Consommation responsable, générosité ou débarras à moindres frais, les sites de récup

L’observation depuis quelques semaines des sites de dons que sont Recupe.net et Donnons.org me conduit à plusieurs réflexions. Il ne s’agit pas ici de proposer une analyse qui se voudrait complète, mais de proposer l’amorce d’une réflexion qu’une enquête empirique doit compléter. Recupe.net et Donnons.org sont les deux sites de dons les plus fréquentés sur le web, à en croire leur place dans Google et la masse de dons qui y transite hebdomadairement.  Loin devant Recupere.fr ou Consoglobe, ou encore Digitroc.co, Trocetdons.com.  Notre observation se limitera donc à ces deux sites-là.

Quelques mots sur leur fonctionnement : ce sont des sites de dons gratuits, après une brève inscription sur Donnons.org et sans inscription sur Recupe, vous pouvez donner autant d’objets que vous le souhaitez : voitures, vieux canapés, assiettes ébréchées, terre de remblai, livres, valises défraîchies… Description, photos, lieu où venir chercher le don. Il est fortement conseillé d’expliciter l’état réel de l’objet : état neuf, bon état, abîmé… et les modalités du don.

Sur Donnons.org, dans le formulaire de dépôt de don, vous avez une case prévue pour la description de l’objet, une autre permet de placer en bas de la description de l’objet à donner un texte général. Le plus souvent les gens situent le lieu du rdv : il y a ceux qui donnent rdv chez eux (sans préciser l’adresse), mais donnent l’arrondissement de la ville ou une localisation approximative (celle-ci pouvant être un critère de sélection pour le receveur futur du don), d’autres conviennent d’un rdv à une station de métro. Dans ce texte libre qui accompagne les dons, plusieurs précisent les modalités des échanges avant le don : « Je ne rappelle pas les portables », « Tout se passe par mail », ou bien « Vous m’appellerez « . D’autres placent un texte qui expriment leur philosophie du don « Donner est un geste citoyen, halte aux revendeurs », « Tout ce qui n’est pas donné est perdu »,  « Le don vient du coeur »…

Une différence notable existe entre les deux sites Recupe et Donnons.org. Sur Recupe, l’ergonomie du site est plus simple : présence du libellé de l’annonce (description de l’objet),  nom du pseudo. Vous ne pouvez pas cliquer sur le pseudo pour connaître l’ensemble des dons qu’il effectue. Sur Donnons.org, à l’inverse chaque donneur est repérable grâce à un pseudo, éventuellement une photo et chacun peut connaître son historique comme donneur ou receveur : sont attachés de façon permanente au pseudo l’ensemble des dons effectués et reçus.

Tous les dons sont contrôlés par des modérateurs qui filtrent les annonces : je ne peux pénétrer la logique de la sélection de l’extérieur, mais de ce que j’ai pu trouver sur les sites et après discussion avec l’une des modératrices de donnons.org au téléphone : ne doivent pas apparaître une notion d’échange ou une quelconque mention d’argent. Ce sont des sites de dons. Certaines classes d’objet sont-elles  prohibées ? En tout cas, sur deux semaines d’observation sur la région Rhône-Alpes (département du Rhône), aucun don alimentaire (interdits), ni alcool, ni tabac.

Atténuer le consumérisme ambiant ou se débarrasser facilement et sans coût d’objets gênants, devenus inutiles ?

Respecter son environnement, seconde vie des objets, entraide, générosité, tels sont les principes annoncés au cœur de la démarche, notamment par le créateur du site Donnons.org (ici). Faut-il voir la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine ? Ici je poserais la question de la même manière.

Il s’agit pour beaucoup d’utilisateurs (et je le répète ici seuls des entretiens permettraient de le démontrer) de se débarrasser d’objets  devenus inutiles, gênants. Beaucoup de donneurs indiquent dans leur annonce « Urgent »,  » très très urgent, cause déménagement » : passer par le site de don permet donc de s’éviter un trajet jusqu’à la décharge… (vision la plus restrictive de la logique de don et la plus intéressée),  et de faire plaisir, de donner une seconde vie à des objets démodés. Quelle logique prime ? La seule observation extérieure du site ne permet pas de trancher ou de détailler cette amorce de réflexion : rentrent en ligne de compte des appartenances sociales, géographiques. Sur le département du Rhône, une géographie « sociale » des dons peut être effectuée, à Genas ou Vaulx en Velin ce ne sont pas les mêmes types de dons que dans le 6ème arrondissement de Lyon…pour faire simple et rapide, pas les mêmes profils de donneurs non plus.

