Le facteur et sa tournée

Didier Demazière, « Au cœur du métier de facteur : « sa » tournée », Ethnologie française, 2005/1, N°101

Le facteur, employé de La Poste qui distribue le courrier, est un personnage familier.  Son activité touche même aux aspects les plus privés ou intimes de la vie, puisqu’elle consiste à porter des nouvelles, attendues ou imprévues, bonnes ou mauvaises. Cette dimension symbolique, particulièrement forte dans certaines conjonctures comme les périodes de guerre, est au principe d’une véritable « religion de la lettre » chez les facteurs.

Au centre de l’activité du facteur, après le tri du courrier au centre postal, se trouve la tournée. L’article ici proposé repose sur une enquête approfondie1 conduite dans deux centres de distribution de la grande banlieue parisienne, où nous avons réalisé des suivis de facteurs en tournée, des observations des activités collectives des facteurs (tri matinal notamment), des entretiens d’explicitation des activités observées, des entretiens biographiques et des confrontations avec des documents vidéo produits lors des observations. Cette recherche dévoile que la tournée du facteur est une séquence d’activité professionnelle investie par des stratégies variées et contrastées. Continuer la lecture de Le facteur et sa tournée

  1. Demazière Didier, Claude Dubar, Anne Guardiola, Delphine Mercier, 2001, Identités professionnelles, organisation du travail et performances : le cas des facteurs de La Poste []

L’impératif du beau-temps en vacances, une construction

Christophe Granger, « (Im)pressions atmosphériques. Histoire du beau temps en vacances », Ethnologie française, 2004/1, n°97

C’est l’histoire, entre 1890 et 1980, de la fabrique d’une culture météorologique des vacances. Le goût pour le beau fixe et l’intolérance à certains météores, qui engagent un bouleversement de la cartographie vacancière, inscrivent profondément la météo au cœur des vacances. L’été des vacances évoque un temps bien spécifique. Le beau temps constitue un ingrédient décisif du pittoresque et du dépaysement vacanciers. Il réunit les vacanciers autour d’une mise en jeu essentielle : celle de la qualité des vacances. Des vacances réussies, ce sont des vacances au soleil et la pluie souffre d’une grande disqualification sociale. En vacances, les seuils de tolérance à la pluie sont particulièrement bas. Les précipitations, mêmes brèves, ont un effet déplorable sur le moral du vacancier. Continuer la lecture de L’impératif du beau-temps en vacances, une construction

Faire du camping, une transmission familiale, une disposition construite

Gilles Raveneau & Olivier Sirost, “Le camping ou la meilleure des républiques. Enquête ethnographique dans l’île de Noirmoutier”, Ethnologie française, 2001

Un petit air de vacances avec cet article de la semaine. À travers l’exemple des terrains de l’île de Noirmoutier en Vendée, les auteurs mettent en évidence les mécanismes de transmission et d’apprentissage qui portent les familles et les individus à retenir le camping comme mode de séjour

“Un séjour en camping se fonde sur une rupture de l’espace et du temps qui aboutit à une mise à l’écart des éléments réglant habituellement la vie quotidienne. De ce point de vue, un terrain de camping constitue une enclave, un îlot social propre à une forme d’expérience spécifique qui favorise une inversion des polarités du quotidien. Le fait que la plupart des terrains de camping de Noirmoutier se situent en bord de mer alimente le registre imaginaire de la robinsonnade. Le fait même d’être situé dans une île induit l’isolement et le retrait. La mer, le sable et les dunes aux extrémités des terrains, le découpage en criques, le travail des arbres, tous ces éléments participent à l’élaboration d’un bout du monde.”
Cette rupture de l’espace et du temps, et les nouvelles dispositions qu’elle implique favorisent un état d’apesanteur sociale. Se sentir dans un lieu dépaysant, expérimenter de nouvelles relations sociales…tels sont les enjeux de l’expérience.
Le site doit donc être le lieu d’un dépaysement, ses « beaux paysages » permettre le sentiment de rompre avec l’univers que l’on a laissé derrière soi. Toutefois, ce dépaysement est paradoxal puisque nombre de campeurs séjournent sur des terrains assez proches géographiquement de leur domicile et souvent d’année en année reviennent dans le même camping. Au souci de dépaysement s’ajoute le souci d’être en terrain connu”, si bien que lorsque “sa” place dans le camping est indisponible, les campeurs se demandent même s’il est raisonnable de partir en vacances. “Il s’agit donc moins de s’engager vers des destinations lointaines où le dépaysement se conjuguerait avec l’imprévu que de pouvoir anticiper le déroulement du séjour et de se préserver des aléas. La familiarité avec le lieu et les personnes est le gage d’une relation au temps contrôlée des vacances. Les relations contractées les années précédentes génèrent ainsi des habitudes et des rites qui visent à conjurer les risques de l’imprévisible.”
Dévoilant les mécanismes d’apprentissage propres à l’expérience du camping, les auteurs nous révèlent aussi un besoin de simplicité sociale. Sous les pins, cela sent bon la convivialité et l’abandon des hiérarchies.

Faire d’un pèlerinage une distinction, l’exemple du Rocio

« Traditions festives, enjeux économiques et distinctions sociales dans le pèlerinage andalou du Rocío », Maxime Haubert, Sociétés contemporaines, 2008

Rocío est à la fois le nom de la Vierge en l’honneur de laquelle se fait le pèlerinage (La Virgen del Rocío ou Nuestra Señora del Rocío, c’est-à-dire de la Rosée), celui du hameau qui s’est développé autour de son sanctuaire, à une quinzaine de kilomètres d’Almonte, et celui du pèlerinage lui-même.

Le Rocio apparaît comme un concentré de folklore festif, par les habits « typiques » que revêtent un grand nombre de pèlerins (pour les femme, par exemple, la longue robe à volants, dite de gitana ou de flamenca, accompagnée d’un châle, d’une fleur dans les cheveux et aux oreilles de grandes boucles de couleur ; pour les hommes le traje corto, veste sans col s’arrêtant à la taille et pantalon protégé pour les cavaliers par des zahones ­ tablier de cuir ouvragé que des jambières prolongent jusqu’aux bottes), par les fandangos et les sevillanas (sortes de séguedilles très populaires dans la région) que l’on danse à tout moment au son des fifres et des tambours, par les couplets (coplas rocieras) qui chantent les différents moments du Rocío, ou encore par le rituel infiniment répété des invitations à boire et à partager des tapas. Le pèlerinage semble une réplique de la feria (fête de printemps) de Séville.

Maxime Haubert appréhende ce pèlerinage par le biais des différences de comportement entre les participants en fonction de leurs positions sociales respectives, spécialement en ce qui concerne les dépenses réalisées et le respect d’une tradition prétendument multiséculaire. Continuer la lecture de Faire d’un pèlerinage une distinction, l’exemple du Rocio

La déviance du collectionneur

Dominique Pety, “Le personnage du collectionneur au XIXe siècle : de l’excentrique à l’amateur distingué”, Romantisme, 2001, n° 112, pp. 71-81
Dans cet article, le personnage du collectionneur est analysé de 1840 à la fin du siècle à partir d’un large choix de textes littéraires et non littéraires. Dominique Pety constate une évolution de la représentation de la figure du collectionneur, qui passe de l’excentrique monomane reclus dans sa demeure à l’amateur mondain, à celui qui exhibe ses possessions. Cette évolution de la représentation témoigne d’une spectaculaire réévaluation de la pratique, et la mutation des valeurs associées à la collection: valeurs aristocratiques traditionnelles de l’art et de l’art de vivre, valeurs républicaines nouvelles du savoir et de la science. Les collections privées, jadis sources de délectation personnelle, participent désormais au devoir de préservation du patrimoine national.

Dans l’imaginaire social de 1840, le collectionneur est décrit comme un individu anormal et asocial. Le collectionneur est non seulement un passionné, mais aussi un «fou», et un «monomane». Présent chez La Bruyère, Balzac, mais aussi par sa marginalité dans les récits excentrique et imaginaires : les contes ou les nouvelles fantastiques, il sera utilisé dans le roman réaliste. Jusque dans les années 1860, c’est le vrai collectionneur, le passionné qui est moqué; à partir des années 1870, ceux qui sont visés par l’ironie, la satire, voire le pamphlet, ce sont au contraire les faux collectionneurs, ceux dont la collection n’est plus que le moyen d’une ambition. La collection, critiquée comme pratique déviante, l’est désormais dans sa forme déviée : puisque tout le monde collectionne, une discrimination s’impose, selon des critères qui portent sur les objets acquis (le vrai et le faux, l’ancien et le moderne, le rare et le commun, le beau et le laid), mais sanctionnent ensuite le choix du collectionneur, son goût, ses connaissances, qu’on rapporte finalement à ses origines et à ses motivations sociales. Les articles de Maupassant dans Le Gaulois et Gil Blas au début des années 1880 ont particulièrement recours à ces critères. Par la suite, ce sera l’exhibitionnisme du petit bourgeois, du provincial, qui sera épinglé. Bouvard et Pécuchet seront moqués par Flaubert parce qu’ils se posent en spécialistes et se piquent d’érudition. Les deux personnages veulent donner un support livresque, une motivation scientifique à leur activité. « Ils ne cherchent pas le beau, mais l’ancien, qui porte historiquement témoignage, et leur permette à leur tour, sinon d’écrire, du moins de dire l’histoire (c’est le sens de la visite qu’ils font de leur prétendu musée, où ils ont pour chaque pièce un commentaire) »

À la fin du siècle apparaît dans les romans une figure nouvelle du collectionneur qui s’oppose au conformisme des collectionneurs néophytes, et à la visée utilitariste (éducation des goûts du peuple, formation des artistes, inspiration des industries d’art), des spécialistes de la collection: l’aristocrate collectionneur affirme sa supériorité en vertu d’une pratique ancienne, authentique, la collection est chez lui un héritage et une tradition.

La décriminalisation de la sorcellerie en France

Alfred Soman. La décriminalisation de la sorcellerie en France, Histoire, économie & société, 1985, n° 2, pp. 179-203.

