Le commerce équitable dans la France contemporaine. Idéologies et pratiques

Le commerce équitable dans la France contemporaine. Idéologies et pratiques.  Un ouvrage de Virginie Diaz Pedregal (L’Harmattan, coll. “Logiques sociales”, 2007, 268 p.)

Le commerce équitable, aujourd’hui tout le monde croit savoir ce que c’est. Plus précisément, trois Français sur quatre en ont “delà entendu parler” selon un sondage réalisé par l’IPSOS en 2006. Cette récente popularité, qui doit beaucoup au travail de médiatisation d’acteurs différents (journalistes, militants, politiques), ne doit pas nous faire oublier le cheminement historique de ce mouvement. En effet, Virginie Diaz Pedregal rappelle en introduction de son ouvrage que la logique du “fair trade”, reposant sur l’idée de rendre plus juste les échanges internationaux par la mise en place de nouvelles règles d’échange en rupture avec celles de l’économie dominante, existe depuis les années 1940. On remarquera que cet objectif est également un des point central des groupes altermondialistes, ceux là même ayant connu une visibilité croissante sur les questions touchant à la mondialisation et à ses effets sur les rapports Nord-Sud. Dans ce contexte la popularité du commerce équitable est liée sa logique : “agir local, penser global”, met au centre de son action la volonté des consommateurs souhaitant rompre avec la logique prédatrice du commerce Nord-Sud. Néanmoins il ne rompt pas totalement avec la logique du marché, mais introduit celle de réciprocité, de don. Son action porte sur le partage de la valeur ajoutée, ménageant une part plus grande aux producteurs. L’intérêt de cet ouvrage est alors de donner à comprendre le processus de construction et les enjeux multiples du commerce équitable qui, on s’en doutait, ne se réduisent pas aux images maîtrisées et mise en scène par les conseillers en marketing.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Confidents. Une analyse structurale de réseaux sociaux

Confidents. Une analyse structurale de réseaux sociaux. Un ouvrage d’Alexis Ferrand (L’Harmattan, coll. “Logiques sociales”, 187 p., 18€)

Dans cet ouvrage, Alexis Ferrand, spécialiste de l’analyse des réseaux sociaux, mobilise cet appareillage conceptuel et méthodologique pour faire étudier les réseaux de confidence à propos de la sexualité. Il a ainsi mené des travaux mobilisant l’analyse structurale, mais avec une compréhension plus dynamique et cognitive des réseaux que celle mise en œuvre par le courant dominant de l’analyse des réseaux : le courant structuraliste d’origine anglo-saxonne considère en effet que les relations constituent une variable sociologique explicative et ont, par conséquent, des effets propres. Alexis Ferrand a montré, au contraire, à partir de la formation des groupes adolescents, que les réseaux sont des entités dynamiques qui peuvent potentiellement s’étendre à l’infini. L’objectif pour lequel il mobilise ce concept n’est pas théorique mais explicatif, puisqu’il s’agit de rendre compte des comportements des individus.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

La consommation

La consommation. Un ouvrage de Dominique Desjeux (Puf, coll. “Que sais-je ?”, 2006)

Le livre de Dominique Desjeux propose un tour d’horizon d’un domaine on ne peut plus classique des sciences sociales, avec une ambition d’accessibilité et de simplicité qui fait sa force, mais aussi certaines de ses faiblesses : la petite taille de l’ouvrage ne permet pas d’avoir une présentation très détaillée de ces analyses, et il est également possible de discuter la pertinence de certains choix : il ne s’agit pas d’une présentation des analyses strictement sociologiques de la consommation, mais au contraire d’une sélectoin s’inscrivant dans « une vision pluraliste de l’analyse de la consommation » sans « fatwa idéologique ». Ainsi sont présentées à la fois les analyses fondatrices de Veblen, Halbwachs, Bourdieu tout autant que celle des « sociostyles » de Cathelat ou des tribus de Maffesoli. Dans cette optique, les travaux actuels du marketing, des sciences cognitives et de la psychologie ne sont pas omis. L’ouvrage a donc volonté à « ratisser large », du « chef de produits aux militants consuméristes », ce qui en satisfera beaucoup, et déroutera certainement celles et ceux qui sont habitués à une approche strictement sociologique des phénomènes de consommation.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

L’ethnographie économique

L’ethnographie économique. Un ouvrage de Caroline Dufy et Florence Weber (La Découverte, coll. “Repères”, 2007, 122 p.)

Cet ouvrage vient compléter celui de Philippe Steiner présentant dans la même collection la sociologie économique. Ainsi, la sociologie économique s’intéresse plus aux relations sociales entre agents économiques, en proposant d’autres clés de lecture que celles de l’économie. L’ethnographie économique reprend ce questionnement général, mais avec une démarche plus ouverte et tournée vers les méthodologies propres à l’anthropologie et à l’ethnologie. L’ethnographie économique s’est également développée dans les années 1980 au moment de la remise en cause du partage disciplinaire entre l’anthropologie dédiée à l’étude des sociétés traditionnelles, et la sociologie propre aux sociétés occidentales. Ce mouvement n’a pas forcément renforcé l’anthropologie en France, qui traverse une crise institutionnelle. L’ethnographie économique est alors présentée davantage comme une posture croisant des disciplines différentes (anthropologie, sociologie, microhistoire, économie), revenant sur l’idée de Talcott Parsons d’un Grand Partage entre l’économie et la sociologie, mobilisant des méthodologies qualitatives complémentaires. Cette plasticité en fait d’après les auteurs une approche particulièrement adaptée à l’analyse de l’économie « multiple et globale née en 1989 avec la fin de la guerre froide ».

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

La filiation recomposée : origines biologiques, parenté et parentalité

La filiation recomposée : origines biologiques, parenté et parentalité. Un numéro de la revue “Recherches familiales” (n° 4, 2007, 233 p., 21€)

Ce numéro de la revue annuelle Recherche familiales, financée par l’UNAF, est consacré à la filiation recomposée. C’est le quatrième numéro de la revue, ce qui peut expliquer que les articles soient assez divers et croisent des regards différents sur la famille d’aujourd’hui. On pourra lire des contributions de sociologues, mais aussi de juristes ou de psychologues. Cette diversité donne aux articles une complémentarité intéressante, mais parfois au risque de nous emmener dans des considérations techniques, notamment du coté du droit, ce qui peut rendre la lecture un peu ardue pour des non-spécialistes.

Les thèmes abordés étant largement liés à l’actualité, on trouvera dans ce numéro des analyses portant sur les familles recomposées, sur les familles monoparentales, ainsi que sur les familles homoparentales. Il s’agit donc de donner une place centrale au concept de parentalité, c’est-à-dire la parenté pratique, celle qui tend à s’imposer dans les nouvelles formes familiales et les relations de filiation. C’est ainsi que Gérard Neyrand, dans un article intitulé « La parentalité comme dispositif. Mise en perspective des rapports familiaux et de la filiation », propose de revenir sur ce concept de parentalité en le clarifiant et en établissant sa généalogie Parallèlement, ce concept requestionne le fondement du lien de filiation et en montre le paradoxe. Alors que le lien biologique a une valeur primordiale, les nouveaux comportements donnent une place grandissante à la parenté pratique. Dans ce contexte les avancées scientifiques comme la procréation médicalement assistée (PMA), ou juridiques comme l’adoption plénière, ont contribué à ce requestionnement des sociologues de la famille.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio