Faire ses devoirs

Faire ses devoirs. Enjeux cognitifs et sociaux d’une pratique ordinaire. Un ouvrage sous la direction de Patrick Rayou (Presses Universitaires de Rennes, Coll “Paideia”, 2010)

Le « travail hors la classe »1, conçu comme un temps qui prend la suite du travail d’apprentissage réalisé en classe, fait régulièrement l’objet d’interrogations et de critiques : en témoignent les récurrents appels à l’interdiction du travail écrit hors la classe à l’école primaire. Cependant ces tentatives avortent rapidement. Comment expliquer que le « travail hors la classe », pourtant peu préconisé et limité par les textes officiels, ainsi que le rappelle Martine Kherroubi, « se [maintienne] et prospère en étendant son empire de plus en plus loin » ? (p 10, Patrick Rayou). C’est à la compréhension de cette question, que s’attelle l’ouvrage collectif Faire ses devoirs. Enjeux cognitifs et sociaux d’une pratique ordinaire. Les contributions réunies visent à dégager deux séries de causes permettant de construire le travail hors la classe en « problème » et de dénaturaliser les pratiques sociales aux confins desquelles les devoirs restent prégnants.

Cet ouvrage s’appuie sur deux enquêtes : la première a été menée par une équipe de chercheurs et de formateurs des IUFM d’Aquitaine, de Créteil et de Versailles de 2005 à 2007, la seconde a pris place en 2008, en réponse à un appel du Centre Alain Savary de l’INRP. Afin de tester l’hypothèse de différenciations importantes dans les manières de prescrire et d’accompagner le travail hors la classe des élèves dans des milieux sociaux différenciés, les terrains choisis pour l’enquête sont volontairement multiples : ZEP dans le Val-de-Marne, et en Seine St Denis, dans la Somme, mais également collèges et écoles fréquentés par des élèves de la classe moyenne, voire moyenne supérieure, dans la banlieue de Bordeaux et dans le Val-de-Marne.2 L’ouvrage rend compte de ces enquêtes et s’articule en deux parties : la première mettant en perspective les cadres historiques, institutionnels et sociaux du travail hors la classe, la seconde entrant pleinement dans la boite noire du travail hors la classe.

Lire la suite de ce billet sur Liens Socio

  1. Le « travail hors la classe » correspond à des tâches orales ou écrites données par les enseignants à leurs élèves et effectuées hors de leur regard et de leur soutien direct, que ce soit dans l’école (étude surveillée, aide aux devoirs…), ou hors de l’école (dans les familles ou au sein d’associations ou d’organismes privés []
  2. Ont été interrogés des chefs d’établissements, directeurs, enseignants, stagiaires IUFM, élèves, des observations ont été menées au collège, dans les études surveillées ou les sessions d’aides aux devoirs d’associations. []

Filmer le travail – Films et travail

Filmer le travail, films et travail -Cinéma et sciences sociales
Un ouvrage sous la direction de Corine Eyraud et Guy Lambert (Université de Provence, Coll “Hors Champ”, 2010)

En novembre 2007 s’est tenu à Aix-en-Provence un colloque international « Filmer le travail » qui visait à penser l’usage du film à des fins de recherche en sociologie du travail. L’ouvrage qui en est issu1 est livré avec un dvd, qui propose les extraits de films analysés dans les communications. Les films ont une durée comprise entre 4 et 13 min, ils sont soit proposés en visionnage intégral, soit découpés par extraits et ralentis pour une meilleure appréhension. Dans le corps du texte, des captures video permettent parfois de faciliter la mise en relation de l’analyse des séquences et l’observation multimedia du lecteur2. Deux axes organisent la réflexion : le premier intitulé « Filmer le travail » regroupe des articles qui visent à utiliser l’analyse filmique pour observer, et analyser le travail, le seconde intitulée « Films et travail » part des objets filmiques (films, séries télé…) pour y analyser les représentations sociales du travail. Un livre-multimédia à double entrée et un ouvrage transversal dirigé par une sociologue (Corine Eyraud) et un réalisateur (Guy Rambert).

