1,2 million d’enfants de moins de 18 ans vivent dans une famille recomposée

Le dernier numéro d’Insee Première (octobre 2009) revient en quelques pages sur les chiffres des familles recomposées. Extraits choisis…

En 2006, 580000 familles sont recomposées en France métropolitaine, soit 7,7% des familles  avec au moins  un enfant mineur.

Dans les familles recomposées, la femme est  plus souvent plus âgée que l’homme: c’est le cas une fois sur trois dans les familles recomposées, contre une fois sur cinq dans les familles traditionnelles.

Dans les familles recomposées, les enfants de la nouvelle union ont un écart d’âge important avec leurs demi-frères et demi-sœurs (sept ans en moyenne).

Les parents de famille recomposée ont des diplômes moins élevés que les parents de famille traditionnelle.  20% des mères de famille recomposée ont un diplôme supérieur ou égal à un niveau bac+2, contre 32% des mères de famille traditionnelle. De même, 19% des pères de famille recomposée ont un diplôme de niveau bac+2 ou plus, alors que 27% des pères de famille traditionnelle sont dans ce cas.

Technologies de l’orgasme

Technologies de l’orgasme – Le vibromasseur, l’”hystérie” et la satisfaction sexuelle des femmes, un ouvrage de Rachel P. Maines (Payot, 2009)

Technologies de l’orgasme est la traduction française d’un ouvrage paru il y a maintenant dix ans (en 1999) The Technology of orgasm : « hysteria », the vibrator and women’s sexual satisfaction (The John Hopkins University Press), et qui a connu un énorme succès aux Etats-Unis. Il a fait l’objet de nombreuses recensions et a donné lieu à la réalisation d’un documentaire Passion and Power : the Technology of orgam (2007) par les cinéastes Wendy Slick et Emiko Omori.

L’ouvrage de Rachel Maines se concentre sur un pan spécifique de l’histoire de la médecine, de l’histoire des technologies et des théories médicales : l’invention du vibromasseur comme traitement de l’hystérie féminine. Le vibromasseur électromécanique est en effet, un outil médical inventé aux alentours de 1880 pour traiter l’hystérie. Il doit suppléer aux massages pelviens manuels réalisés par les médecins, en lesquels consistait jusqu’alors le traitement de l’hystérie. Dès 1653, le traité de médecine de Pieter van Foreest préconise à propos de l’affliction communément appelée hystérie, des massages des organes génitaux, qui par l’atteinte du « paroxysme de l’excitation » doivent guérir l’affligée. Cette technique est déjà décrite dans le corpus hippocratique au Ier siècle avant J-C par Celse… Lorsqu’on étudie la littérature médicale, on ne peut que s’étonner de l’omniprésence de la recommandation de cette pratique.

Lire la suite de cette note de lectures sur Liens Socio

Comment enquêter sur la sexualité ?

Pour compléter notre note de lecture sur Sociologie de la sexualité de Michel Bozon, nous proposons de revenir, à partir du site compagnon de l’ouvrage Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé de Nathalie Bajos et Michel Bozon dans, (la Découverte, 2006), sur les conditions dans lesquelles, on mène une enquête sur la sexualité.

L’enquête sur le « Contexte de la Sexualité en France » (enquête CSF) a été réalisée en 2006 par l’INSERM et l’INED, sous la responsabilité scientifique de Nathalie Bajos et Michel Bozon. Il s’agit de la troisième enquête nationale sur les comportements sexuels en France. Elle a été menée auprès d’un échantillon aléatoire de la population âgée de 18 à 69 ans. Au total, 12 364 individus ont été interrogés. Il s’agit d’une enquête téléphonique, pour laquelle on peut noter le fort taux de participation à l’enquête (74,6%), le faible taux d’abandon en cours d’enquête (3,6%), le taux élevé de satisfaction des enquêtés (90% d’entre eux se sont déclarés intéressés par l’enquête).

Ainsi qu’on peut le lire sur le site compagnon, un souci méthodologique a accompagné la conception et la passation du questionnaire, afin de garantir la fiabilité des réponses. On touche en effet à un domaine, où la prégnance des idées sur ce que la sexualité devrait être et la réticence à dévoiler des pratiques de l’intime, risque d’orienter les réponses.

Nombre de précautions ont ainsi été prises pour permettre d’obtenir des réponses fiables, c’est-à-dire des réponses qui reflètent les pratiques et opinions des personnes interrogées et non celles qu’elles pensent socialement valorisantes. A ce propos, on peut lire l’article de André Béjin, sur la masturbation féminine (« La masturbation féminine : un exemple d’estimation et d’analyse de la sous-déclaration d’ une pratique », Population, n°48, 1993, p 1437-1450)[1],qui illustre combien certaines enquêtes sont plus délicates à aborder et à exploiter que d’autres.

