Les Français et l’argent, un ouvrage collectif

Vient de paraître aux Presses Universitaires de Rennes un ouvrage collectif sous la direction de Alya Aglan, Olivier Feiertag et Yannick Marec, Les Français et l’argent. Entre fantasmes et réalité.

Plus qu’une histoire de l’argent en France durant la période contemporaine, cet ouvrage explore l’histoire des relations des Français avec l’argent. S’inscrivant dans une perspective interdisciplinaire, il part de l’idée que l’argent est à la fois facteur, signe et conséquence de la valeur sociale des biens et des personnes. À la croisée de l’histoire économique, sociale, politique et culturelle, les approches proposées sont autant de contributions à une histoire totale de l’argent, cette réalité protéiforme des sociétés contemporaines.

Centré sur la période XIXe-XXIe siècle, il ne compte pas moins de 22 contributions réparties en trois sections

– Identités et pratiques sociales

– Pouvoir, tensions et régulation

– Perceptions, valeur et morale

Sociologie des rapports à l’argent

Confrontée à la recherche de références sur le rapport à l’argent (envisagé de façon large)  suivant les classes sociales,  je remarque qu’un grand nombre d’ouvrages ont œuvré à la compréhension de celui-ci dans une thématique de rapports de genre et de sociologie des couples.  Parmi eux

  • Laurence Bachmann dans De l’argent à soi. Les préoccupations sociales des femmes à travers leur rapport à l’argent (PUR, Le Sens social, 2009)
  • Caroline Henchoz dans Le couple, l’amour et l’argent. La construction conjugale des dimensions économiques de la relation amoureuse (L’Harmattan, coll. Questions sociologiques, 2008)
  • Hélène Belleau, Caroline Henchoz, L’usage de l’argent dans le couple, pratiques et perceptions des comptes amoureux. Perspective internationale (L’Harmattan, coll. Questions sociologiques, 2008)

Une perspective dans le prolongement des thèses de Viviana Zelizer sur le marquage de la monnaie (La signification sociale de l’argent, 1994/2005)1

L’argent dans le couple est envisagé comme un enjeu de pouvoir : sous les termes d’indépendance et d’autonomie économique et financière, partage des tâches…2

Où trouver des références qui soient plus de l’ordre de la compréhension du rapport à l’argent des acteurs en ascension sociale :  modes de dépense ? , rapports à l’épargne… Je trouve des références traditionnelles du côté d’Elias (La société de cour, 1969) et Veblen (La Théorie de la classe de loisir, 1899/1970), aussi du côté de Janine Mossuz-Lavau, L’argent et nous (Éditions de La Martinière, 2007), sans toutefois être satisfaite…  Des idées ?

  1. Cf également l’article d’Isabelle Guerrin, « Le sexe de la monnaie », in Journal des anthropologues, 2002 []
  2. Ce qui fait penser au traditionnel ouvrage de De Singly, Fortune et infortune de la femme mariée, 1988 où la métaphore économique est filée tout au long de l’ouvrage : livret de chacun des époux, dot, rentabilité des diplômes… []

Homoparentalités : délier la parenté de la procréation ?

Je reçois ce jeudi 24 mars à 18h, Martine Gross dans le cadre du cycle de conférences “Au fil du travail des sciences sociales”. Ingénieure de recherche en sciences sociales au CNRS, elle a consacré la plupart de ses travaux à l’homoparentalité. Elle a publié ou dirigé plusieurs  ouvrages sur ce sujet.

Les réalités recouvertes par l’expression « familles homoparentales » se sont multipliées avec l’évolution du regard social porté sur l’homosexualité. Ces réalités interrogent les définitions de ce que sont un parent, une mère, un père, une famille, la parenté, etc. Nous verrons comment ces familles qui tout à la fois transgressent  certaines normes et représentations sociales et se conforment à d’autres, illustrent les questions posées par la diversité des configurations familiales contemporaines. Le défi que jettent les parents de même sexe est qu’ils ne peuvent se glisser dans notre modèle naturaliste de parenté qui confond filiation et procréation, et attribue à chacun de nous un seul père et une seule mère, censés être nos géniteurs.

Ses publications les plus récentes sur la question :
– M. Gross (dir.), Homoparentalités, état des lieux, Eres, 2005
– M. Gross, M. Peyceré, Fonder une famille homoparentale, 2005, J’ai lu
– A. Cadoret, M. Gross, C. Mécary, B. Perreau (dir), Homoparentalités, approches scientifiques et politiques, PUF, 2006
– M. Gross / E. Antier, Deux papas, deux mamans, qu’en penser? Débat sur l’homoparentalité. Calman-Lévy, 2007
– M. Gross, L’homoparentalité, les idées reçues, le Cavalier Bleu, 2009

