Quand le sociologue s’occupe des cultures populaires

Deux citations empruntées à l’article de Dominique Pasquier « La culture populaire à l’épreuve des débats sociologioques » (Hermès, 2005, 42) pour ouvrir une réflexion sur le rapport du sociologue au « populaire ».

« Le sociologue légitimiste croit que les classes populaires sont muettes parce qu’il ne sait pas qu’il est sourd ; c’est sur leur silence supposé qu’il entame son lamento misérabiliste. »

Claude Grignon, «Un savant et le populaire»1, Politix, n° 13, 1991

« Le culte de la «culture populaire» n’est, bien souvent, qu’une inversion verbale et sans effet, donc faussement révolutionnaire, du racisme de classe qui réduit les pratiques populaires à la barbarie ou à la vulgarité: comme certaines célébrations de la féminité ne font que renforcer la domination masculine, cette manière en définitive très
confortable de respecter le «peuple», qui, sous l’apparence de l’exalter, contribue à l’enfermer ou à l’enfoncer dans ce qu’il est en convertissant la privation en choix ou en accomplissement électif, procure tous les profits d’une ostentation de générosité subversive et paradoxale, tout en laissant les choses en l’état, les uns avec leur culture ou leur (langue)
réellement cultivée et capable d’absorber sa propre subversion distinguée, les autres avec leur culture ou leur langue dépourvues de toute valeur sociale ou sujettes à de brutales dévaluations que l’on réhabilite fictivement par un simple faux en écriture théorique »

Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, 1997

  1. Dans Le Savant et le populaire (1989) Grignon et Passeron lancent une double critique contre les manifestations de l’ethnocentrisme intellectuel dans les analyses de la culture populaire sous les deux formes opposées mais symétriques, du misérabilisme et du populisme. []