L’établissement idéal

Alain Léger, ” Les déterminants sociaux des carrières enseignantes “, Revue française de sociologie, 1981, n° 4, pp. 549-574.

“La carrière professionnelle des professeurs est marquée par une série de changements d’établissement d’exercice, qui peut être interprétée comme autant d’étapes les rapprochant de ce qui constitue sans doute, à leurs yeux, le modèle idéal d’établissement. Dans l’immense majorité des cas, en effet, les enseignants titulaires ne peuvent être déplacés de leur poste que sur leur demande. La priorité dans le choix de leur poste revient alors à ceux qui ont l’ancienneté et le grade les plus élevés. On peut alors définir les lycées les plus recherchés par le personnel enseignant comme étant ceux où l’on rencontre la proportion la plus élevée d’agrégés et de professeurs âgés, et également comme étant ceux où le séjour dans le poste est le plus long. Ces lycées les plus recherchés peuvent, d’autre part, être caractérisés par l’origine sociale de leur public scolaire. Ainsi nous définirons cinq catégories de lycées : d’une part, des établissements que, pour simplifier, on pourrait appeler « très bourgeois » et « bourgeois », dans la mesure où certaines catégories socioprofessionnelles des parents d’élèves (cadres supérieurs et professions libérales) y sont massivement sur-représentées ; d’autre part, des établissements « populaires » et « très populaires » où les enfants d’ouvriers occupent une place supérieure à leur proportion nationale ; enfin des établissements « socialement mixtes » à public scolaire plus mélangé.

Il s’agit alors de vérifier que les lycées les plus recherchés sont aussi les lycées les plus « bourgeois ». L’attirance exercée sur les professeurs par ces établissements sera donc cernée par les trois indices mentionnés précédemment, ce qui permet de poser trois hypothèses :

– des lycées très populaires aux lycées très « bourgeois », la proportion de professeurs agrégés s’élève régulièrement (et, corrélativement, la proportion de maîtres auxiliaires diminue),

– le pourcentage des professeurs les plus âgés s’accroît,

– la fréquence des longs séjours dans le poste augmente (les établissements à forte représentation populaire se caractérisant au contraire par une rotation plus rapide du personnel enseignant).”

L’effet pédagogique des conditions d’enseignement

« Epreuve scolaire et consécration sociale », Pierre Bourdieu, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1981
A partir d’une enquête menée dans les classes préparatoires aux Grandes écoles (khâgnes, taupes) et dans les Grandes écoles (en particulier École normale supérieure et Ecole polytechnique), Bourdieu a analysé les effets techniques exercés par l’organisation scolaire de ces établissements.

Voici un extrait p.7 de l’article
“Ce qui distingue les classes préparatoires de toutes les autres institutions d’enseignement supérieur est le système des moyens institutionnels incitations contraintes et contrôles qui sont mis en oeuvre pour réduire toute l’existence de ceux que on appelle encore ici des élèves une succession ininterrompue activités scolaires intensives rigoureusement réglées et contrôlées tant dans leur moment que dans leur rythme. L’important, du point de vue de l’effet pédagogique, est moins ce qui est enseigné, que ce qui est enseigné travers les conditions dans lesquelles s’effectue l’enseignement : l’essentiel de ce qui est transmis se situe non dans le contenu apparent (programmes cours etc.) mais dans l’organisation même de action pédagogique”

“Cette pédagogie doit sa force extrême au fait que comme tout enseignement tradi tionnel elle passe sous silence essentiel imposé comme allant de soi sans examen et voué échapper aux prises de la discus sion et de la critique conscientes” p 8

Pour Bourdieu, l’action pédagogique ne produit pas seulement des effets techniques (savoirs et savoir-faire inculqués) ; elle a aussi une efficacité proprement magique d’initiation et de consécration qui se laisse plus particulièrement apercevoir dans le cas des grandes écoles.

Le niveau des élèves en question

Extrait me semble-t-il particulièrement intéressant tiré d’un article de François Dubet, “Pourquoi ne croit-on pas les sociologues ?”, Education et sociétés, 2002, n°9 à propos de la question lancinante “Le niveau baisse-t-il?”, “Les élèves sont-ils de moins en moins bons”. François Dubet nous rappelle qu’il faut faire attention aux a-priori et à la rapidité de la conclusion.

“Quand, mesures scientifiques et comparaisons historiques à l’appui, vous expliquez à un public de professeurs que le niveau des élèves n’a pas baissé, en général une partie de l’auditoire s’agite, grommèle et proteste devant cette affirmation pourtant étayée par des faits simples : 50% d’une classe d’âge obtenait le certificat d’études primaires en 1950, alors que 65% obtient le baccalauréat en 2000; ou bien encore, le taux des bacheliers du début des années 1960 était à peine supérieur à celui des élèves en classe préparatoire aujourd’hui… Cependant, si la plupart des professeurs résistent à des faits aussi forts, c’est que du point de vue où ils se placent dans le système, le niveau a baissé, bien que celui des élèves monte en général. Le professeur d’une classe de seconde recevant les 20% des meilleurs élèves d’une classe d’âge en 1975 et qui en accueille aujourd’hui plus de 50%, a bien vu que tous ces nouveaux élèves étaient plus faibles que ceux qu’il recevait jusque-là. Le fait que ces nouveaux élèves soient bien meilleurs que leurs aînés qui n’entraient tout simplement pas en seconde, ne peut pas le convaincre car il voit bien arriver des élèves plus faibles et n’en démord pas. Il croit ce qu’il voit et pour lui, le niveau baisse objectivement. Le même phénomène général de glissement explique le sentiment de chute du niveau observé chez les plus anciens des professeurs des lycées professionnels. Alors qu’ils ont longtemps reçu l’élite des élèves de la classe ouvrière, ils en accueillent aujourd’hui les élèves les plus faibles, ceux qui n’étaient pas scolarisés au-delà de l’école élémentaire, leurs anciens élèves étant “montés” vers les secondes générales dont ils ont fait “baisser” le niveau. Aussi sont-ils fondés à dire que si le niveau général d’une classe d’âge s’est élevé, ce n’est certainement pas le cas de celui de leurs élèves”

Toujours dans le même article, Dubet présente un autre point sur lequel les enseignants ne croient pas les sociologues : les vertus du redoublement.

“Les professeurs croient dans les vertus du redoublement alors que les études sur ce problème tendent à démontrer le contraire (Paul 1996). Là encore, les opinions des professeurs apparaissent rationnelles car, dans la plupart des cas, l’élève redoublant sera un peu meilleur durant son année de redoublement. La vertu du redoublement paraît donc s’imposer comme un mélange d’observation et de bon sens puisqu’on compare le même élève dans la même classe. Le chercheur procède tout autrement en comparant deux élèves “théoriques” identiques dont l’un a redoublé, l’autre pas, il montre que le second s’en tire mieux que le premier, sans compter l’effet de stigmatisation du redoublement. Le chercheur a incontestablement raison, mais l’acteur, lui, n’a pas tort de ne pas en démordre puisqu’il voit bien “son”redoublant progresser alors qu’il ne peut le comparer à rien et notamment aux progrès réalisés s’il n’avait pas redoublé.”

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search