Usage de l’expérience sociale du sociologue

Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Raisons d’agir, Paris, 2004, p 85-86

« Ce qu’on appelle l’intuition, est peut-être, en définitive, l’usage scientifique d’une expérience sociale·qui, à condition d’être préalablement soumise à la critique sociologique, peut, pour si dépourvue de valeur sociale qu’elle puisse être en elle-même, et lors même qu’elle s’est accompagnée de crises (de conversion et de reconversion), se convertir de handicap en capital »

Définir la sociologie avec Simmel ?

Voici une citation extraite du premier texte du recueil suivant Le problème de la sociologie. Et autres textes, Simmel Georg ; Barthélémy Fabienne, Cret Benoît (Auteurs des parties liminaires), Editions du Sandre, 2006, 116 pages, 13 euros

L’ouvrage regroupe trois textes importants de Georg Simmel: « Le problème de la sociologie », « Comment les formes sociales se maintiennent » et « Sur quelques relations de la pensée théorique avec les intérêts pratiques ».

« Pendant longtemps, il semblait que le mot de sociologie eût une vertu magique. (…) C’est qu’on donnait pour objet à la sociologie tout ce qui se passe dans la société; par suite tous les faits qui ne sont pas de l’ordre physique semblaient être de son ressort. Mais cela même démontre l’erreur qu’on commettait en procédant ainsi. Car c’est évidemment un non-sens que de réunir tous les objets d’étude dont traitent déjà l’économie politique et l’histoire de la civilisation, la philosophie et la politique, la statistique et la démographie, dans une sorte de pêle-mêle auquel on accole cette étiquette de sociologie. On y gagne un nom nouveau mais pas une connaissance nouvelle. »

L’apprentissage sexué du corps dans les encyclopédies pour enfants

« Il était une fois le corps…La construction biologique du corps dans les encyclopédies pour enfants », Christine Detrez, Sociétés contemporaines, 2005

De nombreux travaux ont montré comment la littérature pour enfants, et ce dès le plus jeune âge, présente une répartition sexuée des rôles : les situations réservées au père ou à la mère sont habituellement différenciées, ainsi que les activités qui occupent les enfants représentés. Même dans le cas des animaux, on observe une sexuation des costumes, des attitudes et des fonctions. Cet article examine “la façon dont les encyclopédies scientifiques pour enfants essentialisent et naturalisent des distinctions sexuées, par le biais d’explications du fonctionnement du corps.” Elles “construisent donc un corps fictionnel, où la biologie réfracte les représentations sociales.” Se présentant comme scientifiques, ces encyclopédies sont en réalité loin d’être neutres, tant dans le texte que dans les illustrations qui l’accompagnent, à la fois par les mises en scène du corps, mais également par les explications anatomiques de ce corps. Continuer la lecture de L’apprentissage sexué du corps dans les encyclopédies pour enfants

Des chiens et des chats, animaux honorifiques

Un extrait de Théorie de la classe de loisir de Thorstein Veblen 1899, 1970 (trad), Chapitre VI. Les règles pécuniaires du bon goût p 92 (Coll Tel Gallimard – 1978)

” Le cas des animaux honorifiques et réputés beaux est intéressant, car ils offrent subsidiairement une autre base au mérite. Exception faite pour les oiseaux, qui doivent à leur seul caractère non lucratif d’occuper un rang dans cette classe, ces animaux méritent une attention particulière, notamment le chat, le chien et le cheval de selle. Le chat est le moins honorable des trois, parce qu’il représente moins de gaspillage ; il risque même de se rendre utile. Et puis ce n’est pas un tempérament bien adapté aux intentions honorifiques : le chat vit avec l’homme de pair à compagnon; il ne daigne rien savoir du rapport de rang…Il ne met aucune complaisance à faciliter la comparaison jalousante du propriétaire et de ses voisins, sauf quand il appartient à une race de fantaisie, comme ce produit rare qu’est l’angora : il prend alors sa petite cote honorifique, puisqu’il vaut plus cher et peut prétendre de ce fait à une certaine beauté de type pécuniaire. Le chien présente des avantages, tant par son inutilité que par ses dons spéciaux. On vante très volontiers en lui l’ami de l’homme; on le loue pour son intelligence et sa fidélité. Entendons par là que le chien est à l’homme un serviteur, qu’il est doué d’une servilité obséquieuse et aveugle, et qu’il est prompt comme l’esclave à deviner l’humeur de son maître. Voilà des qualités qui le disposent parfaitement au rapport de rang, et qu’il faut ici considérer comme utiles. “

Faux pas dans la déconstruction des stéréotypes

Comment déconstruire des stéréotypes? Evelyn Fox Keller ( (Le siècle du gène, Paris, Gallimard, 2003 [2000], p129) rappelle combien l’entreprise est difficile à partir d’un exemple tiré de Jurassic Park…

Dans le domaine de la génétique, Evelyn Fox Keller a mené une enquête sur les représentations stéréotypées. Elle la conclut par l’exemple de Jurassic Park. Elle montre que malgré les efforts réalisés dans le reste du film pour rétablir la « vérité » sur le Tyrannosaurus Rex (gros lézard herbivore plutôt que monstre sanguinaire), une seule scène du film suffit à les gommer : celle où le dinosaure poursuit la jeep des humains. Ainsi « en perpétuant un bref instant le stéréotype établi, il contribue à prolonger la vie du T-Rex mythique »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search