Articles récents
Gross, M. (2006). Désir d’enfant chez les gays et les lesbiennes. Terrain (46 ), 151-164.
Gross, M. (2007). Quand et comment l’homoparentalité est-elle devenue un objet “légitime» de recherche en sciences humaines et sociales? . Socio-logos, 2. Retrieved from http://socio-logos.revues.org/document803.html
Gross, M. (2007). Les rabbins français et l’homoparentalité.Discours et attitudes. On Archives de sciences sociales des religions.
Gross, M. (2008). Être homosexuel et chrétien en France, . Sociétés contemporaines, 71(3), 67-93.
Gross, M. (2008). Deux mamans ou deux parents. Évolution de la désignation des liens dans les familles lesboparentales. In D. L. Gall (Ed.), Identités et genres de vie. Chroniques d’une autre France (pp. 199-216). Paris: L’Harmattan, coll. “Sociologies et environnement”
Gross, M. (2009). Les familles homoparentales: entre conformité et innovations. Informations sociales, 154 (juillet-août 2009), 106-114.
Gross, M. (2009). Les grands-parents dans les familles homoparentales: entre lien biologique et lien social. Politiques sociales et familiales, 97, 41-50.

Quand le livre numérique imite le livre papier

A. Les éditions Zones offrent aux lecteurs de compulser, lire, feuilleter leurs livres en version numérique.

B. Mon portable est un petit EeePc très fonctionnel et léger, qui bien que parfait pour l’utilisation qui est la mienne,  ne dispose cependant pas d’enceintes de qualité. Le son est donc quasiment toujours coupé sur mon ordinateur.

C. Quelle ne fut pas ma surprise ce jour, en ouvrant (sic) Lettres de non-motivation le livre de Julien Prévieux, que je trouve sur Zones (cf A.) et d’entendre en le parcourant, le bruit des pages qui se tournent (point B.).

Conclusion : j’ai fait aujourd’hui l’expérience sonore du livre numérique ! Peut-être le bruit des pages feuilletées était-il un peu métallique ou trop numérique… Dans tous les cas, j’ai apprécié et voulu partager (d’où ce billet “frivole”) l’expérience, digne de celle que proposent les reportages de la radio Arteradio.com, dont les rédacteurs de Socio-Voce sont des fans invétérés.

Expérience sonore du livre,  qui complète mes premières expériences du livre numérique.  J’ai découvert le livre numérique l’année de la préparation de l’agrégation : comment accéder à un ouvrage un dimanche soir à 22h, lorsque celui-ci n’est pas dans sa bibliothèque universitaire1 ou lorsqu’on ne peut attendre le lendemain ? La solution toute trouvée, était, munie de ma carte bleue, d’acheter le livre en version pdf pour le lire sans attendre !

En effet après paiement, le lecteur reçoit un mail lui permettant de télécharger son livre en format pdf.2 Si l’on passe sur les débats ouverts quant au confort de la lecture sur écran, je vous renvoie à ce désormais classique et excellent billet de Marin Dacos, sur l’immatérialité de la lecture, le livre numérique n’offrant pas (encore ?) l’odeur, le toucher d’un “vrai livre”, ce format est pratique pour un étudiant lambda. Il permet de faire de prendre des notes directement dans son logiciel de traitement de texte, de faire des recherches par mot-clé. Si l’on ajoute le temps gagné à ne pas le chercher dans les rayons de sa bibliothèque ou librairie préférée, il offre un gain de temps non négligeable.

Je renvoie les lecteurs intéressés par l’avenir du livre (papier, numérique…) à l’excellent cours d’Eric Verdeil, blogueur sur Rumor, disponible sur Slideshare, cours dont j’ai bénéficié dans le cadre de ma formation doctorale. D’une perspective bien plus large que celle évoquée ici, vous trouverez cependant des éléments de réflexion sur l’avenir de livre.

  1. Pour moi il s’agissait de la bibliothèque de l’ENS, qui offrait pourtant une accessibilité très grande : ouverte jusqu’à 3h du matin, en accès libre, ce qui permet de contenter les faims de lecture immodérées et non contrôlées des agrégatifs []
  2. Je ne parle pas des liseuses ou autres nouveautés technologiques, auxquelles je suis si peu réceptive. Pas une bonne cliente dirons-nous, je n’ai même pas de téléphone portable, alors je ne vais pas m’équiper d’une liseuse, pensez-donc ! []

Aux barricades. Origines et diffusion d’une tactique insurrectionnelle

Conférence de Mark Traugott, le jeudi 17 février 2011 de 18h à 20h à l’ENS de Lyon (site Descartes), en salle F 08

La barricade, en tant qu’une “routine de contestation” reconnue, est née en France et est restée un usage exclusivement français pendant les premiers deux cents cinquante ans de son existence. Découvrir les origines de la barricade est une tâche plus difficile qu’il n’y paraît, puisqu’il y en a plusieurs versions contradictoires. Son adoption comme une technique qui se renouvelle dans des insurrections françaises, l’une après l’autre, était bien établie au milieu du dix-septième siècle, au plus tard, avec les deuxièmes Journées des Barricades de 1648. Ce n’est qu’à l’époque de la Révolution française que la barricade a commencer à s’étendre à d’autres pays européens, un processus qui s’est complété en 1848. L’étude de la barricade révolutionnaire nous permet de comprendre comment les techniques de contestation prennent racine et définissent les modèles communs de protestations dans les sociétés modernes.

Arrêt sur image : l’expérience scolaire de la relégation

Arrêt sur image sur une courte séquence d’un feuilleton-documentaire La loi du collège de Mariana Otero, édité par Blaq out. L’extrait analysé se situe entre  6.30  et 7. 03 sur la vidéo (La loi du collège_extrait)

Un cours de français au collège Garcia Lorca, en Seine Saint-Denis. Cours de grammaire et de conjugaison.  La professeure corrige un exercice, un élève au fond de la classe manifeste son envie de bien faire en levant la main et propose laborieusement ses réponses. Toutes ne semblent pas justes, et tardent à venir. On sent toute la difficulté qu’a l’élève à répondre rapidement. Il bute, fronce les sourcils, veut réussir, et puis spontanément il lâche un “putain” évocateur.

Le juron de l’élève qui malgré ses efforts patents ne parvient pas à donner la bonne réponse traduit, nous  semble-t-il, la violence symbolique à laquelle l’école le soumet à cet instant. Expérience instantanée d’une difficulté d’apprentissage, sans doute réitérée. Cette image est forte car elle nous montre en un instant la difficulté des apprentissages scolaires pour des élèves de milieux populaires. Contrairement au discours commun qui voudrait que ces élèves soient définis uniquement par leur mauvaise volonté scolaire, cette image nous montre une réalité plus complexe, faite de volonté de réussir et de participer au jeu scolaire, et de l’autre le rappel tel un double bind, de la socialisation et de la distance culturelle avec la langue, en particulier dans sa forme écrite.

Cet extrait illustre ce que Pierre Périer dans son ouvrage paru récemment L’ordre scolaire négocié. Parents, élèves, professeurs dans les contextes difficiles (Presses Universitaires de Rennes,2011) appelle la relégation. Les espérances placées dans l’école par les élèves en difficulté sont violemment bousculées par l’expérience quotidienne et répétée de leur impossibilité à se réaliser.

“Le sens donné à l’école se délite à mesure que s’accumulent les épreuves scolaires ponctuées  de “mauvaises” notes, de jugements et de sanctions qui dévalorisent et humilient parfois.” (p. 111)

Frédérique et Benoit

Je pourrais être votre grand-mère

Du 4 au 12 février 2011 se tient à Clermont-Ferrand le festival 2011 du court-métrage. Il y a quelques semaines Le Monde.fr nous invitait à regarder en ligne plusieurs documentaires et à voter pour notre court-métrage préféré. Monsieur l’abbé, dont Benoit parlait sur ce blog a retenu nos suffrages.

Mais parmi les autres documentaires visualisés, j’en ai retenu un autre, il s’agit de Je pourrais être votre grand-mère, un court-métrage de Bernard Tanguy, dont je dévoile ci-après, non pas quelques enjeux, mais quelques lignes de force narratives.

Un jeune avocat part au travail. Une vieille dame roumaine a manifestement passé la nuit dans la rue, devant chez lui.

Réunion d’avocats d’affaires. Brillante présentation en anglais : il est question de délocalisation, de retours sur investissements inespérés. Une nouvelle politique commerciale. Il faut trouver une agence de communications pour « faire passer la pilule » et « éviter les séquestrations » ainsi que le conclue le président de séance cyniquement. Faire passer la pilule des fermetures d’usine et donc du licenciement collectif que l’on imagine suivre. Notre jeune avocat est un peu moins enjoué que les autres, il regarde à droite, à gauche ses collègues et ne trouve aucun soutien.

Retour chez lui. La vieille dame est toujours là et s’apprête à passer une nouvelle nuit dehors. L’avocat rentre chez lui et rencontre une voisine. On aurait pu croire que le sort de la vieille dame la touchait « vous pensez qu’elle va dormir là cette nuit ? ». En fait, cette vieille personne la gêne car elle l’empêcherait de vendre son appartement. Cynisme encore. Une loi ne permettrait-elle pas de la déplacer ? Cette même nuit, l’avocat lui fabrique une pancarte « Je pourrais être votre grand-mère ». « Essayez cette pancarte ».

La pancarte fait son effet. L’avocat multiplie alors les pancartes « Soif d’idéal », « A découvert », « Soldes », « All we need is love + 1 euro », « Le temps des crises »…parcourant la ville à la recherche de SDF pour leur donner ces pancartes. Interpellant les piétons, elles jouent sur l’humour et encouragent les dons par appel à l’empathie. Décalées, jouant sur les « attentes secondaires » (Goffman) des passants, elles poussent au don.  Interpellé par des policiers pour incitation à la mendicité, moqué par ses collègues et critiqué par son patron, le jeune avocat est finalement félicité par son cabinet d’avocats, car il a offert une image de marque positive à celui-ci. Un mot reste à la fin de court-métrage : cynisme et ironie.

Deux mondes se côtoient dans ce documentaire. « Eux » les pauvres, qui dînent sous le grand magasin Lafayette maison. Dîner de fête dehors, grâce aux dons abondants générés par la nouvelle pancarte et les autres, riches avocats d’affaire.  Un court-métrage à voir…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search