Etre étudiant en prison

Etre étudiant en prison. L’évasion par le haut. Un ouvrage de Fanny Salane (La documentation française, Coll « Etudes & Recherches », 2010)

Si l’école a aujourd’hui sa place en prison celle-ci fut longtemps tenue hors de son sein : s’il existe des structures de niveau élémentaire à partir de 1815, les premiers instituteurs ne sont recrutés (de façon marginale) qu’en 1833 (loi Guizot de 1833 et circulaire Rémusat de 1840). Il faut cependant attendre le lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour que l’idée de mettre en place un véritable service éducatif au sein des prisons progresse : en 1985 le droit à l’instruction est ouvert à tous les détenus. La reconnaissance de la légitimité et de l’utilité de l’éducation en prison (retracée dans le chapitre 1) suppose une évolution générale du regard et des enjeux sociaux et politiques de l’éducation en prison. Il a fallu passer de la fonction éducative de la prison à la pensée d’une fonction éducative en prison. Si elle va de soi pour les niveaux élémentaires, l’enseignement supérieur en prison s’adresse encore à une minorité de personnes. Ainsi si en 2008 46 684 détenus (soit le quart de la population adulte passée en prison cette année-là) ont suivi une formation générale, parmi eux 6/10 ont reçu une formation de base (« alphabétisation », lutte contre l’« illettrisme », français langue étrangère, remise à niveau ou préparation d’un certificat de formation générale), 3/10 ont préparé des diplômes type CAP-BEP, ce sont seulement 1/10 des détenus ayant préparé un diplôme qui se sont consacrés à des diplômes de niveau baccalauréat et au-delà (9.3% le baccalauréat ou le diplôme d’accès aux études universitaires et 2.1% des diplômes de l’enseignement supérieur).

La recherche de Fanny Salane s’intéresse aux personnes détenues, soit incarcérées au moment de l’enquête, prévenues ou condamnées inscrites dans des formations de niveau supérieur : étudiants préparant des diplômes universitaires et des brevets de techniciens supérieurs. La population étudiante en prison, comparée à celle de la population détenue en général est bien une population spécifique. C’est ce que démontre l’auteure pas à pas. Entretiens et questionnaires se complètent de façon heuristique dessinant les contours d’une population de détenus-étudiants au regard de la population détenue en général. 64 hommes et 7 femmes ont répondu au questionnaire et 44 hommes et 1 femme aux entretiens. Parmi les détenus-étudiants ayant répondu à l’enquête les détenus de 50 ans et plus sont surreprésentés. Le profil pénal et carcéral des détenus-étudiants doit être noté, généralement condamnés pour crimes à de lourdes peines (la longueur de la peine moyenne est de plus de 15 ans), seulement 6% de la population interrogée a été condamnée à moins de cinq ans d’emprisonnement contre 64% des détenus. Dernier constat : la population de l’auteure comprend une moindre proportion de personnes nées à l’étranger.

Lire la suite de ce compte-rendu sur Liens Socio