Faire ses devoirs

Faire ses devoirs. Enjeux cognitifs et sociaux d’une pratique ordinaire. Un ouvrage sous la direction de Patrick Rayou (Presses Universitaires de Rennes, Coll « Paideia », 2010)

Le « travail hors la classe »1, conçu comme un temps qui prend la suite du travail d’apprentissage réalisé en classe, fait régulièrement l’objet d’interrogations et de critiques : en témoignent les récurrents appels à l’interdiction du travail écrit hors la classe à l’école primaire. Cependant ces tentatives avortent rapidement. Comment expliquer que le « travail hors la classe », pourtant peu préconisé et limité par les textes officiels, ainsi que le rappelle Martine Kherroubi, « se [maintienne] et prospère en étendant son empire de plus en plus loin » ? (p 10, Patrick Rayou). C’est à la compréhension de cette question, que s’attelle l’ouvrage collectif Faire ses devoirs. Enjeux cognitifs et sociaux d’une pratique ordinaire. Les contributions réunies visent à dégager deux séries de causes permettant de construire le travail hors la classe en « problème » et de dénaturaliser les pratiques sociales aux confins desquelles les devoirs restent prégnants.

Cet ouvrage s’appuie sur deux enquêtes : la première a été menée par une équipe de chercheurs et de formateurs des IUFM d’Aquitaine, de Créteil et de Versailles de 2005 à 2007, la seconde a pris place en 2008, en réponse à un appel du Centre Alain Savary de l’INRP. Afin de tester l’hypothèse de différenciations importantes dans les manières de prescrire et d’accompagner le travail hors la classe des élèves dans des milieux sociaux différenciés, les terrains choisis pour l’enquête sont volontairement multiples : ZEP dans le Val-de-Marne, et en Seine St Denis, dans la Somme, mais également collèges et écoles fréquentés par des élèves de la classe moyenne, voire moyenne supérieure, dans la banlieue de Bordeaux et dans le Val-de-Marne.2 L’ouvrage rend compte de ces enquêtes et s’articule en deux parties : la première mettant en perspective les cadres historiques, institutionnels et sociaux du travail hors la classe, la seconde entrant pleinement dans la boite noire du travail hors la classe.

Lire la suite de ce billet sur Liens Socio

  1. Le « travail hors la classe » correspond à des tâches orales ou écrites données par les enseignants à leurs élèves et effectuées hors de leur regard et de leur soutien direct, que ce soit dans l’école (étude surveillée, aide aux devoirs…), ou hors de l’école (dans les familles ou au sein d’associations ou d’organismes privés []
  2. Ont été interrogés des chefs d’établissements, directeurs, enseignants, stagiaires IUFM, élèves, des observations ont été menées au collège, dans les études surveillées ou les sessions d’aides aux devoirs d’associations. []