Paysans du Brésil

Paysans du Brésil. Entre échange marchand et réciprocité. Un ouvrage d’Eric Sabourin (Editions Quae, coll. “Indisciplines”, 2007, 30€)

Raymond Boudon et François Bourricaud, dans leur Dictionnaire critique de sociologie1 à l’article « Socialisation », rappellent que les études sur la diffusion d’innovations en milieu agricole démontrent généralement que si les paysans résistent à l’introduction d’une innovation, c’est qu’ils ont une bonne raison de le faire. Au Brésil, E. Sabourin est chargé d’étudier et d’appuyer la prise en charge d’innovations techniques et organisationnelles de petits producteurs. Comment interpréter les blocages entre les dynamiques locales des communautés rurales et la logique de l’intervention externe ? Et si les pratiques agricoles analysées ne relevaient pas ou pas seulement de l’échange marchand ?

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

  1. Puf, Quadrige, 1982 (1ère éd), 2004 pour la présent édition, p 533 []

Le réseau pensant. Pour comprendre la société numérique

Le réseau pensant. Pour comprendre la société numérique. Un ouvrage sous la direction de Pascal Lardellier et Philippe Ricaud (Editions universitaires de Dijon, coll. “Sociétés”, 2007, 192 p.)

Cet ouvrage dirigé par Pascal Lardellier et Philippe Ricaud rassemble les analyses de spécialistes des sciences de l’information et la communication. Ces contributions, toutes assez courtes, s’organisent en quatre blocs. La première partie, intitulée, « Penser la société numérique », adopte une posture de réflexivité épistémologique sur les technologies de l’information et de la communication (TIC). Serge Proulx dans sa contribution « Penser les usages des TIC aujourd’hui : enjeux, modèles, tendances », défend la thèse qu’Internet est plus qu’un nouveau media. Associé à l’instauration de la « société en réseaux »1, Internet est perçu comme vecteur d’innovation économique et sociale. L’auteur distingue sept sphères de changements associés à Internet : communication, politique, sociabilité, identité, création culturelle, travail humain, économie. Il s’agit alors pour Proulx, ces bases posées, de démontrer quels sont les nouveaux usages des TIC induits par Internet. Ces usages sont malheureusement plus listés que véritablement explicités, et la recherche par l’auteur de la « construction sociale des usages », présentée comme un modèle d’analyse, gagnerait à être appliquée de manière tangible à un cas concret pour être totalement compréhensible : le chapitre, stimulant dans son caractère programmatique, laisse le lecteur sur sa fin. Mais c’est aussi le cas de l’ensemble des chapitres, ce qui est dû à l’économie générale de l’ouvrage proposant de nombreuses contributions qui ont vocation à stimuler l’intérêt du lecteur, exposant les enjeux des recherches sans y répondre pleinement.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

  1. Manuel Castells, La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998. []

Friches industrielles. Un monde culturel européen en mutation

Friches industrielles. Un monde culturel européen en mutation. Un ouvrage de Fabrice Raffin (L’Harmattan, coll. “Logiques sociales”, 2007, 306 p., 27,50€)

Qu’y a-t-il de commun entre Generik Vapeur installé à Marseille dans les abattoirs municipaux, le Tacheles et la Ufa-Fabirk à Berlin, l’Usine à Genève et le Confort Moderne à Poitiers ? En ces lieux prennent place des « initiatives culturelles » marquées par la recherche de certaines formes musicales. Ce sont des activités artistiques, chacune prenant sens par rapport à son contexte d’émergence, urbain, local mais s’inscrivant également dans un réseau signifiant et unifiant ces pratiques. Ce réseau s’appelle le Trans Europe Halles (TEH), il regroupe des initiatives similaires dans des contextes nationaux et urbains différents.

L’ambition de Friches industrielles, à partir de trois terrains – Poitiers, Berlin et Genève -, est de saisir dans trois expériences à la fois similaires et différentes le sens de ces collectifs. Les initiatives appréhendées dans cet ouvrage sont nées sur une période allant du milieu 70 à la fin des années 80. Il s’agit d’une activité de diffusion et de production artistique urbaine, prenant place dans des espaces à l’abandon, des friches industrielles ou marchandes, anciens entrepôts de stockage, ancien site de production cinématographique…La spatialisation de ces activités est importante pour leur compréhension. Elle confère une valeur particulière à ces mobilisations et aux registres d’actions. La question de l’inscription urbaine de ces initiatives, second axe du travail de Fabrice Raffin, permet d’étudier la relation des acteurs à la ville. Il s’agit de saisir les effets territoriaux du développement d’activités artistiques, les mobilités et les échanges qu’elles induisent dans l’espace urbain.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Emploi et travail. Le grand écart

Emploi et travail. Le grand écart. Un ouvrage de Françoise Piotet (Armand Colin, 2007, 261 p.)

L’ouvrage de Françoise Piotet s’établit sur la distinction entre deux notions, non synonymes, celles de travail et d’emploi. Le fil conducteur de l’ouvrage consiste à analyser la manière dont les deux réalités recouvertes par ces termes s’articulent, interagissent. L’introduction très pédagogique, très claire, offre les lignes de compréhension de la problématique, et pose les termes du débat. La précision donnée sur l’emploi occupé permet de préciser un statut, plus ou moins élevé dans une hiérarchie réelle ou supposée des emplois. L’emploi ne dit rien du travail, il délimite son champ. L’emploi confère un statut, y compris à ceux qui en cherchent un et ne l’ont pas encore trouvé ou l’ont perdu. À l’exception d’îlots de plus en plus réduits de travail indépendant (agriculture, artisanat, professions libérales), hors de l’emploi, il n’y a pas de travail.

L’emploi, tel que nous le connaissons aujourd’hui, est une création relativement récente. Après la suppression des corporations et du compagnonnage en 1791, il a fallu plus d’un siècle et demi pour construire un ordre qui insère le contrat de travail dans un faisceau de droits et de couverture des risques du travail, l’emploi public dans un statut achevé. Le travail indépendant lui-même n’a pas échappé à cette insertion dans un système donnant accès à un minimum de protection sociale et de droits à la retraite. Parce qu’ils attribuent des droits autant qu’ils définissent des devoirs ou des contraintes, ces différents statuts tendent à inclure autant qu’à exclure. La population active, ne retient dans sa définition que les hommes et les femmes qui occupent un emploi, ceux qui ont déclaré officiellement être à la recherche d’un premier emploi ou au chômage, inscrits à l’ANPE et aux Assedic. Tous les autres sont inactifs ! Les « femmes au foyer » travaillent, effectuant le ménage, les courses, la cuisine, mais n’ont pas un travail, puisqu’elles n’ont pas d’emploi.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Devenir Média. L’activisme sur Internet entre défection et expérimentation

Devenir Média. L’activisme sur Internet entre défection et expérimentation .Un ouvrage d’Olivier Blondeau, avec la collaboration de Laurence Allard (Éditions Amsterdam, novembre 2007)

Les premières pages de Devenir média sont consacrées à la critique virulente, mais fermement argumentée, par le renfort de nombreuses références bibliographiques, d’un article de Serge Halimi paru dans Le Monde diplomatique en août 2000, où ce dernier dénonçait l’idéalisme des cybernautes croyant en une ère nouvelle pour le militantisme, l’ère internet. Internet ne serait pas pour S Halimi le nouveau lieu pertinent de l’activisme politique. Au contraire, pour O. Blondeau et L. Allard, les constats sur la fin des militants et le désengagement manquent leur cible, parce qu’ils ne savent pas reconnaître les espaces aujourd’hui pertinents pour comprendre l’engagement politique. Les ressources militantes des actifs en politique ont été reconverties dans l’activisme électronique. La question à laquelle souhaite répondre l’ouvrage peut se formuler ainsi : « Internet peut-il être considéré comme un outil au service de la démocratie, des mobilisations collectives, de la politique… ? »

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

L’ordre sexué. La perception des inégalités femmes-hommes

L’ordre sexué. La perception des inégalités femmes-hommes. Un ouvrage de Réjane Sénac-Slawinski (Puf, coll. “Le lien social”, 2007, 364 p., 29€)

En tant qu’être sexué, nous expérimentons deux universalismes contradictoires, celui de l’appartenance à une communauté d’égaux en notre qualité de citoyen, et celui de la différence comme source d’inégalités. La prévalence de l’universalisme de la différence sexuelle sur celui des droits dits naturels, amène Réjane Sénac-Slawinski à se demander si l’on peut penser les différences hommes-femmes dans l’égalité démocratique, et si oui selon quelles modalités ? L’utilisation de la notion d’ordre dans le titre de l’ouvrage a pour ambition d’introduire une réflexion sur la spécificité des différences hommes-femmes dans l’élaboration de l’ordre social et politique d’une société démocratique. L’idée de l’auteure est que « le discours sur les différences hommes-femmes s’inscrit dans la légitimation, voire la construction, d’un ordre naturel, social et politique ».

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Le théâtre des amateurs. Un jeu sur plusieurs scènes

Le théâtre des amateurs. Un jeu sur plusieurs scènes. Un ouvrage de Thomas Morinière (Editions du Croquant, 2007, 222 p., 22€)

Le théâtre des amateurs est le résultat d’une enquête ethnographique réalisée par Thomas Morinière dans une commune située à la périphérie de l’agglomération de Cholet, la Séguinière. Cette commune est le lieu de déploiement d’une pratique de théâtre amateur régulière, investissant les membres de la commune dans la réalisation de séance de variétés et dans la mise en scène de pièces de théâtre. A la Séguinière, l’activité théâtrale occupe tant les adultes que les enfants. Pour ces derniers, la pratique est plus encadrée, plus institutionnalisée, puisqu’elle prend effet dans le cadre de cours de théâtre.

Lorsqu’on parle de théâtre, l’inclination première du sociologue est d’y réfléchir à partir d’une problématique de la domination culturelle tirée de la sociologie de Bourdieu. Ainsi lorsque Thomas Morinière, l’auteur de l’ouvrage assiste à la fin des vacances scolaires à une séance de variétés à la Séguinière, c’est en ces termes là qu’il analyse le spectacle qui lui est offert. Les membres de la commune sur scène n’hésitent pas à faire fi des injonctions de légitimité culturelle et leur spectacle lui semble témoigner d’un fort degré assumé d’autodérision. Cette séance de variétés est lue comme la mise à l’épreuve du modèle de la domination culturelle : les amateurs n’hésitent pas à s’exposer devant un public de connaissances, alors même que leur pratique peut passer sous le crible de l’indignité artistique et culturelle. C’est cette problématique que T. Morinière va abandonner pour lui préférer une analyse attentive à la scène locale de déploiement des pratiques de théâtre, au sens que revêt pour les acteurs leur pratique de théâtre amateur.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search