Familles et Europe

Familles et Europe. Un numéro de la revue “Recherches Familiales” (n° 5, 2008)

Cette livraison annuelle de la revue Recherches Familiales ne déçoit pas. Très problématisées, offrant des perspectives d’ensemble sur le thème Famille et Europe, les contributions permettent de faire le point sur les liens de plus en plus nombreux qui se tissent entre les familles et les instances européennes. L’introduction de Gilles Séraphin propose des axes de lecture de l’ensemble de la revue maillés par une problématique soutenue, offre des questions transversales. Peut-on parler de modèle familial européen ? Perçoit-on une convergence des familles européennes vers un modèle unique ? Ainsi qu’il le rappelle, l’Europe et les institutions européennes sont un véritable enjeu pour l’ensemble des familles vivant dans cet espace géographique. L’Europe représente un espace qui permet d’effectuer des comparaisons et d’étudier des nouvelles formes d’élaboration de politiques publiques familiales ou à caractère familial, la comparaison avec d’autres pays européens est toujours riche en enseignements, elle met en évidence convergences et divergences. Non seulement le périmètre donné à ce champ est extrêmement variable selon les pays, voire les périodes, mais certains pays n’ont absolument pas de politique codée comme « familiale ». Certains pays, comme la France, ont apparemment des politiques familiales explicites, dotées d’un minimum de cohérence et d’identité institutionnelles (conférences, attributions ministérielles … ) ; d’autres peuvent avoir des actions comparables en faveur des familles, mais sans qu’elles apparaissent comme politiques familiales.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

L’homoparentalité au masculin

L’homoparentalité au masculin. Le désir d’enfant contre l’ordre social. Un ouvrage d’Emmanuel Gratton (Puf/Le Monde, coll. “Partage du savoir”, 2008)

L’ouvrage d’Emmanuel Gratton, récompensé par le Prix Le Monde de la recherche universitaire, est issu de sa thèse de doctorat soutenue en janvier 2006 sous la direction de Vincent de Gaulejac. Il prend pour objet la paternité gay et plus spécifiquement la décision prise par des hommes homosexuels de devenir pères en dehors de toute union hétéroparentale. Pour Anne Cadoret [1], la formation d’une famille homosexuelle se décline sous quatre modes. Il s’agit soit d’une famille constituée d’un couple gay ou lesbien et des enfants de l’un des deux conjoints nés dans le cadre d’une union précédente hétérosexuelle ; soit d’une situation de coparentalité, lorsqu’un couple de femmes et un couple d’hommes s’entendent pour qu’un enfant soit procréé par un des membres de chaque couple et soit reconnu par ses géniteurs ; soit d’une adoption, un des deux membres de la famille homosexuelle la demandant ou encore par le recours aux nouvelles techniques de reproduction [2]. Ces diverses configurations familiales sont représentées parmi les 27 hommes ayant accepté de participer à la recherche d’Emmanuel Gratton.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Quelles familles en 2008 ?

En 2007, les femmes qui ont mis un enfant au monde avaient en moyenne 29,9 ans. “La tendance observée depuis trente ans à avoir ses enfants toujours plus tard se poursuit”, note le démographe Gilles Pison dans Population et sociétés (“La Population de la France en 2007”, mars 2008, no 443). En 1977, l’âge moyen des femmes à l’accouchement était de 26,5 ans. Aujourd’hui, plus d’un nouveau-né sur cinq (21,1 %) a une mère âgée de plus de 35 ans.
Alors que le mariage ne cesse de reculer, le nombre annuel de pacs a plus que quintuplé, passant de 20 000 en 2001 à plus de 100 000 en 2007. Cette progression est liée à l’augmentation des pacs signés par des couples homosexuels (+ 50 %), mais surtout au succès du pacs auprès des couples hétérosexuels : en six ans, leur nombre a été multiplié par six. “En 2007, on se rapproche d’un pacs pour deux mariages, remarque Gilles Pison.
Le triomphe du pacs est sans doute lié au fait qu’il s’est peu à peu rapproché du mariage : en 2005, les avantages fiscaux accordés aux pacsés ont été alignés sur ceux des couples mariés. Sa souplesse – il peut être dissous à la suite d’une simple déclaration écrite – semble en outre correspondre aux demandes des couples d’aujourd’hui. Segalen dans Sociologie de la famille (6ème édition, 2007) rappelle qu’aujourd’hui, on ne peut plus obliger un couple à durer, en tendance c’est la relation de pure telle qu’elle a été théorisée par Giddens dans La transformation de l’intimité, 1991 qui tend à se réaliser, même si un réalisme sociologique de bon aloi doit nous rappeler les limites de ce modèle. A ce titre, il faut lire l’article de De Singly “Intimité conjugale et intimité personnelle” dans la revue en ligne Sociologie et sociétés, 2003.

En 2007, près de la moitié des bébés sont nés au sein d’un couple non marié, contre seulement 6 % en 1970. “Ces naissances, alors rares et mal perçues, étaient classées officiellement comme “naturelles” ou “illégitimes”, souligne Gilles Pison. Mais la norme sociale a changé et elles sont aujourd’hui à parité avec les naissances au sein de couples mariés.”

La filiation recomposée : origines biologiques, parenté et parentalité

La filiation recomposée : origines biologiques, parenté et parentalité. Un numéro de la revue “Recherches familiales” (n° 4, 2007, 233 p., 21€)

Ce numéro de la revue annuelle Recherche familiales, financée par l’UNAF, est consacré à la filiation recomposée. C’est le quatrième numéro de la revue, ce qui peut expliquer que les articles soient assez divers et croisent des regards différents sur la famille d’aujourd’hui. On pourra lire des contributions de sociologues, mais aussi de juristes ou de psychologues. Cette diversité donne aux articles une complémentarité intéressante, mais parfois au risque de nous emmener dans des considérations techniques, notamment du coté du droit, ce qui peut rendre la lecture un peu ardue pour des non-spécialistes.

Les thèmes abordés étant largement liés à l’actualité, on trouvera dans ce numéro des analyses portant sur les familles recomposées, sur les familles monoparentales, ainsi que sur les familles homoparentales. Il s’agit donc de donner une place centrale au concept de parentalité, c’est-à-dire la parenté pratique, celle qui tend à s’imposer dans les nouvelles formes familiales et les relations de filiation. C’est ainsi que Gérard Neyrand, dans un article intitulé « La parentalité comme dispositif. Mise en perspective des rapports familiaux et de la filiation », propose de revenir sur ce concept de parentalité en le clarifiant et en établissant sa généalogie Parallèlement, ce concept requestionne le fondement du lien de filiation et en montre le paradoxe. Alors que le lien biologique a une valeur primordiale, les nouveaux comportements donnent une place grandissante à la parenté pratique. Dans ce contexte les avancées scientifiques comme la procréation médicalement assistée (PMA), ou juridiques comme l’adoption plénière, ont contribué à ce requestionnement des sociologues de la famille.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio