Arrêt sur image : l’expérience scolaire de la relégation

Arrêt sur image sur une courte séquence d’un feuilleton-documentaire La loi du collège de Mariana Otero, édité par Blaq out. L’extrait analysé se situe entre  6.30  et 7. 03 sur la vidéo (La loi du collège_extrait)

Un cours de français au collège Garcia Lorca, en Seine Saint-Denis. Cours de grammaire et de conjugaison.  La professeure corrige un exercice, un élève au fond de la classe manifeste son envie de bien faire en levant la main et propose laborieusement ses réponses. Toutes ne semblent pas justes, et tardent à venir. On sent toute la difficulté qu’a l’élève à répondre rapidement. Il bute, fronce les sourcils, veut réussir, et puis spontanément il lâche un “putain” évocateur.

Le juron de l’élève qui malgré ses efforts patents ne parvient pas à donner la bonne réponse traduit, nous  semble-t-il, la violence symbolique à laquelle l’école le soumet à cet instant. Expérience instantanée d’une difficulté d’apprentissage, sans doute réitérée. Cette image est forte car elle nous montre en un instant la difficulté des apprentissages scolaires pour des élèves de milieux populaires. Contrairement au discours commun qui voudrait que ces élèves soient définis uniquement par leur mauvaise volonté scolaire, cette image nous montre une réalité plus complexe, faite de volonté de réussir et de participer au jeu scolaire, et de l’autre le rappel tel un double bind, de la socialisation et de la distance culturelle avec la langue, en particulier dans sa forme écrite.

Cet extrait illustre ce que Pierre Périer dans son ouvrage paru récemment L’ordre scolaire négocié. Parents, élèves, professeurs dans les contextes difficiles (Presses Universitaires de Rennes,2011) appelle la relégation. Les espérances placées dans l’école par les élèves en difficulté sont violemment bousculées par l’expérience quotidienne et répétée de leur impossibilité à se réaliser.

“Le sens donné à l’école se délite à mesure que s’accumulent les épreuves scolaires ponctuées  de “mauvaises” notes, de jugements et de sanctions qui dévalorisent et humilient parfois.” (p. 111)

Frédérique et Benoit