Mais où sont passées les PCS ?

Dans leur article « Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles », Revue Française de sciences politiques (2008), Emmanuel Pierru et Alexis Spire  se demandent pourquoi la catégorie sociale est devenue à partir de la fin des années 80 un critère secondaire d’explication dans l’analyse de la société française.

 » Pourquoi est-il devenu si difficile de trouver des statistiques rendant compte des évolutions récentes de la société française selon les différents groupes sociaux qui la composent ? « 

Ils mettent en lumière le rôle performatif des agents du système statistique d’Etat dans ce processus, même s’ils reconnaissent qu’ « au-delà de l’importance accordée aux catégories socioprofessionnelles, la perte de légitimité d’une compréhension de la société en termes de groupes sociaux trouve son origine dans un mouvement qui dépasse largement le seul cadre du système statistique. »

A partir d’une analyse quantitative de l’évolution de l’usage des CSP, dans deux publications de l’INSEE (Données sociales et Insee Première ) qui selon eux « constituent un révélateur des priorités et des hiérarchies en vigueur à l’Insee », les auteurs de l’article établissent que la CSP devient une variable de plus en plus discrète…

Jusqu’au milieu des années 80, la nomenclature des CSP représente dans Données sociales la principale grille de lecture de la société française.

« Toutes les rubriques de la vie sociale sont présentées en fonction d’une répartition par catégories socioprofessionnelles : l’éducation, le logement, les conditions de travail, mais aussi le mode de garde des enfants, l’automobile et ses utilisations, la possession de chiens et de chats. Les titres des chapitres du volume de 1981 sont éloquents : « Métiers et catégories socioprofessionnelles », « Les activités quotidiennes des Français : différences entre catégories sociales ». »

Le basculement s’opère pour les Données sociales entre 1987 et 1990 :  les catégories socioprofessionnelles perdent alors  de leur visibilité.  Du côté de Insee Première, le mouvement similaire de reflux est décalé dans le temps, puisque les CSP perdent leur place hégémonique à partir du milieu des années 1990.

Ce recul s’opère également lorsqu’on l’analyse de manière qualitative.

– Dans Données sociales, l’intitulé « catégories socioprofessionnelles » disparaît à partir de 1993 des titres de chapitres et d’articles au profit de l’étude des « groupes sociaux ».

À partir de 1996, le syntagme de « groupes sociaux » s’efface à son tour au profit d’autres thèmes comme la pauvreté, la précarité, le lien social, ou encore l’exclusion. Dans ces études, pauvres et exclus ne sont jamais définis en termes de position sociale mais en raison de leur faible niveau de revenu.

Pour comprendre le basculement dans la représentation du monde social, il faut analyser les transformations sociologiques qu’ont connues au cours de cette même période les institutions statistiques elles-mêmes. C’est d’abord dans la place reconnue à la sociologie dans la formation des administrateurs de l’Insee qu’il faut trouver une partie de l’explication de recul de la nomenclature des PCS.

Autres facteurs explicatifs: le renouvellement du personnel de l’Insee, la conversion à l’économétrie avec l’impulsion de nouvelles méthodes (modèles de régression à la place des analyses factorielles)1, et la spécificité d’un outil adapté au terrain français peu adapté de fait aux comparaisons internationales et européennes.

Avec le recul de la nomemclature des PCS, c’est bien une nouvelle vision du monde social qui est promue.

Dans les publications de l’Insee, les inégalités (face aux risques sociaux notamment) sont de moins en moins liées à une structure de « classes » qui se reproduit : elles sont présentées sur un mode de plus en plus personnel. Maintenir une représentation structurée à partir de « collectifs » ou de groupes se heurterait à un processus d’individualisation du social présenté comme inéluctable.

  1. La modification des programmes de l’ENSAE en est le témoin []