Sur la période 1540-1670, 1 254 individus ont été prévenus de sorcellerie et 97 de magie, à l’encontre desquels la Haute Cour passa un jugement définitif ou interlocutoire. Une centaine de procès pour sorcellerie démontrent des abus grossiers dans la première instruction devant les tribunaux subalternes. Alfred Soman dévoile dans cet article toute la violence illégale contre les sorciers.

Pour débusquer un sorcier, l’une des pratiques courantes est l’épreuve de la baignade, « Grand spectacle public consistant à jeter le « candidat », pieds et mains liés, dans la rivière, dans l’étang ou dans le fossé du château. S’il surnageait, il était sorcier. Cette pratique invétérée s’avérait d’autant plus indéracinable que les accusés eux-mêmes demandaient à être baignés, y voyant malgré les risques une chance de prouver leur innocence auprès des voisins et de démontrer, une fois pour toutes, que leurs guérisons par simples et par oraisons n’avaient rien de diabolique ». La chasse aux sorciers dans la France de l’Est donne lieu à de nombreux lynchages.

Progressivement, les autorités vont prendre conscience des abus manifestes en fait de procès de sorcellerie. « Soudain, le Parlement se voit saisi d’un afflux d’affaires ardennaises démontrant des abus spécifiques de la sorcellerie : lynchages, baignades, poursuites tellement nombreuses qu’elles dépassent toute vraisemblance. Qu’un village se décide à se débarrasser de son sorcier (avec sa maisonnée infectée) — de deux à la limite —, cela se comprend. Par contre, quand le seul siège de Givry s’en prend à dix-huit, quand le juge de Brieulles-sur-Bar parle de « viim viic lx sorciers » dans son voisinage, indubitablement il s’agit d’autre chose que de justice. » Les archives du Parlement conservent les traces de plus de cinquante accusés de sorcellerie lynchés ou exécutés sans appel entre 1587 & 1588, cas qui ne représentent sans doute qu’une fraction du total.

La Cour saisie relaxe tous les survivants, quant au rétablissement de l’ordre, la Cour suspend les magistrats, s’ajoute à cette première mesure des destitutions et condamnations « à faire amende honorable ( !) ; quelques peines de fouet et de bannissement à l’encontre des particuliers ; « deffenses aux habitans et justiciables… de s’entremettre du faict de la justice, ny user de contraincte et menasses à l’endroict des juges » ; prohibitions de la baignade. »

L’interdiction générale de la baignade, du 1er décembre 1601 marque une date capitale dans la lutte du Parlement contre les abus des procès de sorcellerie. Elle est suivie, en 1604, par l’arrêt d’une deuxième mesure lourde de conséquences pour l’avenir : l’appel de droit. Les années 1600 à 1604 constituent un tournant pour les procès de sorcellerie. Après 1599, le taux d’arrêts de mort fléchit jusqu’à 8,5 % et la prépondérance féminine disparaît : de 1582 à 1599, 33 femmes et 20 hommes sont condamnés au bûcher ; de 1600 à 1610, 8 femmes et 14 hommes

L’assassinat d’Henri IV paraît toutefois inaugurer une phase de décriminalisation accélérée. Le régicide a pour effet immédiat de reporter l’attention de la justice sur les crimes de lèse-majesté, aux dépens notamment des procès de sorcellerie. L’appel de droit provoque une chute spectaculaire du nombre d’appelants : alors que la moyenne annuelle depuis 1605 (pointes exceptées) se situait à onze, de 1626 à 1640 elle tombe à quatre. Dans un premier temps — de 1624 à 1630 — le taux de relaxe s’élève prodigieusement à 71 % : 54 % des hommes et 83 % des femmes ! Par la suite (1631-1640), les cours subalternes se seraient adaptées au nouvel ordre, de sorte que le pourcentage d’élargis retombe à 41 %.

Alfred Sorman établit par ailleurs une concordance de la décriminalisation de la sorcellerie en france, donc mais également en Espagne et en Angleterre. « Souvent citée comme preuve des torts et insuffisances de l’ancienne justice, la chasse aux sorciers a été, en réalité, une rude épreuve honorablement surmontée. De cette épreuve naquit l’appel d’office, généralisé en 1670 à tout crime de droit.


Les Hmong à l’usine

Jean-Pierre Hassoun, « Les Hmong à l’usine », Revue française de sociologie, 1988, Vol 29, pp. 35-53

Quelles sont les conséquences de la migration ? J-P Hassoun étudie ce phénomène à travers le prisme de l’insertion professionnelle qu’offre la société d’accueil aux migrants Hmong. L’article porte sur la découverte du monde industriel par des réfugiés d’ethnie hmong arrivés du Laos en France après 1975. L’insertion des Hmong sur les postes d’O.S., modifie leurs représentations du travail, avec la découverte de la notion de productivitié, produit une égalisation socio-professionnelle intra-ethnique et un nivellement inter-ethnique par rapport à d’autres populations côtoyées dans la société de départ. Continuer la lecture de Les Hmong à l’usine

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search