Les classes sociales dans la mondialisation

Les classes sociales dans la mondialisation. Un ouvrage d’Anne-Catherine Wagner (La Découverte, coll. « Repères », octobre 2007, 117 p.)

Les catégories de classes, de structures sociales ou de reproduction sont-elles devenues obsolètes dans le contexte idéologique actuel de valorisation de la fluidité et de la mobilité ? Comment faut-il repenser les principes d’analyse des classes sociales dans le cadre d’une économie mondialisée ? Telle est la problématique de ce nouvel ouvrage de la collection « Repères » écrit par Anne-Catherine Wagner, qui propose une synthèse très stimulante des liens existant entre mondialisation et classes sociales.

Le premier chapitre – « Du cosmopolitisme des hautes classes à l’internationalisme ouvrier » – offre un rapide tour d’horizon historique. A-C Wagner y montre qu’il faut se prémunir contre l’illusion d’une nouveauté radicale du mouvement de mondialisation des classes sociales. Ainsi qu’elle le rappelle, les hautes classes se sont toujours distinguées par leur cosmopolitisme, constitutif du style de vie aristocrate. Retenons l’exemple du « grand tour », inventé par des aristocrates britanniques au XVIe siècle, sorte de voyage de formation qui parachève une bonne éducation, permettant d’apprendre ou de parfaire le français et l’italien, de se familiariser avec les critères esthétiques, les normes politiques et religieuses, les codes de sociabilité des sociétés de cours. Mais l’internationalisme est aussi présent dans les classes ouvrières européennes dès leur formation au début du XIX siècle. Aux Etats-Unis et en France, la classe ouvrière s’est construite par l’apport de l’immigration. Des solidarités internationales naissent entre les partis ouvriers.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio