Les déterminismes sociaux perdurent en vacances

Au moment de partir en vacances, l’occasion peut être bonne de réfléchir à ce que le départ en vacances peut impliquer en termes de modifications des repères et des schèmes de comportements liés au quotidien : transformations du rythme de vie (horaires des repas, du lever, du coucher), de l’organisation quotidienne (passer plus de temps avec son ou sa conjoint(e) et ses enfants), accroissement des pratiques de sociabilité, de loisirs. Nous présenterons à ce sujet l’article de Bertrand Réau paru dans la revue Espaces et sociétés en 2005 (N°120-121) « Évasions temporaires : socialisations et relâchements des contrôles dans les villages de vacances familiaux ».

Continuer la lecture de Les déterminismes sociaux perdurent en vacances

Vêtement et classe sociale : de la nécessité de la distinction

Dans l’extrait de l’article de Roland Barthes, qui suit, je vous propose de quoi continuer la réflexion sur la distinction, commencée avec la citation de Goblot. Comment percevoir la distinction ? Sur quels signes reposent-elles ? Roland Barthes reprend ce que disait Goblot sur le détail, le petit plus qui constitue la distinction. Cet art du petit détail est également mis en avant par Béatrix Le Wita dans Ni vue ni connue. Ethnographie de la culture bourgeoise.

Roland Barthes, « Le dandysme et la mode », United States Lines Paris Review, juillet 1962 repris dans Barthes. Œuvres complètes. Tome I. 1942-1965, Editions du seuil, 1993, p 963-966

« Pendant des siècles, il y a eu autant de vêtements que de classes sociales. Chaque condition avait son habit, et il n’y avait aucun embarras à faire de la tenue un véritable signe […]. Ainsi, d’une part, le vêtement était soumis à un code entièrement conventionnel mais, d’autre part, ce code renvoyait à un ordre naturel, ou mieux encore, divin. Changer d’habit, c’était changer à la fois d’être et de classe, car l’un et l’autre se confondaient. Continuer la lecture de Vêtement et classe sociale : de la nécessité de la distinction

Goût de classe, corps de classe

Pierre Bourdieu, La Distinction, Editions de Minuit, 1979, p 210

« Le goût en matière alimentaire dépend aussi de l’idée que chaque classe se fait du corps et des effets de la nourriture sur le corps, c’est-à-dire sur sa force, sa santé et sa beauté, et des catégories qu’elle emploie pour évaluer ces effets, certains d’entre eux pouvant être retenus par une classe qui sont ignorés par une autre, et les différentes classes pouvant établir des hiérarchies très différentes entre les différents effets : c’est ainsi que là où les classes populaires, plus attentives à la force du corps (masculin) qu’à sa forme, tendent à rechercher des produits à la fois bon marché et nourrissants, les professions libérales donneront leur préférence à des produits savoureux, bons pour la santé, légers et ne faisant pas grossir. Culture devenue nature, c’est-à-dire incorporée, classe faite corps, le goût contribue à faire le corps de classe: principe de classement incorporé qui commande toutes les formes d’incorporation, il choisit et modifie tout ce que le corps ingère, digère, assimile, physiologiquement et psychologiquement. Il s’ensuit que le corps est l’objectivation la plus irrécusable du goût de classe, qu’il manifeste de plusieurs façons. D’abord dans ce qu’il a de plus naturel en apparence, c’est-à-dire dans les dimensions (volume, taille, poids, etc.) et les formes (rondes ou carrées, raides ou souples, droites ou courbes, etc.) de sa conformation visible, où s’exprime de mille façons tout un rapport au corps, c’est-à-dire une manière de traiter le corps, de le soigner, de le nourrir, de l’entretenir, qui est révélatrice des dispositions les plus profondes de l’habitus : c’est en effet au travers des préférences en matière de consommation alimentaire qui peuvent se perpétuer au-delà de leurs conditions sociales de production (comme en d’autres domaines un accent, une démarche, etc.), et aussi bien sûr au travers des usages du corps dans le travail et dans le loisir qui en sont solidaires, que se détermine la distribution entre les classes des propriétés corporelles. »

Obésité et milieu social

0,6 % d’enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures scolarisés en classe de CM2 souffrent d’obésité contre 6,1 % des enfants d’ouvriers…

Entre 2002 et 2005 les inégalités face à l’obésité se sont creusées. Au cours de cette période, la proportion d’enfants obèses a diminué de façon plus ou moins importante dans toutes les catégories socioprofessionnelles, excepté pour les enfants d’ouvriers où elle est passée de 5,1 % à 6,1 %.

Lorsque le père est cadre ou exerce une profession libérale, la prévalenceglobale du surpoids (obésité incluse) chez les adolescents de troisième est d’à peine 11 %, et celle de l’obésité inférieure à 1 %. Lorsqu’il est ouvrier non qualifié, le surpoids (obésité incluse) est deux fois plus fréquent, mais l’obésité dix fois plus. Entre ces deux extrêmes, les milieux artisans, commerçants, et chefs d’entreprise ainsi que ceux des professions intermédiaires et des employés occupent une position intermédiaire, alors que la prévalence de l’obésité est relativement élevée, proche de 5 %, chez les enfants issus des milieux des ouvriers qualifiés. La situation est similaire lorsque l’on considère la catégorie socioprofessionnelle maternelle, avec une prévalence de l’obésité minimale lorsque la mère est cadre, et maximale lorsqu’elle est ouvrière non qualifiée.


Importance de la consommation ostentatoire

Thostein Veblen, Théorie de la classe de loisir, Coll Tel, Gallimard, 1899 (1970), « Chapitre 3. Le loisir ostentatoire »

p 27
« Pour s’attirer et conserver l’estime des hommes, il ne suffit pas de posséder simplement richesse ou pouvoir : il faut encore les mettre en évidence, car c’est à l’évidence seule que va l’estime. En mettant sa richesse bien en vue, non seulement on fait sentir son importance aux autres, non seulement on aiguise et tient en éveil le sentiment qu’ils ont de cette importance, mais encore, chose à peine moins utile, on affermit et préserve toutes raisons d’être satisfait de soi. A tous les stades de la civilisation, sauf aux plus inférieurs, un « cadre convenable » et l’exemption de tout « emploi servile » réchauffent et soutiennent l’amour propre de l’homme normalement constitué. S’il est contraint de se départir de son niveau de décence habituel, que ce soit dans les ornements, de la vie ou dans le genre et la durée de son activité quotidienne, il le ressentira comme un affront à sa dignité d’homme, que ses pairs le désapprouvent ou non, qu’il en ait ou non conscience. »

 » Au cours du stade prédateur, et surtout ensuite, dans la période qui a vu les débuts et le développement quasi pacifique de l’industrie, une vie de loisir est le témoignage tout indiqué et parfaitement probant de la puissance pécuniaire, et donc de la puissance tout court : pourvu toutefois que l’homme comme il faut coule visiblement son loisir dans l’aisance et le confort… L’abstention affichée de tout travail devient donc la preuve classique de l’exploit pécuniaire ; à l’inverse, étant donné que l’assiduité au travail productif est une preuve de pauvreté et de sujétion, elle devient incompatible avec une position honorable dans la société. « 

p 31
« On a déjà fait remarquer que le terme de « loisir », tel qu’on l’emploie ici, ne parle ni de paresse ni de repos. Il exprime la consommation improductive du temps, qui 1° tient à un sentiment de l’indignité du travail productif; 2° témoigne de la possibilité pécuniaire de s’offrir une vie d’oisiveté. Or l’homme comme il faut, le désœuvré, n’expose pas tous les instants de sa vie aux regards de ceux que doit frapper le spectacle de son loisir honorifique. »

Les déterminants sociaux de l’alimentation

Séverine Gojard, « L’alimentation dans la prime enfance. Diffusion et réception des normes de puériculture », Revue française de sociologie, 2000, n° 3, pp. 475-512.

L’alimentation dans la petite enfance est un objet particulièrement pertinent pour observer la diffusion et la réception des discours normatifs, dans la mesure où ce type de discours foisonne sur l’art et la manière de nourrir son enfant, et où les enjeux de la conformité à la norme sont potentiellement importants : il s’agit de faire pousser un enfant «normal», et d’être de «bons parents» La charge émotionnelle associée à la tâche d’élevage des enfants renforce d’autant le caractère coercitif de la norme et la culpabilisation des parents qui ne s’y conforment pas. Un examen des discours de puériculture contemporains (à partir de publications récentes) montre que la conformité aux normes de puériculture n’est pas si facile à accomplir, parce que les prescriptions, rarement identiques d’un manuel à l’autre, sont parfois antagonistes. Pour Séverine Gojard, «la manière dont les parents alimentent leurs enfants en bas âge est le révélateur de leur attitude vis-à-vis de telle ou telle norme, ou plutôt de leur propension à recourir à tel ou tel interlocuteur, lui-même porteur ď une norme. »

À partir d’une enquête par questionnaire portant sur l’alimentation dans la prime enfance, l’auteure fait apparaître deux modèles de soins aux nourrissons, un modèle savant et un modèle populaire1. L’opposition entre ces deux modèles est construite sur le type de sources de conseils utilisées et sur l’adoption ou non de certaines pratiques conformes à la puériculture savante et absentes des usages populaires ; elle se superpose avec l’opposition entre classes supérieures et classes populaires. L’existence de deux modèles opposés ne suppose pas une stricte partition de la population en deux catégories ; on observe au contraire un continuum de pratiques allant de l’un à l’autre. Cette opposition est surtout un outil conceptuel, proche de la construction d’idéal-types. Continuer la lecture de Les déterminants sociaux de l’alimentation

  1. Mis en évidence grâce à une analyse des correspondances multiples []

Allaiter, norme familiale, norme savante

Sévérine Gojard, « L’allaitement, une norme sociale », Spirale, 2003/3, N°27

L’étude des statistiques montre que les taux d’allaitement, ainsi que les durées d’allaitement ou de sevrage, varient en fonction des caractéristiques sociodémographiques des mères. De même, l’analyse des propos tenus par les femmes sur l’allaitement – dans des situations d’entretien en face à face – permet de les relier à l’univers social dans lequel les mères évoluent. On peut ainsi mettre en évidence au moins deux types d’allaitement différents. Pour décrire ces types d’allaitement, on utilise la notion de modèle, qui désigne de manière condensée l’ensemble des traits caractéristiques d’une pratique.

Les modèles correspondent à la fois à des constructions statistiques et théoriques et à des représentations, dans la mesure où ils réunissent des éléments objectifs (notamment sur la pratique de l’allaitement mais aussi sur les sources de conseils) mais aussi des éléments subjectifs (notamment sur les raisons d’allaiter). Continuer la lecture de Allaiter, norme familiale, norme savante