L’introduction pose un cadre de réflexion nécessaire et stimulant pour penser la production audiovisuelle en sociologie : force est de constater que celle-ci est minorisée, le champ disciplinaire de la sociologie peinant à leur accorder une reconnaissance scientifique. La production audiovisuelle n’est pas considérée par les chercheurs ou les doctorants comme une source légitime de connaissance scientifique. Cette situation de méconnaissance se double d’une réticence des terrains à accepter que soit filmé le travail {in situ} (Gilles Remillet s’en fait l’écho dans son intervention), et se confronte au silence médiatique dans lequel évoluent les productions filmiques sociologiques. L’écrit domine l’univers des communications scientifiques (il est très difficile de faire accepter à côté d’une communication orale la production d’un film) et à cet égard cet ouvrage-dvd inaugure peut-être une tradition… L’introduction est l’occasion également pour Monique Haicault de dresser un panorama des films existants en sociologie du travail et de pointer l’angle d’observation du travail convenu qui y est adopté le plus souvent : peu de films abordent l’innovation, le milieu de l’économie de la connaissance, de la culture, le travail des femmes passe également inaperçu.

Lire la suite de cette note de lectures sur Liens Socio/ Lectures

  1. Il propose 25 communications sur les 35 ayant lieu pendant le colloque []
  2. Autant d’éléments que ce compte-rendu ne peut malheureusement pas reproduire… []

Etes-vous qualifié pour servir ? Un ouvrage de Sylvie Monchatre

Etes-vous qualifié pour servir ? Un ouvrage de Sylvie Monchatre
(La Dispute, Coll “Le genre du monde”, 2010)

Dans son dernier ouvrage Etes-vous qualifié pour servir ?, Sylvie Monchatre examine à partir de deux enquêtes qualitatives distinctes menées entre 2002 et 2005 dans l’hôtellerie-restauration les conditions du salariat de service hôtelier. La première enquête portait sur les modes de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle des actifs du secteur, tandis que la seconde a consisté à suivre une cohorte de jeunes, qui sortis de l’école sans avoir dépassé le niveau du bac ont débuté leur vie professionnelle dans ce secteur. Il s’agit de dresser un tableau de la condition salariale de ces employés peu qualifiés.

Le premier chapitre explore les conditions d’accès au secteur hôtelier, secteur qui accueille le plus de jeunes primo-entrants sur le marché du travail. En 2004-2005, l’auteure a rencontré 17 jeunes sortis de l’école douze ans plus tôt (en 1992) dont le niveau de formation ne dépasse pas le niveau Bac et qui en 1997 avaient tous occupé un emploi dans ce secteur.1. Les parcours de ces jeunes sont marqués par une scolarité courte avec orientation professionnelle précoce. 64% ont une formation BEP-CAP ou n’ont aucun diplôme. Massivement issus des milieux populaires et peu diplômés, ils rendent tous compte d’une scolarité difficile. Sylvie Monchatre examine les conditions de l’orientation de jeunes issus de milieux populaires vers les emplois de ce secteur.

Dans un deuxième temps, elle interroge les conditions d’orientation différentielle dans les emplois de service et de cuisine et se demande pourquoi et comment les filles sont évincées des cuisines ? Résultat de la violence symbolique du système de formation, l’auteure montre que les filles sont dès la formation professionnelle évincées de la cuisine, au profit de la salle. Si l’éducation féminine qualifie a priori les femmes pour l’ensemble des emplois de l’hôtellerie-restauration, la cuisine est un enjeu de luttes sexuées. Si la destination entre la salle et la cuisine est placée par les individus sous le sceau du hasard, l’enjeu de l’auteur est de démontrer qu’elle est le résultat de dynamiques sexuées.