Pour élucider cette question de la logique guidant le don, on peut également regarder comment le donneur effectue son choix parmi les nombreux receveurs potentiels.

« Premier arrivé, premier servi » ou logique de sélection opaque ?

Sur Donnons.org, sur chaque annonce existe un système de comptabilité du nombre de demandes reçues pour chaque objet. A chaque moment, chaque receveur potentiel connaît donc l’état de l’offre et de la demande (nombre d’intéressés, nombre de personnes qui ont été contactées par les donneur). Sur Recupe, le système est opaque : le receveur n’a pas à disposition ces statistiques et fait donc sa demande en aveugle. Or plus la demande est tardive, plus la chance de se voir donné l’objet est généralement mince.

A qui donner ? Pour la plupart (à comptabiliser…) des donneurs, c’est le premier receveur qui le contacte qui remporte le don. Logique parfois mise en avant de façon explicite dans la case « texte libre » dont je vous ai parlé plus haut. « Le premier qui me contacte aura l’objet » peut-on lire sous certaines annonces.  D’autres affichent un principe de sélection : « Réponds dans quelques jours », « Je ne donne pas au premier. Tout le monde a sa chance ». Pour les premiers (ceux qui donnent au premier receveur), cela évite de recevoir des dizaines de mail et de se « débarrasser » du don rapidement.  Pour les prégnants de la logique de sélectivité, il y a certainement derrière une conception du don différente. Sur quels critères se fonde alors le choix ? Très certainement un ensemble composite :  politesse de la demande, disponibilité du receveur, proximité du receveur par rapport au don, « besoin » apparent du don (qui pourra être argumenté lors de la demande). On notera à ce propos que sur Donnons.org, le receveur est « noté » : un indice est en effet mis à disposition des donneurs pour les aider dans leur choix. Celui-ci comptabilise le nombre de demandes effectuées dans les 30 derniers jours, le nombre d’objets reçus. Il est marqué que cet indice (une note sur 10) peut-être pondéré par les modérateurs : pose de lapins, non politesse, non respect des règles.

Restent à examiner de façon quantitative les types de dons les plus courants (reviennent très régulièrement les machines à laver cassées données à des bricoleurs, les vieux canapés) et les plus demandés, la logique de fonctionnement des sites (publicité ou non ?)… Un prochain billet suivra


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

20 réflexions au sujet de « Consommation responsable, générosité ou débarras à moindres frais, les sites de récup »

  1. Donner au premier est un peu choquant, mais c’est logique.

    Parce que, qu’est-ce qui se passe ? La personne, au bout d’un certain nombre de mois ou d’années, remarque qu’elle n’a pas utilisé un objet. Les objets prenant de la place, et la place étant limitée, cette personne va chercher (en général) à libérer cet espace. Et j’imagine que la suite logique, c’est : elle va essayer de vendre l’objet, ensuite (si ça ne fonctionne pas) elle va peut-être essayer de l’échanger contre autre chose, ou sinon le donner à un membre de sa famille, à un voisin, à une connaissance… et enfin, si personne n’en a voulu jusque-là, elle le donne au premier venu.

    Ou sinon, ça finit à la poubelle !

    1. Donner au premier venu récompense les plus rapides, et peut-être encourage la concurrence entre receveurs. Sur certaines annonces on peut lire « soyez rapides » une formulation explicitant très clairement cette logique. Le don au premier demandeur participe d’une logique de « débarras » : comme vous le dites l’objet embarrasse et l’on souhaite s’en démunir pour faire de la place ou autre, et dans ce cas-là,une logique existante peut-être celle du don au premier demandeur pour s’en débarrasser « au plus vite ».

      1. En imaginant ce que pouvait être la dernière alternative (la poubelle…), je me demande s’il ne pourrait pas y avoir aussi une forme de « chantage » : celui qui, en quelque sorte, refuserait ce don serait responsable de cette mise au rebut. Un peu comme ces histoires d’extrêmement jeunes animaux de compagnie dont les propriétaires souhaitent se séparer : soit quelqu’un les prend, soit c’est « l’euthanasie ».

        Avec, pour conséquence, des personnes se sentant coupables et acceptant le don, prenant l’objet… alors qu’elles n’en ont pas besoin. Avec peut-être, dans certains cas, des personnes qui se mettent à accumuler tout plein de choses dont elles n’ont pas besoin…

        C’est vrai qu’on peut aussi être dans une situation où l’un est content de s’être débarrassé d’un objet et l’autre se sent moins coupable (parce qu’il a évité que quelque chose devienne un déchet)… Tout le monde est content, mais si l’objet ne sert toujours pas… la situation n’est pas tellement mieux qu’au départ (si on a pour objectif d’utiliser au mieux les objets). Est-ce qu’il faut absolument que l’objet soit utilisé au mieux, ou est-ce qu’il s’agit de satisfaire les deux parties (celle qui donne et celle qui récupère) ?

        1. Marcel Mauss (Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, 1924) a conçu le don comme un système comprenant trois moments : donner, recevoir, rendre. Mauss a centré son attention sur cette obligation de rendre. Godbout dans son article de 2006 dans la Revue du Mauss « Le don au-delà de la dette » rappelle qu’on « étudie aussi beaucoup le premier moment : les motivations des donneurs, leurs caractéristiques, etc. tels sont les aspects du don qui nous intéressent quand on étudie le don dans nos sociétés. Tous ces aspects sont reliés au premier moment. Mais le deuxième moment, recevoir, est peu étudié. »

          Il note  » Recevoir est le principal problème dans le don, alors que recevoir va de soi dans les autres systèmes de circulation. Par exemple, recevoir un don peut humilier. Toute l’histoire de la charité, du passage à un système de droit, à l’état-providence, à l’Homo aequalis, se fonde en partie sur cette constatation. Les effets pervers du don sur le receveur sont beaucoup plus importants dans le don que dans les autres systèmes de circulation. »

          Je ne pense pas que le receveur se sente obligé de prendre un objet dont il n’a pas besoin dans une logique de consommation responsable : « il faut que j’accepte le don pour atténuer le consumérisme galopant de la société », s’il stocke en accumulant les dons, c’est certainement plus dans une logique de « j’en aurais besoin plus tard ». Il faut je pense creuser, comme Godbout le signale pour son étude sur les dons d’organes, les deux moments du don : côté donneur et receveur

          1. Après je pense que le système de dons via ces sites se substitue à d’autres systèmes de dons : plutôt que de donner au Secours catholique, à Emmaüs les donneurs peuvent préférer un système « moins impersonnel » (ce sont les propos d’un donneur). Mais cela ne doit pas forcément s’expliquer en termes de rationalisation du don : gain de temps, pas de déplacement car donner implique de recevoir les gens chez soi, ou de convenir d’un rendez-vous et donc de prendre sur son temps pour le mettre en place. Il faut passer l’annonce, répondre aux messages, convenir d’un rdv qui arrange les deux parties.

            Un lien à lire pour compléter http://agora.qc.ca/reftext.nsf/Documents/Don–La_logique_du_don_par_Jacques_T_Godbout

  2. Mais c’est passionnant, tout cela. Je ne connaissais ni l’un ni l’autre site. Finalement, quelle que soit la motivation réelle du don (pour faire simple et schématique, que ce soit « par intérêt » ou « pour le plaisir de donner à qui est dans le besoin »), on ne peut certainement pas nier que l’un des objectifs majeurs prônés par ces sites soit au moins en partie réalisé : lester d’un « contre-poids » les logiques capitalistes. Cela me fait penser à un livre d’I.Stengers : « Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient » où sont valorisées ces démarches de contre-poids fondées sur une « communauté » ou un « réseau »- ici les utilisateurs d’un site – même si elles ne sont jamais univoques dans leurs intentions. Et en ce sens on peut déplorer certains aspects de cette logique de don un peu étrange, n’empêche, ces sites resteront toujours dans une position plus… intéressante, si je peux me permettre le jugement de valeur, qu’ebay, par exemple.
    J’ai hâte de lire la suite de tes recherches. C’est fou cette logique de « note » du « receveur »… Je n’avais jamais pensé à ce genre de choses, et cela soulève une foule de questions (sur le don en général), alors merci !

