Le commerce équitable dans la France contemporaine. Idéologies et pratiques

Le commerce équitable dans la France contemporaine. Idéologies et pratiques.  Un ouvrage de Virginie Diaz Pedregal (L’Harmattan, coll. “Logiques sociales”, 2007, 268 p.)

Le commerce équitable, aujourd’hui tout le monde croit savoir ce que c’est. Plus précisément, trois Français sur quatre en ont “delà entendu parler” selon un sondage réalisé par l’IPSOS en 2006. Cette récente popularité, qui doit beaucoup au travail de médiatisation d’acteurs différents (journalistes, militants, politiques), ne doit pas nous faire oublier le cheminement historique de ce mouvement. En effet, Virginie Diaz Pedregal rappelle en introduction de son ouvrage que la logique du “fair trade”, reposant sur l’idée de rendre plus juste les échanges internationaux par la mise en place de nouvelles règles d’échange en rupture avec celles de l’économie dominante, existe depuis les années 1940. On remarquera que cet objectif est également un des point central des groupes altermondialistes, ceux là même ayant connu une visibilité croissante sur les questions touchant à la mondialisation et à ses effets sur les rapports Nord-Sud. Dans ce contexte la popularité du commerce équitable est liée sa logique : “agir local, penser global”, met au centre de son action la volonté des consommateurs souhaitant rompre avec la logique prédatrice du commerce Nord-Sud. Néanmoins il ne rompt pas totalement avec la logique du marché, mais introduit celle de réciprocité, de don. Son action porte sur le partage de la valeur ajoutée, ménageant une part plus grande aux producteurs. L’intérêt de cet ouvrage est alors de donner à comprendre le processus de construction et les enjeux multiples du commerce équitable qui, on s’en doutait, ne se réduisent pas aux images maîtrisées et mise en scène par les conseillers en marketing.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Le réseau pensant. Pour comprendre la société numérique

Le réseau pensant. Pour comprendre la société numérique. Un ouvrage sous la direction de Pascal Lardellier et Philippe Ricaud (Editions universitaires de Dijon, coll. “Sociétés”, 2007, 192 p.)

Cet ouvrage dirigé par Pascal Lardellier et Philippe Ricaud rassemble les analyses de spécialistes des sciences de l’information et la communication. Ces contributions, toutes assez courtes, s’organisent en quatre blocs. La première partie, intitulée, « Penser la société numérique », adopte une posture de réflexivité épistémologique sur les technologies de l’information et de la communication (TIC). Serge Proulx dans sa contribution « Penser les usages des TIC aujourd’hui : enjeux, modèles, tendances », défend la thèse qu’Internet est plus qu’un nouveau media. Associé à l’instauration de la « société en réseaux »1, Internet est perçu comme vecteur d’innovation économique et sociale. L’auteur distingue sept sphères de changements associés à Internet : communication, politique, sociabilité, identité, création culturelle, travail humain, économie. Il s’agit alors pour Proulx, ces bases posées, de démontrer quels sont les nouveaux usages des TIC induits par Internet. Ces usages sont malheureusement plus listés que véritablement explicités, et la recherche par l’auteur de la « construction sociale des usages », présentée comme un modèle d’analyse, gagnerait à être appliquée de manière tangible à un cas concret pour être totalement compréhensible : le chapitre, stimulant dans son caractère programmatique, laisse le lecteur sur sa fin. Mais c’est aussi le cas de l’ensemble des chapitres, ce qui est dû à l’économie générale de l’ouvrage proposant de nombreuses contributions qui ont vocation à stimuler l’intérêt du lecteur, exposant les enjeux des recherches sans y répondre pleinement.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

  1. Manuel Castells, La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998. []

Friches industrielles. Un monde culturel européen en mutation

Friches industrielles. Un monde culturel européen en mutation. Un ouvrage de Fabrice Raffin (L’Harmattan, coll. “Logiques sociales”, 2007, 306 p., 27,50€)

Qu’y a-t-il de commun entre Generik Vapeur installé à Marseille dans les abattoirs municipaux, le Tacheles et la Ufa-Fabirk à Berlin, l’Usine à Genève et le Confort Moderne à Poitiers ? En ces lieux prennent place des « initiatives culturelles » marquées par la recherche de certaines formes musicales. Ce sont des activités artistiques, chacune prenant sens par rapport à son contexte d’émergence, urbain, local mais s’inscrivant également dans un réseau signifiant et unifiant ces pratiques. Ce réseau s’appelle le Trans Europe Halles (TEH), il regroupe des initiatives similaires dans des contextes nationaux et urbains différents.

L’ambition de Friches industrielles, à partir de trois terrains – Poitiers, Berlin et Genève -, est de saisir dans trois expériences à la fois similaires et différentes le sens de ces collectifs. Les initiatives appréhendées dans cet ouvrage sont nées sur une période allant du milieu 70 à la fin des années 80. Il s’agit d’une activité de diffusion et de production artistique urbaine, prenant place dans des espaces à l’abandon, des friches industrielles ou marchandes, anciens entrepôts de stockage, ancien site de production cinématographique…La spatialisation de ces activités est importante pour leur compréhension. Elle confère une valeur particulière à ces mobilisations et aux registres d’actions. La question de l’inscription urbaine de ces initiatives, second axe du travail de Fabrice Raffin, permet d’étudier la relation des acteurs à la ville. Il s’agit de saisir les effets territoriaux du développement d’activités artistiques, les mobilités et les échanges qu’elles induisent dans l’espace urbain.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Emploi et travail. Le grand écart

Emploi et travail. Le grand écart. Un ouvrage de Françoise Piotet (Armand Colin, 2007, 261 p.)

L’ouvrage de Françoise Piotet s’établit sur la distinction entre deux notions, non synonymes, celles de travail et d’emploi. Le fil conducteur de l’ouvrage consiste à analyser la manière dont les deux réalités recouvertes par ces termes s’articulent, interagissent. L’introduction très pédagogique, très claire, offre les lignes de compréhension de la problématique, et pose les termes du débat. La précision donnée sur l’emploi occupé permet de préciser un statut, plus ou moins élevé dans une hiérarchie réelle ou supposée des emplois. L’emploi ne dit rien du travail, il délimite son champ. L’emploi confère un statut, y compris à ceux qui en cherchent un et ne l’ont pas encore trouvé ou l’ont perdu. À l’exception d’îlots de plus en plus réduits de travail indépendant (agriculture, artisanat, professions libérales), hors de l’emploi, il n’y a pas de travail.

L’emploi, tel que nous le connaissons aujourd’hui, est une création relativement récente. Après la suppression des corporations et du compagnonnage en 1791, il a fallu plus d’un siècle et demi pour construire un ordre qui insère le contrat de travail dans un faisceau de droits et de couverture des risques du travail, l’emploi public dans un statut achevé. Le travail indépendant lui-même n’a pas échappé à cette insertion dans un système donnant accès à un minimum de protection sociale et de droits à la retraite. Parce qu’ils attribuent des droits autant qu’ils définissent des devoirs ou des contraintes, ces différents statuts tendent à inclure autant qu’à exclure. La population active, ne retient dans sa définition que les hommes et les femmes qui occupent un emploi, ceux qui ont déclaré officiellement être à la recherche d’un premier emploi ou au chômage, inscrits à l’ANPE et aux Assedic. Tous les autres sont inactifs ! Les « femmes au foyer » travaillent, effectuant le ménage, les courses, la cuisine, mais n’ont pas un travail, puisqu’elles n’ont pas d’emploi.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Devenir Média. L’activisme sur Internet entre défection et expérimentation

Devenir Média. L’activisme sur Internet entre défection et expérimentation .Un ouvrage d’Olivier Blondeau, avec la collaboration de Laurence Allard (Éditions Amsterdam, novembre 2007)

Les premières pages de Devenir média sont consacrées à la critique virulente, mais fermement argumentée, par le renfort de nombreuses références bibliographiques, d’un article de Serge Halimi paru dans Le Monde diplomatique en août 2000, où ce dernier dénonçait l’idéalisme des cybernautes croyant en une ère nouvelle pour le militantisme, l’ère internet. Internet ne serait pas pour S Halimi le nouveau lieu pertinent de l’activisme politique. Au contraire, pour O. Blondeau et L. Allard, les constats sur la fin des militants et le désengagement manquent leur cible, parce qu’ils ne savent pas reconnaître les espaces aujourd’hui pertinents pour comprendre l’engagement politique. Les ressources militantes des actifs en politique ont été reconverties dans l’activisme électronique. La question à laquelle souhaite répondre l’ouvrage peut se formuler ainsi : « Internet peut-il être considéré comme un outil au service de la démocratie, des mobilisations collectives, de la politique… ? »

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Confidents. Une analyse structurale de réseaux sociaux

Confidents. Une analyse structurale de réseaux sociaux. Un ouvrage d’Alexis Ferrand (L’Harmattan, coll. “Logiques sociales”, 187 p., 18€)

Dans cet ouvrage, Alexis Ferrand, spécialiste de l’analyse des réseaux sociaux, mobilise cet appareillage conceptuel et méthodologique pour faire étudier les réseaux de confidence à propos de la sexualité. Il a ainsi mené des travaux mobilisant l’analyse structurale, mais avec une compréhension plus dynamique et cognitive des réseaux que celle mise en œuvre par le courant dominant de l’analyse des réseaux : le courant structuraliste d’origine anglo-saxonne considère en effet que les relations constituent une variable sociologique explicative et ont, par conséquent, des effets propres. Alexis Ferrand a montré, au contraire, à partir de la formation des groupes adolescents, que les réseaux sont des entités dynamiques qui peuvent potentiellement s’étendre à l’infini. L’objectif pour lequel il mobilise ce concept n’est pas théorique mais explicatif, puisqu’il s’agit de rendre compte des comportements des individus.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

L’ordre sexué. La perception des inégalités femmes-hommes

L’ordre sexué. La perception des inégalités femmes-hommes. Un ouvrage de Réjane Sénac-Slawinski (Puf, coll. “Le lien social”, 2007, 364 p., 29€)

En tant qu’être sexué, nous expérimentons deux universalismes contradictoires, celui de l’appartenance à une communauté d’égaux en notre qualité de citoyen, et celui de la différence comme source d’inégalités. La prévalence de l’universalisme de la différence sexuelle sur celui des droits dits naturels, amène Réjane Sénac-Slawinski à se demander si l’on peut penser les différences hommes-femmes dans l’égalité démocratique, et si oui selon quelles modalités ? L’utilisation de la notion d’ordre dans le titre de l’ouvrage a pour ambition d’introduire une réflexion sur la spécificité des différences hommes-femmes dans l’élaboration de l’ordre social et politique d’une société démocratique. L’idée de l’auteure est que « le discours sur les différences hommes-femmes s’inscrit dans la légitimation, voire la construction, d’un ordre naturel, social et politique ».

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search