Dans une seconde partie de son analyse, Sylvie Monchatre s’intéresse à la relation de service, telle qu’elle se pratique au quotidien et compare les conditions des salariés de service suivant le restaurant dans lequel ils servent (chaîne de restauration ou l’hôtellerie-restauration traditionnelle). Enfin dans une troisième et dernière partie elle souligne les difficiles conciliations entre vie professionnelle et vie personnelle.

  1. 5% de la « Génération 1992 » s’est orientée vers le secteur de l’hôtellerie-restauration, soit 14 000 jeunes []

Sociologie de la mode

S’il a existé des modes depuis le Moyen-Age, la mode comme « fait social total », c’est-à-dire comme un phénomène qui met en branle des rituels et des institutions, ne s’impose qu’au XIXe siècle. Tel est le point de départ de Frédéric Monneyron et Frédéric Godart dans leurs ouvrages appelés tous deux Sociologie de la mode et publiés respectivement aux Puf (QSJ, 2006) et à la Découverte (Coll Repères, 2010).  Redevable d’une conception du temps linéaire, propre à l’Occident moderne (la mode par essence ne dure pas et se renouvelle régulièrement), la mode, en tant que concept et phénomène social n’est pas un phénomène universel, mais une création occidentale. Si l’on définit la mode comme le « perpétuel changement touchant l’ensemble d’une société », elle n’a jamais été une caractéristique universelle du costume. En fait la mode est liée à l’avènement occidental des sociétés où l’individu devient la référence des sociétés et plus précisément, la naissance de la mode est concomitante de la naissance des sociétés bourgeoises. Selon Frédéric Godart, la mode apparaît à la Renaissance, avec l’apparition de la bourgeoisie dont l’émergence remet en cause l’aristocratie. Les bourgeois signifient par leurs vêtements et accessoires luxueux leur nouvelle puissance politique, économique et sociale, poussant l’aristocratie à réagir de façon similaire. Continuer la lecture de Sociologie de la mode

Introduction aux sciences de l’information

Introduction aux sciences de l’information, un ouvrage sous la direction de Clément Arsenault et Jean-Michel Salaün (La Découverte, Coll ” Grands Repères Manuels”, 2010)

A l’heure du web 2.0, des blogues, des wikis, Jean-Michel Salaün et Clément Arsenault effectuent dans ce « grand manuel » de la collection Repères à la Découverte, un travail salutaire de (re)définition de ce que sont aujourd’hui les « informations », les « documents », les « connaissances ». Ils proposent un parcours cohérent et didactique depuis la description des acteurs (les professionnels de l’information et les utilisateurs), la présentation des contextes (institutions et missions) jusqu’aux techniques de traitement, de recherche et de diffusion de l’information. Destiné aux étudiants en master professionnel, ce manuel vise non pas à fournir les fondements théoriques des sciences de l’information, mais bien plus privilégie une approche pragmatique avec un texte orienté vers la présentation de savoirs et pratiques concrets. Un index permet une lecture ciblée et autonome de chaque chapitre. A la fin de chaque chapitre un choix de références bibliographiques est proposé pour les lecteurs qui désireraient approfondir leur lecture. On doit noter d’une part, que ce manuel est un ouvrage à multiples mains, chaque chapitre ayant été pris en charge par un collectif de professionnels et que d’autre part, rédigé par l’ensemble des professeurs de l’Ecole de bibliothéconomie et des sciences de l’information (EBSI) de l’Université de Montréal, ce manuel offre la particularité de choisir des exemples à la fois français et canadiens.

Lire la suite de ce compte-rendu sur Liens Socio

Utopies féministes et expérimentations urbaines

Utopies féministes et expérimentations urbaines, un ouvrage sous la direction de Sylvette Denèfle (Presses universitaires de Rennes, coll. “Géographie sociale”, 2009)

L’espace urbain est un espace sexué, où les différences sociales entre les sexes expriment toutes leurs dimensions : tel est le point nodal de cet ouvrage collectif Utopies féministes et expérimentations urbaine issu d’un colloque du même nom qui s’est tenu à Tours en 2006, dirigé par Sylvette Denèfle. Né de cette insatisfaction, cet ouvrage a vocation à approfondir la question de la place des femmes dans la ville, à démontrer la dimension genrée de la ville, qui ne saurait être occultée d’une appréhension des évolutions urbaines et sociales : la ville encourage-t-elle les « rêves égalitaires des féminismes » ou au contraire, manifeste-t-elle la immuabilité de la dimension sexuée ? Il s’agissait pour les auteurs ici réunir de questionner les expérimentations urbanistiques, les expériences éducatives qu’urbanistes et décideurs ont porté dans quelques grandes municipalités françaises. Utopies des temps lointains, utopies littéraires, rêves de femmes militantes en France et ailleurs en Europe, l’ouvrage Utopies féministes et expérimentations urbaine offre un parcours alliant recherche et connaissance académiques des idées anciennes et des expérimentations plus récentes.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio

Retour à Reims, ouvrage intimiste et sociologique de Didier Eribon

Retour à Reims, un ouvrage de Didier Eribon (Fayard, Coll “A venir”, 2009)

Peut-on appliquer la connaissance sociologique à son cas personnel, à sa trajectoire sociale ? On peut être tenté de le faire, d’autant qu’on a connu une mobilité sociale qui nous a mis au contact de milieux différents. Bourdieu souhaitait que son travail permette aux dominés d’avoir conscience des mécanismes sociaux les maintenant dans leur condition. Ainsi, il définissait la socioanalyse comme un moyen d’avoir conscience, et donc d’avoir prise sur ses propres déterminations. Il n’existe cependant pas de sociologue proposant ses services pour effectuer un tel travail. Les socioanalyses sont finalement plus le fait de sociologues auto-analysant leur trajectoire sociale1. Ce genre d’exercice est rarissime, l’introspection n’étant pas une méthode de recherche en sociologie, son objectivité n’étant pas assurée.

Ce livre n’est pas un livre de sociologie à proprement parler. C’est un livre personnel dans lequel Didier Eribon revient sur une partie de sa vie qu’il a occultée durant de longues années. Natif de Reims, il a quitté cette ville pour suivre ses études à Paris. Reims symbolise son milieu d’origine, la ville où vivaient ses parents, qu’il n’a plus revus depuis son départ. C’est seulement après le décès de son père, qu’il décide de retourner à Reims pour y voir sa mère. Il n’a pas assisté à l’enterrement de son père. En feuilletant le traditionnel album photo familial, son passé lui revient en mémoire, son premier milieu de vie, duquel il s’est progressivement éloigné. Son frère aîné est allé en apprentissage, alors qu’il intègre le « lycée de garçons » de la ville. Dès lors leurs trajectoires vont diverger. L’auteur n’a jamais revu son frère aîné, ni ses deux frères cadets, ce dont il s’estime responsable. Tout l’opposait à son frère, celui-ci incarnant ce qu’il n’a jamais voulu devenir. Le propos de Didier Eribon n’est cependant pas totalement autobiographique ou mémoriel, il souhaite illustrer les analyses de Bourdieu par son propre vécu. L’auteur est en effet un proche de Bourdieu, de Foucault, s’inscrivant dans une pensée critique du monde social. Ainsi, il cite le cas de ses frères qui n’ont pas accédé aux études longues, comme un exemple parmi d’autres de la sélection sociale qu’opère le système scolaire.

Lire la suite de cette note de lecture sur Liens Socio/Lectures

  1. Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Raisons d’Agir, 2004 (paru plus tôt en Allemagne) et Richard Hoggart, 33 Newport Street, autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires anglaises, Le Seuil, coll. « Hautes études », 1991 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search