    1. En ce qui concerne la notation du receveur, il faut que je m’entretienne avec le concepteur du site… Après discussion avec une modératrice, je sais que cela sert au donneur à arbitrer entre plusieurs receveurs potentiels : celui qui demande le moins ? Comme l’administration peut baisser la note des receveurs, en prenant en compte les informations que leur font remonter les donneurs (il demande tout et ne vient jamais, ou il revend les dons… (j’imagine)), cela accroit la logique de sélectivité

  3. Article très intéressant, belle analyse mais une question me vient à l’esprit pourquoi tant de publicité sur un site qui dit lutter contre la surconsommation?
    Sur l’autre site, pas de publicité et un forum qui permet aux utilisateurs de s’exprimer. c’est d’ailleurs intéressant de le parcourir car on voit ainsi les motivations de certains donneurs et des discussions entre différents courants…certains donnent pour se débarrasser, d’autres ont l’impression d’accomplir un acte « sociale ».
    On observe à la lecture que certains donnent ou récupèrent par souci d’écologie, que d’autres ne comprennent pas les dons hors service…
    En tout cas, pour ma part je ne pense pas que les sites de dons sur intenet se substituent à Emmaüs ou aux autres associations mais ces sites sont plutôt un complément.
    j’ai déjà donner sur http://www.recupe.net et c’était des choses que Emmaüs ne voulait pas venir chercher mais qui ne méritait pas la décharge pour autant…Du coup ma table de salon a pu trouver une seconde vie chez une étudiante car après ponçage et peinture, elle sera comme neuve.
    J’ai aussi donner des livres et vêtements…si peu nombreux que je n’aurai pas pris le temps de les apporter à une association…alors que par le biais de recupe.net je les ai tout simplement posté après réception des frais de port.
    Je connais aussi donnons mais j’ai vite arrêté de le fréquenté parce que ma note me semblait bien aléatoire…et puis ce site était trop « bling-bling » pour moi.
    Je n’aime pas l’idée de classement des meilleurs donneurs et des notes. Nous sommes des adultes responsables et nous ne sommes pas là pour être valorisés parce que meilleur donneur de notre ville.
    Je n’aime pas non plus le livre d’or où les messages sont filtrés…
    Je trouve dommage de laisser en ligne des annonces réservées ou attribuées. A quoi cela sert il?

    J’aime la simplicité d’utilisation de http://www.recupe.net car même ma grand mère arrive à s’en servir (pas d’inscription, pas de lien inutile, un don en trois clics).
    J’apprécie la liberté d’expression par le forum ainsi que les trucs, astuces et discussions qui en découlent.
    J’aime l’absence de publicité sur recupe.net car pour moi qui donne ou récupère pour lutter contre le gaspillage, j’apprécie ce non appel à la consommation.

    Voilà mon avis d’utilisatrice…Après c’est à vous de juger, chacun se retrouve ou peut trouver son « bonheur » sur l’un ou l’autre.

    1. Je vous remercie d’avoir pris le temps de laisser votre avis. Effectivement les deux sites recupe et donnons.org fonctionnent différemment notamment du point de vue de la publicité, ce que je souhaitais mettre en évidence dans un prochain billet. Sur le site de recupe aucune publicité, sur donnons.org, par contre tout un service de mises en place de bannières publicitaires pour les annonceurs est créé. Vous faites d’ailleurs bien de noter que le non-appel à la consommation est tempéré (ce qui constitue un paradoxe) par la présence de publicité invitant elle très notablement aux achats. La page de donnons.org est entremêlée de deux ou trois bandeaux publicitaires, où les annonceurs peuvent cibler le région, la page sur laquelle doit apparaître leur publicité selon les biens donnés.

      Lorsque je disais que les sites de dons sur internet se substituent à Emmaüs ou aux autres associations je citais une personne que j’ai rencontré qui m’en dit cela.
      Le système de classement des donneurs reste en effet opaque : apparemment la note baisse lorsqu’on demande beaucoup, mais je ne connais pas le rôle exact des modérateurs sur cette note.

      Je vais aller voir de plus près le forum dont vous parlez, que je n’ai pas encore consulté…
      merci encore pour toutes ces informations précieuses

      Frédérique

  4. Bonjour Frédérique (et Mélia),

    pardonnez-moi le contenu un peu brouillon de mon commentaire.

    En lisant votre article et le commentaire de Mélia, il m’est venu un drôle de réflexe à propos des deux sites en question : j’ai fait une sorte de début d’association d’idées sur leur nom.

    Avec Recupe: c’est « jeter » qui est venu le premier, avec Donnons, c’est charité… bien ordonnée.

