La sociologie, une science qui dérange

Pierre Bourdieu – La sociologie dérange – Exrait d’entretien avec l’historien Roger Chartier diffusé dans “Les chemins de la connaissance” (Partie 1 – 1988)

“Enfin, je pense que la science sociale, qu’elle le sache ou non, qu’elle le veuille ou non, répond à des questions extrêmement importantes ; en tout cas, elle les pose et elle a le devoir de les poser mieux qu’elles ne se posent dans le monde social ordinaire. Par exemple, mieux qu’elles ne se posent dans le milieu des journalistes, mieux qu’elles ne se posent dans le milieu des essayistes, mieux qu’elles ne se posent dans le milieu de la fausse science.”

Faux pas dans la déconstruction des stéréotypes

Comment déconstruire des stéréotypes? Evelyn Fox Keller ( (Le siècle du gène, Paris, Gallimard, 2003 [2000], p129) rappelle combien l’entreprise est difficile à partir d’un exemple tiré de Jurassic Park…

Dans le domaine de la génétique, Evelyn Fox Keller a mené une enquête sur les représentations stéréotypées. Elle la conclut par l’exemple de Jurassic Park. Elle montre que malgré les efforts réalisés dans le reste du film pour rétablir la « vérité » sur le Tyrannosaurus Rex (gros lézard herbivore plutôt que monstre sanguinaire), une seule scène du film suffit à les gommer : celle où le dinosaure poursuit la jeep des humains. Ainsi « en perpétuant un bref instant le stéréotype établi, il contribue à prolonger la vie du T-Rex mythique »

L’improbable statistique

Extrait d’un entretien de Stéphane Beaud avec Nassim, un étudiant d’origine immigrée et populaire, dans 80 % au bac… et après ? (Beaud, 2002, 80% au bac… et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découverte, 372 p, p. 39)

” Les fils d’ouvriers, statistiquement, c’est vrai qu’ils sont dans les lycées professionnels… Mais moi je n’en fais pas partie, je suis dans l’autre partie. Moi, je suis pas dans la statistique… Mais j’admets que c’est vrai, j’admets les statistiques…
Quand même, c’est pas des conneries, mais personnellement, je dis que ça, c’est bête… (réfléchissant) Moi, je dis non : je ne fais pas partie de la statistique !… Même si je respecte la statistique ! Parce qu’elle est majoritaire, je la respecte, je dirai pas que c’est pas vrai dans la vie, mais, pour moi, dans ma tête, c’est pas vrai… Vous comprenez la nuance !… “

On se référera avec profit à Bernard Lahire (1994), ” Les raisons de l’improbable : les formes populaires de la “réussite” à l’école élémentaire “, in Vincent Guy (dir.), L’Éducation prisonnière de la forme scolaire ? Scolarisation et socialisation dans les sociétés industrielles, Presses universitaires de Lyon ou à Tableaux de famille, 1995 pour l’étude des réussites improbables.

Objet sociologique invisible ?

Un article de la Revue Française de Sociologie traite d’un objet sociologique qui a été tardivement constitué comme tel. Qu’est-ce qui fait qu’un objet acquiert une visibilité sociale? Comment tel ou tel phénomène devient-il objet d’enquête?
Pierre Merle et Bertrand le Beau dans “Alcoolisation et alcoolisme au travail”, Revue Française de Sociologie, 2004, 45-1 démontrent que l’alcoolisme n’est pas un objet de sociologie, non pas parce qu’il est invisible, mais peut-être bien parce que l’alcoolisation est banalisée. Citant Got et Weill, dans L’alcool à chiffres ouverts, Paris, Seli Arslan,1997, ils notent que “la connaissance sociologique limitée des pratiques d’alcoolisation a plusieurs origines. D’abord, la généralisation de ces pratiques : les Français sont les premiers consommateurs d’une bonne partie des différents types de boissons alcooliques. La banalisation extrême de l’usage diminue paradoxalement sa visibilité sociale. À l’instar des accidents de la circulation, les pratiques d’alcoolisation sont en quelque sorte trop quotidiennes pour constituer un objet de recherche ou d’actualité (à l’exception de périodes généralement limitées dans le temps). La distance est en fait d’autant plus difficile à construire que l’objet est partie intégrante de la vie sociale”
Ils proposent de revenir sur cette lacune, en faisant état d’une recherche menée dans un centre de tri postal breton, qui repose sur des entretiens et des observations. L’objet de la recherche est “d’étudier les pratiques d’alcoolisation et la construction sociale de la frontière entre ces deux pratiques afin de comprendre un paradoxe : pourquoi les cadres de La Poste, malgré leurs obligations réglementaires les incitant à signaler les personnes dites alcooliques, semblent-ils si souvent passifs ?” Comment distinguer les pratiques d’alcoolisation et les pratiques d’alcoolisme” se demandent Merle et Le Beau? L’un est un phénomène normal, l’autre est déviance. Durkheim si tu es là…

Pierre Bourdieu : le corps comme signifiant social

Pierre Bourdieu, « Remarques provisoires sur la perception sociale du corps », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 14, 1977, p. 51.

” Le corps en tant que forme perceptible “produisant, comme on dit, une impression” […] est, de toutes les manifestations de la “personne”, celle qui se laisse le moins facilement modifier, provisoirement et surtout définitivement et, du même coup, celle qui est socialement tenue pour signifier le plus adéquatement, parce qu’en dehors de toute intention signifiante, l’”être profond”, la “nature” de la “personne”. Le corps fonctionne donc comme un langage par lequel, on est parlé, plutôt qu’on ne le parle, un langage de la nature où se trahit le plus caché et le plus vrai, à la fois, parce que le moins consciemment contrôlé et contrôlable et qui contamine et surdétermine de ses messages perçus et non aperçus toutes les expressions intentionnelles à commencer par la parole.
Mais ce langage de l’identité naturelle est en fait un langage de l’identité sociale, ainsi naturalisée, sous forme par exemple de vulgarité ou de distinction naturelle, donc légitimée. Il est à peine besoin de rappeler en effet que le corps, dans ce qu’il de plus naturel en apparence, c’est-à-dire dans les dimensions de sa conformation (visible volume taille poids etc.) est un produit social “.