L’usage du téléphone portable dans le couple

« Le téléphone portable dans la vie conjugale. Retrouver un territoire personnel ou maintenir le lien conjugal ? », Martin, De Singly, Réseaux, 2002

Le téléphone portable est-il un équipement conjugal ou personnel ? Quelle place prend-t-il dans le couple ? C’est à ces deux questions majeures que répondent les auteurs dans l’article que nous présentons cette semaine. Continuer la lecture de L’usage du téléphone portable dans le couple

L’homoparentalité en débat : points de repères

Homoparentalité : le sens d’une formule

Il y a lieu tout d’abord de s’arrêter sur l’expression « homoparentalité », qui est aujourd’hui passée dans le sens commun, mais qui à l’origine porte en elle-même une revendication : « celle de pouvoir être parent en étant homosexuel, cette revendication étant indissociable de l’aspiration à être une famille comme les autres » ainsi que le rappelle Jacques Commaille dans la préface de l’ouvrage Homoparentalités, état des lieux (ouvrage sous la direction de Martine Gross, 2005). L’expression est créée en 1997 par l’association des parents et les futurs parents gays et lesbiens. L’emploi de ce terme est alors uniquement le fait des militants. Le terme homoparental permet de définir le couple parental non pas au regard de son orientation sexuelle mais de la constitution de la famille conjugale.
L’expression homoparentalité invite à dissocier la procréation de la sexualité et à considérer que le couple conjugal et parental peut ne pas être fondé sur une différence des sexes. Revendiquer le label « famille » pour cette organisation de la vie privée revient également à faire mouvoir les cadres d’une institution qui n’est plus immuable. Elle fait voler en éclat l’idée d’une certaine naturalité de la famille traditionnelle. «Les nouvelles formes de liens familiaux qui s’inventent rappellent que cette famille que nous sommes portés à considérer comme naturelle parce qu’elle se présente avec évidence du toujours est une invention récente » (Bourdieu, «A propos de la famille comme catégorie réalisée », ARSS, 1993). La diversité des modes de vie conjugale s’institutionnalise, le couple se résume de moins en moins à endosser des rôles prédéfinis et à se conformer à une tradition. « Claque couple est invité à trouver sa propre mesure, à se définir et à se justifier par lui-même » note Jean-Hugues Déchaux dans son Sociologie de la famille (Coll Repères, 2007)
Dans l’expression « homoparentalité », il y a le terme parentalité, qui renvoie au terme parenté. Cela invite à se poser des questions sur le renouveau, que la reconnaissance des homoparents, invite à promouvoir au niveau de la filiation. Les familles recomposées, la revendication « homoparentale », les aides médicales à la procréation bousculent le modèle classique de la parenté fondé sur l’exclusivité d’une filiation bilatérale. Continuer la lecture de L’homoparentalité en débat : points de repères

La taille des hommes influence leur mise en couple

Nicolas Herpin, « La taille des hommes : son incidence sur la vie en couple et la carrière professionnelle », Economie et statistique, n°361, 2003


Les hommes grands sont plus souvent en couple que les petits

D’après l’Enquête permanente sur les conditions de vie réalisée par l’Insee en 2001, parmi les hommes de 20-29 ans, 47 % de ceux qui mesurent plus d’un 1,80m sont en couple, contre seulement 41% de ceux qui mesurent entre un 1,70m et 1,80m. Parmi les 30-39 ans, les trois quarts des grands (plus d’un 1,80m) et des moyens (1,70m et 1,80m) vivent en couple mais seulement 60 % de ceux dont la taille est inférieure à 1,70 m.

Ainsi la mise en couple semble plus précoce pour les hommes de plus grande taille. Le retard dans la mise en couple des hommes de taille moyenne entre 20-29 ans (1,70m et 1,80m) est rattrapé dès la tranche d’âge suivante (30-39 ans), mais il ne l’est pas pour les plus petits. Dans les tranches d’âge suivantes, le pourcentage des hommes petits vivant en couple augmente mais il n’atteint jamais celui des grands.

Un effet propre de la taille ?

La petite taille est-elle la raison de cette différence dans la vie en couple ? Ou est-elle le reflet d’autre chose, la traduction d’une autre propriété sociale ? se demande Nicolas Herpin. Continuer la lecture de La taille des hommes influence leur mise en couple

Eléments de sociologie de la famille : penser le statut de beau-parent

Alors que le président de la République souhaite créer un statut pour les beaux-parents, pour que soit reconnue leur présence éducative auprès des enfants de leur compagnon ou compagne, il peut être utile de poser quelques jalons en sociologie de la famille, quant au statut de beau-parent.

Recomposer une famille est-il nouveau ?

On peut déjà rappeler que le divorce contemporain n’est pas créateur d’une situation inédite. Les groupes domestiques d’autrefois étaient marqués par une forte instabilité, consécutive à la mortalité, et les remariages étaient nombreux. Le veuvage et le remariage organisaient une « polygamie successive » selon le terme de Martine Segalen dans son Sociologie de la famille, comme avec le divorce contemporain. La différence résidant dans le fait que dans le premier cas, la rupture était subie, alors que dans le cas du divorce, elle est voulue. Le remariage se faisait très rapidement après le décès de l’époux : la survie d’un ménage, confondue avec l’exploitation, fondée sur le travail complémentaire d’un homme ou d’une femme, l’exigeait. Les hommes jeunes qui se retrouvaient veufs avec de jeunes enfants à charge devaient se remarier très vite. Continuer la lecture de Eléments de sociologie de la famille : penser le statut de beau-parent

Le couple révélé par le lave-linge

Quand commence le couple ? Il est désormais difficile de répondre à cette question. Est-ce aux premiers rapports sexuels ? Aux débuts de la cohabitation ? A la mise en place d’un système collectif de gestion du quotidien ? Nous proposons dans cet article de revenir sur l’une des thèses de Jean-Claude Kaufmann.  Selon cet auteur, il y a affaiblissement des rites de passage constituant le couple, les seuils sont devenus progressifs et imperceptibles. Le contraste est saisissant avec ce qui prévalait encore dans la première moitié des années 1960. Certes le mariage était alors précédé d’une période plus ou moins longue de fréquentation des deux futurs conjoints, souvent marquée par le rite intermédiaire des fiançailles. Mais aucune confusion n’était possible : il s’agissait pour tous d’une simple préparation, précédant l’entrée en couple véritable, clairement marquée par le mariage. Ce dernier était l’occasion d’une rupture franche entre deux tranches de la vie : celle de la jeunesse et celle de l’âge adulte. Du jour au lendemain, les nouveaux conjoints changeaient brusquement de rôle domestique et de rôle social. Ils passaient du rôle d’enfants habitant chez leurs parents à celui d’époux et d’épouse habitant dans leur propre chez-soi. Continuer la lecture de Le couple révélé par le lave-linge

La coupure. L’excision ou les identités douloureuses

La coupure. L’excision ou les identités douloureuses, un ouvrage de Christine Bellas Cabane (La Dispute, 2008)

Le débat autour de l’excision soulève des passions. Entre ceux qui adoptent une position neutre au nom du respect des différences culturelles et ceux qui voient les parents des fillettes excisées comme des barbares, Christine Bellas Cabane trouve dans cet ouvrage publié, non sans raison, aux éditions La dispute, la voie médiane entre les deux positions. Elle offre un ouvrage documenté, respectueux des positions des défenseurs et des opposants à l’excision et toujours modéré dans ses propos. Mesuré dans ses propos, le jugement de l’auteure est toutefois très nettement affiché, elle qui se situe du côté de la nécessité de protéger les fillettes contre l’excision. L’ouvrage se veut un récit et non pas un essai, comme le note elle-même l’auteure, un récit fondé sur son mémoire de DEA, donc scientifiquement encadré, mais aussi contribution à un débat passionné. L’auteure l’a voulu accessible à un large public, et c’est un pari réussi, sans que le contenu en soit dénaturé pour autant.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Sociologie du PACS

Wilfried Rault, “Entre droit et symbole. Les usages sociaux du pacte civil de solidarité”, Revue française de sociologie, 2007

En l’espace d’une trentaine d’années, les cadres institutionnels de la vie de couple ont considérablement évolué. Le modèle du mariage-institution, rite de passage naturalisé et incontournable signifiant à la fois accès à la conjugalité, à la famille et entrée dans l’âge adulte, a progressivement cédé sa place à une diversité de formes de vie commune. « Contrat conclu par deux personnes physiques majeures, de sexe différent ou de même sexe, pour organiser leur vie commune » (Art. 515-1 du Code civil), le pacte civil de solidarité fait partie du mouvement de diversification des formes et des usages des cadres de la vie privée. Institué par la loi du 15 novembre 1999, le Pacs a inscrit la France dans la dynamique européenne de reconnaissance légale du couple de même sexe amorcée par le Danemark (1989), la Norvège (1993), la Suède (1994) et l’Islande (1996). Comparé à la plupart de ces législations européennes qui lui sont antérieures, il présente la spécificité de s’adresser également aux couples de sexe différent désireux d’encadrer juridiquement leur union sans pour autant avoir recours au mariage.

Wilfried Rault défend l’hypothèse suivante : empruntant à la fois aux fondements du mariage et à l’esprit de certaines dispositions caractéristiques de l’union libre, le Pacs s’apparente à un objet intermédiaire, renfermant potentiellement plusieurs significations. Voué à se différencier du mariage, il n’offre cependant pas une forme totale de reconnaissance aux couples de même sexe. L’auteur démontre que le Pacs est caractérisé par un paradoxe : censé reconnaître le couple de même sexe, les modalités de sa reconnaissance institutionnelle relèvent d’une logique de faible visibilité sociale. Continuer la lecture de Sociologie du PACS