Le président des riches, un livre des Pinçon-Charlot

Bonne nouvelle !

Le dernier livre de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot

Le président des riches. Enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy

est disponible en libre accès sur le site des éditions ZONES.

Bonne lecture à tous !

Les autres titres de la collection sont également disponibles en libre accès, vous trouverez ici tous les libres disponibles.

Les sites du Collège de France sur Revues.org

A signaler la création de deux sites hébergés sur Revues.org  autour du Collège de France.

– Un site abritant les leçons inaugurales au Collège de France, où se trouvent en ligne et en libre accès les leçons inaugurales

Le premier cours d’un nouveau professeur au Collège de France est sa leçon inaugurale. Elle est pour lui l’occasion de situer ses travaux et son enseignement par rapport à ceux de ses prédécesseurs et aux développements les plus récents de la recherche. Les leçons inaugurales dressent un tableau de l’état des connaissances et contribuent ainsi à l’histoire de chaque discipline.
Publiées par le Collège de France à partir de 1949 et par les éditions Fayard depuis 2003, les Leçons inaugurales du Collège de France rejoignent la collection des Livres de Revues.org. Elles seront désormais publiées simultanément dans leur version papier et électronique.
Chaque volume de cette édition électronique se compose de la présentation du professeur par l’administrateur du Collège de France et de l’enregistrement vidéo de la leçon. À ce jour, huit leçons récentes sont accessibles en texte intégral. Les leçons antérieures seront mises en ligne progressivement.

– Un site abritant les Conférences du Collège de France, où l’on retrouve le texte intégral des conférences

Les cinquante-sept chaires du Collège de France organisent régulièrement des séminaires et des colloques où se rencontrent des chercheurs du monde entier. Chaque année, de nombreux savants étrangers et, au sein des chaires et des laboratoires, des chercheurs, de jeunes doctorants et d’autres plus confirmés, engagent des travaux novateurs. La collection des Conférences du Collège de France a vocation à rendre compte de cette activité scientifique et à la faire connaître auprès d’un large public, en France et à l’étranger.
Les Conférences du Collège de France constituent une collection électronique inédite ; elle rejoint aujourd’hui les Livres de Revues.org. Le premier ouvrage de la collection, La pluralité interprétative, est d’ores et déjà consultable en texte intégral.

On notera aussi l’inauguration de deux autres sites : La lettre du Collège de France et L’Annuaire du Collège de France


Obscénité, pornographie et censure, un livre en ligne

Les Editions de l’Université de Bruxelles viennent de publier Obscénité, pornographie et censure. Les mises en scène de la sexualité et leur (dis)qualification (XIXe-XXe siècles), livre que l’on trouve en LIGNE !

La présentation de l’éditeur

L’obscénité et la pornographie renvoient non à l’essence de certaines formes de mise en scène de la sexualité mais à la qualification – morale, religieuse, juridique, littéraire…– qui en est faite par les acteurs sociaux. L’enjeu est le plus souvent de justifier leur libre circulation ou au contraire la nécessité de l’encadrement de leur production et de leur diffusion. La censure – entendue ici au sens souple de disqualification d’un contenu – est donc un des critères mêmes de définition de la pornographie et de l’obscénité.

A partir de cas allant du XIXe siècle à nos jours, l’ouvrage met en lumière la diversité des phénomènes d’étiquetage, de leurs modalités, de leurs auteurs, de leurs logiques et de leurs conséquences. Les contributions rassemblées dévoilent les mobilisations qui conduisent au classement comme obscène d’une œuvre ou d’un acte – livre, bande dessinée, film, photo, dessin, poème, pièce de théâtre, scènes de music-hall, … – ainsi que la pluralité des enjeux – moraux, politiques, culturels, scientifiques… – qui s’attachent à ces qualifications. Il souligne la multiplicité des arguments avancés pour justifier les frontières ainsi dessinées entre le « condamnable » et le « tolérable ». Illustrant les formes très variées que peut prendre, selon les contextes et les objets, le contrôle des produits obscènes ou pornographiques, les contributions permettent aussi de saisir les effets des étiquetages et notamment leur contournement ou leur réappropriation.

Ancré dans des disciplines multiples (juridique, littéraire, historique, sociologique, philosophique, psychanalytique…), les auteurs ont privilégié une approche constructiviste, tournée vers des études empiriques et socio-historiques, attentives aux luttes des acteurs de l’espace social. Leurs contributions sont articulées autour de questions communes ou transversales : les catégories qui fondent les (dis)qualifications, à travers une approche du droit ; la centralité des enjeux culturels dans la (dis)qualification des mises en scènes de la sexualité et les conséquences de ces processus, permettant de saisir combien les formes mêmes des représentations de la sexualité sont influencées par les discours dont elles font l’objet. La dernière partie propose un déplacement du regard, en traitant de la façon dont les mises en scène de la sexualité peuvent être appropriées, c’est-à-dire requalifiées, dans des perspectives militantes, d’interrogation de l’ordre social, de contestation ou de réaffirmation des rapports de pouvoir.

Dans la mesure du possible, et en tirant partie des possibilités offertes par une publication électronique, différentes contributions s’appuient sur des illustrations. L’ouvrage donne de la sorte un accès plus direct à une partie de ces mises en scène de la sexualité qui ont fait l’objet de critiques, de polémiques et de censures. Le lecteur pourra aussi ainsi lui-même mesurer et apprécier, et pourquoi pas rejeter ou partager, ces (dis)qualifications que cet ouvrage souhaite analyser.

Une histoire de la jupe

Vient de paraître aux éditions Autrement un ouvrage de Christine Bard, Ce que soulève la jupe. Identités, transgressions, résistance, que je n’ai pas encore eu l’occasion de feuilleter/lire cet ouvrage. A suivre donc…

Cependant, c’est l’occasion pour moi de vous renvoyer vers un entretien avec Pierre Bourdieu à propos de la jupe, « ce corset invisible », dans  le droit fil de La domination masculine.

La jupe, c’est un corset invisible, qui impose une tenue et une retenue, une manière de s’asseoir, de marcher. Elle a finalement la même fonction que la soutane. Revêtir une soutane, cela change vraiment la vie, et pas seulement parce que vous devenez prêtre au regard des autres. […]

La jupe, c’est une sorte de pense-bête. La plupart des injonctions culturelles sont ainsi destinées à rappeler le système d’opposition (masculin/féminin, droite/gauche, haut/bas, dur/mou…) qui fonde l’ordre social. Des oppositions arbitraires qui finissent par se passer de justification et être enregistrées comme des différences de nature.

La jupe, ça montre plus qu’un pantalon et c’est difficile à porter justement parce que cela risque de montrer. Voilà toute la contradiction de l’attente sociale envers les femmes : elles doivent être séduisantes et retenues, visibles et invisibles (ou, dans un autre registre, efficaces et discrètes).