    Puis il m’a semblé que Recupe centrait sur le receveur (ou peut-être plutôt sur l’objet: ce qui est jeté n’appartient plus à qui l’a jeté), alors que Donnons centrerait sur le donateur et lui assurerait en quelque sorte un retour (connaissance « comptabilisée » du receveur).

    Du coup, je ne suis pas surpris que Récupe ne demande pas d’inscription et ne trace ni le donateur, ni le receveur.

    Et enfin Recupe.net associe humoristiquement (involontairement ?) deux mots qui se complètent bien: Je récupère et fait place nette. Donnons.org se présente comme une organisation, et se montre donc bien organisée (bling bling y compris).

    Derrière deux sites ayant la même vocation, il y a peut-être deux philosophies bien distinctes, deux moyens qui au final se conjuguent pour toucher un public plus vaste.
    Voilà. Je n’abuse pas plus de votre amabilité. Merci de m’avoir lu.
    Philippe.

    1. Bonjour et merci de votre intérêt pour mon article ! Je pense que vous pointez une différence importante entre les deux : quelle place a le receveur ? Doit-on comptabiliser les dons qu’il a reçu, et en retour gratifier le donneur , ou doit-on comme chez Recupe gommer toute trace du donneur et du receveur.
      Deuxièmement, le site Donnons.org a plus l’air d’une organisation : il faut savoir que son créateur a d’abord créé Vide.grenier.org, que les annonces de Donnons.org se retrouvent également affichées sur ce dernier. L’organisation est plus solide : les modérateurs peuvent vous appeler pour contrôler les dons que vous faites….
      A suivre donc

  5. « les modérateurs peuvent vous appeler pour contrôler les dons que vous faites…. » Chez recupe.net aussi, vous pouvez être contacté par mail si nécessaire. Une fois, j’ai fait un don de lait bébé et on m’a contacté pour me demander de préciser la date de péremption….
    après comme il n’y a pas d’inscription, les modérateurs n’ont pas de coordonnées enregistrées mais je pense bien qu’ils peuvent si nécessaire vous contacter par votre mail ou via votre don si nécessaire. Pourquoi ne pas contacter Xavier, l’administrateur de recupe.net, afin qu’il vous expose plus clairement le rôle de la modération, sa vision du don…etc. je pense qu’il se ferait un plaisir de vous répondre.
    Quant à l’analyse de Philippe, elle es très juste et je n’y avait jamais réfléchis ainsi. merci de nous faire partager vos idées.

    1. Merci pour cette précision, je vais en effet contacter les responsables des deux sites pour en discuter avec eux

  6. Bonjour Frederique, Melia et les autres.

    Webmaster du site Recupe.net, je tombe par hasard sur votre article en consultant les statistiques de Recupe.
    Je trouve les analyses fort pertinentes et c’est d’ailleurs la page la plus intelligente que j’ai lu jusque là sur les sites de dons…

    Melia touche du doigt la différence fondamentale entre Recupe et Donnons : la publicité.

    Recupe, qui existe depuis 2001, existe par engagement, conviction.
    Il lutte/tente de lutter contre la sur-consommation et la mode du tout jetable.
    Dans cette optique, et afin de rester pédagogique et cohérent avec le discours et l’engagement, nous ne pouvons accepter les bannieres de pub traditionnelles, poussant à une consommation toujours plus débile et croissante.

    Donnons, arrivé en 2004, s’est positionné sur ce creneau, de plus en plus tendance et juteux, et vit sans scrupule des gains générés par les liens publicitaires.
    Les motivations sont donc radicalement différentes…

    Ceci dit, 9 ans apres les débuts de Recupe, je ne peux que constater l’échec de mes ambitions initiales en terme de pédagogie : 95 % des utilisateurs (Bravo à Mélia qui fait partie des 5% restant) se contrefichent de l’absence de pub sur Recupe et son omni-présence sur Donnons.
    Le paradoxe total, sur Donnons, entre la publicité et la mise en valeur d’une phrase tendance style « développement durable et réduction des déchets » ne choque personne, et notre position radicale anti-pub, nous empêche seulement de nous donner les moyens de nous développer autant que Donnons et de montrer qu’il existe d’autres modes de consommation.

    La reflexion de Philippe est également pertinente.
    Pour info, le slogan initial de Recupe aurait pû être : « Faites place nette avec Recupe.net ». :o)
    Plus serieusement, la démarche de Recupe s’inscrit dans une démarche plus générale de respect de l’utilisateur, de confidentialité et de non traçage de toute la vie du donneur ou du demandeur.
    Ce mode laisse sa chance au plus faible de récupérer néanmoins quelque chose, même s’il a pu déjà récuperer, voire avoir un mauvais contact avec un donneur.
    Ceci dit, la modération est tres présente et est dotée d’outils puissants, nous permettant d’exclure les personnes qui abusent trop.
    Pour compléter l’analyse des termes de Philippe, Recupe repose sur son slogan : « Donner au lieu de Jeter ».
    Nous ne sommes pas là dans la charité ou la générosité, nous sommes là dans une démarche de bon-sens afin de préserver la planète.
    Le reste n’est que flatterie et discours mercantile…

    Le temps me manque pour developper davantage, mais il y a encore fort à dire et je serai ravi de m’entretenir avec Frederique.

    Xavier
    Webmaster de Recupe.net

    1. Bonjour et merci de participer à cette discussion, puisqu’il s’agit vraiment de discussion désormais, les commentaires ayant dépassé le billet ! Je serais ravie de discuter avec vous et vous recontacterai d’ici quelque temps, lorsque j’aurai un peu avancé…

  7. Bonsoir,

    Il est rare de voir et lire un article aussi intéressant, comparatif, argumenté, ainsi que les commentaires passionnés et tout autant passionnants. Donc un grand merci Frédérique.

    Je connais mieux le site de Donnons.org que celui de Recupe.net.
    J’en suis satisfaite et le recommande assez fréquemment autour de moi.

    Je pense que les deux doivent être complémentaires, en parallèle, et dans une saine concurrence, mais c’est peut-être utopique.

    En tout cas la publicité ciblée sur Donnons.org perso je la trouve plutôt belle dans l’ensemble. un ami m’a dit qu’il n’était pas non plus gêné par leur publicité, lui il dispose d’un système (logiciel ?) anti-publicité donc il ne peut la voir.

    Je ne sais pas ce que des utilisateurs de Recupe.net peuvent dire du site, mais je trouve qu’il y a une forme de lien social, de petit \réseau\ informel qui crée un plus sur Donnons.org et ça j’adore l’idée.

    Non à la surconsommation, non à l’excès de bannières publicitaires et oui à toutes les formes associatives ou non de recyclage, de dons, d’entraide et de générosité sur fond de convivialité.

    Merci aux intervenants de la qualité des propos, pourvu que ça dure !
    Frédérique je serais ravie de discuter au téléphone avec vous en tant que donneuse et receveuse de longue date en Ile de France, au cas ou.

    Vivent les sites de dons sérieux sur Internet ou ailleurs !

    1. Bonjour et merci ! Dans un prochain billet je vous parlerai de Freecycle si vous trouvez qu’il y a un esprit communautaire sur Donnons.org, vous ne serez pas déçue par Freecycle qui est véritablement un réseau social. Fonctionnant sur la base d’un groupe google auquel tout le monde peut solliciter son inscription, chacun reçoit par mail (ou consulte sur le site de sa ville) les offres : la teneur des messages y est différente. Là aussi les gens se connaissent au fur et à mesure. Il est vrai que sur Donnons.org les pseudos et l’ajout de photos pour certains permet de les connaître assez rapidement. « Ah tiens c’est encore untel qui donne ! »
      Je serais ravie de discuter avec vous, je reprendrai contact avec vous si vous le permettez…

  8. Agréable après-midi à tous les participants de ce site ,

    Premièrement, permettez-moi de vous montrer ma gratitude pour chacune des très « à propos » connaissances que j’ai découvertes sur cet impressionnant site web .

    Je ne suis pas assuree d’être au bon endroit mais je n’en ai pas trouvé de meilleur.

    Je viens de Hill, États-Unis. J’ai 33 ans et j’élève 6 agréables enfants qui sont tous âgés entre 6 ou 15 ans (1 est adopté). J’aime énormément beaucoup les animaux domestiques et je fais de mon mieux de leur donner les marchandises qui leur rendent l’existance plus festive .

    Je vous remercie dès ce jour pour toutes les très intéressantes débats à venir et je vous remercie de votre compassion pour mon français moins que parfait: ma langue de naissance est le vietnamien et j’essaie d’apprendre mais c’est très compliqué !

    Au plaisir!

    Arthru

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.