Afin de se prémunir contre les fausses-déclarations, les précautions suivantes ont été mises en œuvre :

► d’un point de vue juridique et éthique, l’anonymat d’une enquête est obligatoire, mais c’est aussi une condition fondamentale pour que les personnes se sentent véritablement en confiance.

► la lettre-annonce de l’Inserm indiquait qu’il s’agissait d’une recherche scientifique ayant pour objectif d’aider à mieux définir la prévention. Nombre de personnes sollicitées ont ainsi accepté de contribuer à une entreprise qu’elles percevaient comme utile et compris l’enjeu de donner des réponses précises.

► les enquêteurs ont tous été formés aux enjeux scientifiques et éthiques de cette recherche par les chercheurs de l’équipe eux-mêmes.

► il était demandé à la personne interrogée de bien vouloir s’isoler pour répondre à l’enquête et aucune réponse ne pouvait être interprétable par une tierce personne éventuellement présente au moment de l’entretien (exemple de réponse: d’accord /…pas du tout d’accord, oui/non/ je ne sais pas, 0/1/2/3 ou plus, etc.).

Pour en savoir plus :

  • Le site de l’enquête, où l’on trouve une vidéo rappelant les enjeux méthodologiques de l’enquête : comment interroger des personnes âgées en institution, comment interroger des jeunes mineurs ?
  • Un article de Michel Bozon « Le filtre des médias ou la réception d’une enquête sur la sexualité » permet de revenir sur la réception qui a été faite dans la presse à l’enquête : quels sont les thèmes repris et omis dans les recensions ? Comment l’enquête transparait-elle dans la presse ? Il apparaît que si les chiffres sont repris, la manière dont ils sont construits ou les interprétations qui en sont données ne sont pas mentionnées. Etudier la réception d’une enquête sur la sexualité apprend énormément sur la façon dont la société vit la sexualité, sur la mise en scène médiatique de la sexualité.
  • On notera également, que dans le Repères de Maryse Jaspard consacré à la Sociologie des comportements sexuels (La Découverte, 2005), le chapitre IV est consacré à l’observation statistique de la sexualité.


[1] dont Baptiste Coulmont fait le compte-rendu.

Sociologie de la sexualité

Sociologie de la sexualité, une réédition de l’ouvrage de Michel Bozon (Armand Colin, Coll « 128 », 2009, 2002)

Indéniablement il s’est produit, dans les dernières décennies, une transformation profonde des comportements sexuels, parallèlement à d’autres transformations dans le domaine de la famille et du couple. L’accroissement des recherches en sciences sociales sur la sexualité est justement lié à une interrogation sur la portée et le sens de ces transformations. L’ouvrage de Michel Bozon, Sociologie de la sexualité, qui connaît aujourd’hui sa seconde édition, est le fruit de ce regard porté sur la sexualité, celle-ci étant définie comme une « sphère spécifique mais non autonome du comportement humain, qui comprend des actes, des relations et des significations », où le « non-sexuel donne sa signification au sexuel » (p7).

Faire une sociologie de la sexualité, c’est d’abord rappeler qu’il n’existe de sexualité que socialement construite. Tout contact sexuel n’existe qu’à l’intérieur de cadres mentaux, de cadres historiques et culturels qui produisent sa possibilité et sa signification, ce qui implique que « les limites même du sexuel sont culturellement et socialement mouvantes » (p8). Michel Bozon notait d’ailleurs dans l’article « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les expressions de la sexualité »[1] « Reconnaître la diversité des expériences en matière de sexualité n’est nullement célébrer une prétendue efflorescence et libération des identités sexuelles, hors de tout cadre, contexte ou « dispositif », qui atténuerait le poids de la construction sociale. Même les formes apparemment les plus idiosyncratiques et les plus nouvelles des comportements sexuels résultent d’une élaboration sociale, qui les inscrit inévitablement dans des univers socio-culturels et dans des classes de trajectoires biographique ».

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio


[1] Bozon, Michel, « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les expressions de la sexualité », Sociétés Contemporaines, n°41, 2001, p11-40

Sociologie de l’amour et du couple chez Eric Rohmer

Michel Bozon, « Le hasard fait bien les choses. Sociologie de l’amour et du couple chez Eric Rohmer », Informations sociales, n°144, 2007/8

L’Amour l’après-midi (1972), Le genou de Claire (1970), La Femme de l’aviateur (1981), Les Nuits de la pleine lune (1984)…l’œuvre cinématographique d’Eric Rohmer est connue pour être centrée sur les relations amoureuses. Pour Michel Bozon, les films de Rohmer peuvent être mobilisés par la sociologie pour « la représentation qu'[ils] donne[nt] de la naissance des relations amoureuses et conjugales, et de leur évolution au fil des films et du temps ». C’est l’objectif qu’il se fixe à travers l’étude de seize longs métrages de Rohmer. Continuer la lecture de Sociologie de l’amour et du couple chez Eric Rohmer

Le couple, l’amour et l’argent

Le couple, l’amour et l’argent. La construction conjugale des dimensions économiques de la relation amoureuse, un ouvrage de Caroline Henchoz (L’Harmattan, coll. “Questions sociologiques”, 2009)

« Quand on s’aime, on ne compte pas », tel est le dicton populaire. L’argent est le plus souvent considéré comme étant incompatible avec les valeurs de la sphère familiale, il n’aurait pas sa place dans le couple, car l’amour conjugal se veut gratuit et désincarné. C’est contre cette affirmation, que Caroline Henchoz s’inscrit avec cet ouvrage, qui démontre point par point, combien l’argent est au contraire une dimension majeure de la construction d’un « nous conjugal. ».

Une partie entière est consacrée de façon très développée au contexte théorique dans lequel s’inscrit l’ouvrage. Le couple, l’amour et l’argent. La construction conjugale des dimensions économiques de la relation amoureuse se situe à la croisée de deux perspectives théoriques : celle des études de genre anglophones, qui se focalise sur la circulation des ressources financières dans la sphère conjugale et est attentif aux luttes de préservation des intérêts individuels qui ont lieu au sein des couples, et celle de la sociologie de la famille francophone, appréhendée comme un réseau d’échanges et de solidarité. On remarquera avec intérêt la présence en annexe d’une présentation des dimensions méthodologiques de la recherche, agrémentée d’une présentation rapide des enquêtés.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Le jouet comme support de la mémoire familiale

Sandrine Vincent, « Le rôle du jouet dans la mémoire familiale ou comment les jouets finissent-ils leur vie ? », Dialogue, 2001

N’avons-nous pas tous gardé au fond d’un coffre, d’un placard, au grenier ou à la cave un jouet témoin de notre enfance ? Rappelez-vous cette scène du film Amélie Poulain dans laquelle, apprenant la mort de Lady Diana, Amélie laisse tomber un objet dans sa salle de bain, qui roulant sur le carrelage descelle un carreau qui, une fois enlevé, découvre une cachette d’enfant. Elle y trouve une boite pleine de souvenirs d’enfants…Et bien, oui ces jouets d’antan conservés avec soin peuvent être un objet pour la sociologie.

En examinant les raisons pour lesquelles certains jouets ne finissent pas à la poubelle mais plutôt au fond d’un coffre à trésors, Sandrine Vincent, dans l’article que je vous propose cette semaine, souligne leur rôle dans la construction de la mémoire familiale.
Les entretiens qu’elle a menés montrent que quels que soient leur milieu socioculturel ou leur niveau de ressources, les parents et les enfants accordent une grande importance aux jouets, au point de ne pas pouvoir souvent ni les jeter ni les remplacer. Ainsi, même lorsqu’il n’est plus utilisé, le jouet n’est que très rarement destiné à la poubelle : donné à une association, rangé dans un carton, exposé sur les étagères d’une bibliothèque ou trônant sur le lit, tout est bon pour ce jouet, sauf la poubelle.
Sandrine Vincent montre que les jouets que l’on garde sont surtout ceux de la prime enfance, c’est-à-dire les premiers avec lesquels on s’est amusé, qui correspondent à une période de l’existence bien enfouie.
D’autre part, elle met en avant que ce sont surtout les parents qui préservent les jouets de leurs enfants, ce qui peut s’expliquer par le fait que les jouets, au-delà des souvenirs d’enfants, expriment la filiation. Ils permettent aux parents de marquer une certaine continuité entre les enfants qu’ils ont été et les enfants qu’ils continuent à être à travers leurs enfants. A ce titre, certains parents « lèguent » leurs jouets à leurs enfants. Les jouets peuvent aussi permettre d’évoquer les grands-parents disparus et ainsi conserver, en eux, le souvenir des aïeux. Les jouets participent à la transmission de la mémoire familiale. Connaître l’origine familiale des jouets prend toute son importance lorsque les enfants grandissent. Les jouets témoignent des relations privilégiées que les adultes d’aujourd’hui avaient le plus souvent avec leurs grands-parents.
“Les jouets marquent la continuité d’une génération à l’autre et inscrivent l’enfant dans la lignée, lui signifient ou lui rappellent son identité individuelle et familiale”. De même que les albums de photos ou les « papiers de famille », les jouets cristallisent l’appartenance familiale.