L’invention de la cellulite

Au cours de recherches sur les enjeux de l’apparence physique, je suis tombée sur cet article de Rossella Ghigi « Le corps féminin entre science et culpabilisation », Travail, genre et sociétés, 2/2004 (N° 12), p. 55-75. En voici une brève présentation

Rossella Ghigi, historienne, retrace l’histoire de « l’invention » de la cellulite : loin de se réduire à n’être qu’une réalité concrète, résultat d’un savoir scientifique, la cellulite a une histoire et des enjeux politiques, économiques et sociaux. Présentée comme l’aboutissement de la vie dans les grandes villes, liée la sédentarité et même au travail féminin, la cellulite symbolise la légèreté de femmes qui « se sont laissées aller ».

Si aujourd’hui la cellulite hante les couvertures des magazines féminins et les vitrines des pharmacies dès le printemps, avant qu’elle ne soit produite comme « souci collectif » et pathologie féminine, la cellulite n’était pas reconnue. Cette chair féminine adulte portée en objet de disgrâce est née en France dans les années 1920. La première définition du terme « cellulite » se trouve dans un dictionnaire français de 1873, plus précisément dans la 12e édition du Dictionnaire de médecine dirigé par Littré et Robin. La cellulite y est définie comme une inflammation de tissu cellulaire ou lamineux.

Rossella Ghigi reconstitue le processus historique et social au terme duquel la cellulite est pensée comme une « intoxication » du corps féminin. L’aura de la cellulite trouve son plein épanouissement pendant les années vingt et trente en France, au moment même où l’obésité devient « une véritable passion publique ». Au cours de cette période les seuils socialement définis de tolérance de l’obésité s’affaissent : au centre de la « moalisation » de l’obésité, les femmes. Les revues féminines, notamment Marie-Claire et Votre Beauté participent pleinement de ce mouvement.

Dans la revue Votre beauté, la cellulite fait sa première apparition en février 1933, dans un article du Dr Debec. Définie comme « le problème » auquel la gymnastique n’apporte aucun remède, elle est décrite comme un amoncellement « d’eau, de résidus, de toxines, de graisse, qui forment un mélange contre lequel on est assez mal armé ». La cellulite clairement relève de l’obésité. Cet article est fondateur pour Rossella Ghigi : en effet les deux caractéristiques principales de la cellulite sont déjà présentes : la cellulite est définie comme « féminine » et requiert « des soins spécifiques ». Via le courrier des lectrices, la cellulite fait véritablement son entrée dans le magazine.

Dans Marie-Claire, la cellulite est mentionnée pour la première fois dans le dixième numéro du magazine, dans un article intitulé « Surveillez votre tour de hanches ». Elle y est définie comme une « infiltration graisseuse dans les tissus nobles : la sournoise cellulite est plus nuisible à la santé [que l’embonpoint], en même temps que plus difficile à réprimer une fois qu’on s’est laissé aller » (Marie-Claire, 7 mai 1937, p.16). Pendant la Seconde Guerre Mondiale, la cellulite acquiert une visibilité remarquable dans ces deux magazines.

Cette construction sociale de la cellulisme est parallèle à l’avènement d »un « moralisme » alimentaire, selon l’expression de Claude Fischler (L’Homnivore, Odile Jacob, 1990). Dans le nouvel imaginaire collectif, qui fait émerger la cellulite comme pathologie féminine, la cellulite est synonyme de laisser-aller personnel,  alors qu’à l’inverse, la minceur corporelle représente la maîtrise de soi.  Si l’article de Rossela Ghigiest extrêmement riche, je pense que l’analyse prendrait plus d’ampleur, en reprenant à Howard Becker la notion d’entrepreneurs de morale. La déviance, démontre Howard Becker dans Outsiders est toujours le résultat d’initiatives d’autrui, c’est-à-dire qu’aucun acte de déviance n’existe sans une norme.

De même ici sans l’action des médecins et des magazines qui portent à la connaissance du public leur théorie, la cellulite n’aurait pas été reconnue comme problème. Les magazines, les médecins agissent dans ce cas précis comme de véritables entrepreneurs de morale, c’est-à-dire qu’ils désignent un problème comme pathologique. Le même processus joue pour l’obésité, comme le montre Jean-Pierre Poulain dans Sociologie de l’obésité (2009, Puf).


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

4 réflexions au sujet de « L’invention de la cellulite »

    1. Production sociale oui où les « entrepreneurs de morale » selon l’expression de Howard Becker sont les magazines. La notion d’entrepreneurs de morale est définie par Becker dans Outsiders : ce sont les acteurs qui se mobilisent pour qu’une activité donnée soit catégorisée socialement comme déviante. La déviance étant le résultat de cette qualification et non pas une qualité intrinsèque de l’objet.

  1. Il y a des travaux en anthropologie qui soulignent que la valorisation du « travail masculin », considéré comme plus physique, plus dur que le « travail féminin », aboutit à une différenciation alimentaire qui n’est pas toujours justifiée (par exemple en Afrique noire, où le travail des femmes peut être harassant sans qu’elles n’aient accès à une alimentation carnée dans les mêmes proportions que les hommes).
    A l’inverse, certaines sociétés humaines encouragent le gavage des jeunes filles pour qu’elles grossissent selon les critères de beauté (tribus nomades d’Afrique du nord).
    Cf. Nicole-Claude MATHIEU, L’anatomie politique ou Françoise HERITIER, Masculin/féminin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.