apparemment neutre et dépolitisée. Il ne s’agit pas dans cet ouvrage d’évoquer « l’Etat spectacle », ni de faire une étude supplémentaire sur la communication politique la plus visible mais bien de travailler à partir d’activités étatiques de communication les plus routinières : une politique publique, des renseignements pratiques sur les conditions de circulation, etc. Le thème de la sécurité routière est transversal à l’ouvrage et permet d’aborder le travail de communication d’agents de l’Etat qui, sans être des communicants, sont amenés à promouvoir leur action auprès des médias locaux.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

La République et ses territoires. La circulation invisible des richesses

La République et ses territoires. La circulation invisible des richesses. Un ouvrage de Laurent Davezies (Seuil, coll. “La République des idées”, 2008, 10,50€)

La mondialisation creuse t-elle les inégalités économiques et sociales entre les régions françaises ? Les régions performantes au niveau économique le sont-elles également dans les questions de redistribution et de qualité des biens publics fournis ? Les villes ont-elles éclipsées définitivement les zones rurales et périphériques de l’espace économique national ? Voici un panorama des questions abordées dans cet ouvrage et dont les réponses rompent avec des positions obsolètes qui sont pourtant largement diffusées. Ce résultat est obtenu grâce à une analyse mobilisant à la fois des conceptions géographiques, sociales et économiques. L’auteur compare ainsi les résultats des territoires en utilisant les notions de croissance et de développement. Ces conclusions sont étonnantes puisqu’il ressort que le niveau de développement et la croissance des régions françaises ne sont pas corrélés. Dit autrement : « Les lieux de la croissance ne sont plus nécessairement ceux du bien être : ils ne sont plus les plus attractifs du point de vue des choix de résidence, ni ceux qui luttent le plus efficacement contre la pauvreté, ni ceux ou le revenu par habitant progresse le plus vite ».

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio