Injonctions : manger sainement, bouger, séduire

Je n’arrête pas de répéter à mes étudiants que les messages nutritionnels sont inégalement reçus, perçus et mis en application suivant les classes sociales. Concernant les pratiques alimentaires, le désormais célèbre « Manger 5 fruits et légumes par jour » constitue la « rhétorique nutritionnelle d’Etat »1 la plus diffusée aujourd’hui.  Elle participe  de la diffusion de normes de bonne conduite en matière d’hygiène de vie, qui englobent le rapport au corps (que l’on veut mince, ferme, tonique), la pratique du sport devant être associée à des pratiques alimentaires saines et diversifiées.  La récente campagne d’affichage (sur Lyon tout au moins) mettant en scène les fameuses « 30 minutes de marche par jour » 2 contribue à véhiculer un ensemble de normes et de valeurs étiquetées « socialement bonnes pour la santé ».  Mais il faut voir que cette ligne de conduite est thématisée en fonction du genre et de l’âge des publics visés : l’affiche représentant une jeune femme met en scène des temps de marche vers des espaces genrés, à elle le coiffeur, le cinéma…

Quid de la réception des normes diffusées par ces affiches ? Faustine Régnier montre dans un article récent de la Revue française de sociologie « Obésité, goûts et consommation. Intégration des normes d’alimentation et appartenance sociale » que les normes d’alimentation et de corpulence sont inégalement intériorisées et mises en pratiques.  Il faudrait analyser les réceptions de ces campagnes et mesurer leurs « effets réels » de ces injonctions .

Pour élargir cette réflexion, j’en viens à ce qui a impulsé l’écriture de ce post. Depuis quelque temps se développent des sites d’achats groupés en ligne3. Ce matin, le « deal » proposé par la grande enseigne d’achats groupés du moment, dont je tairais ici le nom, propose aux femmes des « cours d’effeuillage ».  Il s’agit d’apprendre aux femmes à maîtriser « l’art délicat et sensuel de l’Effeuillage ». J’y vois un indice de l’injonction à séduire qui est faite aux femmes dans la société, qui recoupe les injonctions à jouir et à maitriser sa sexualité, largement véhiculées dans la presse féminine.  On trouvera cette idée thématisée dans l’article-entretien avec Catherine Millot  » L’injonction à la jouissance. Histoire d’une libération entre désir et loi.  » (Revue Mouvements, 2002)

Autre injonction contemporaine : l’allaitement. On ira lire avec profit l’article de Séverine Gojard dans la revue Spirale et le billet que je lui avais consacré.

On remarquera que ces injonctions ont en commun d’être définies à l’extérieur de l’individu, on retrouve la définition du fait social de Durkheim : il consiste en des manières d’agir, de penser et de sentir, extérieures à l’individu, et qui sont doués d’un pouvoir de coercition en vertu duquel ils s’imposent à lui. La contrainte prend place dans un dispositif extérieur (la publicité, la norme sociale…), se pose alors la question des dispositions qui amènent à percevoir cette contrainte comme une contrainte (quels sont les ressorts individuels de la lecture de ces discours en contrainte ?)

A suivre…

  1. L’expression est de moi []
  2. Les affiches s’évertuent à montrer que marcher 30 minutes par jour n’est pas difficile : 5 minutes pour aller à la gare, chez le coiffeur, 3 minutes pour aller à la boulangerie, 10 minutes pour aller au cinéma… []
  3. Il s’agit de négocier des tarifs réduits sur des prestations (restaurant, coiffure, massages…) vendues à un grand nombre de personnes []

15 réflexions au sujet de « Injonctions : manger sainement, bouger, séduire »

  1. Les fameuses affiches sur la marche à pied sont aussi partout à Paris, et je les ai même aperçu sur la ligne de train qui me conduit à mon lycée normand. Je m’étais fait en gros la même réflexion : est-ce qu’on est obligé de s’adresser aux gens comme à des stéréotypes ? Je me demande si des affiches un peu moins caricaturales seraient plus ou moins efficaces.

  2. Pourquoi mettre des liens vers des articles inaccessibles au simple internaute ? Planquez les dans vos notes en bas de page et/ou signalez à vos lecteurs qu’ils devront sortir la fraiche pour les lire.

      1. Bonjour, oui effectivement l’article avec Catherine Millot est inaccessible. Si vous proposez si gentiment de l’envoyer, je suis preneur! Merci beaucoup!

        Benjamin Hainaut

  3. Si cela n’a pas changé, la dernière fois que j’ai mis les pieds dans une maternité (il y a environ 7 ans), les manuels et brochures d’allaitements étaient edités par… Nestlé. Autant te dire qu’il y avait dedans tout ce qu’il fallait pour que tu rates ton allaitement et retourne vers le biberon, l’eau en bouteille et les produits de l’industrie. Même les sages femmes et les puericultrices te foutaient la pression pour abandonner cette pratique « barbare » qu’est l’allaitement. Donc je suis ok pour 90% de cet article, mais l’injonction à l’allaitement non, ou alors c’est vraiment récent.

  4. Encourager la marche à pied dans un Paris saturé de pollution, c’est plutôt une forme d’atteinte à l’intégrité d’autrui.

  5. Je confirme, en tant que femme en âge et en désir de procréer et donc sensible au sujet, l’injonction à l’allaitement est bien présente, soutenue par le modèle bio-nature(-un peu bobo), et en tant que cheval de Troie du retour de la femme active au foyer d’après E. Badinter (pour résumer sa thèse, qui est assez incomplète tout de même d’après ce que j’ai compris du débat).
    Je me rends bien compte qu’une pensée fugace de réprobation me traverse moi-même l’esprit quand une jeune maman de mon entourage dit qu’elle n’allaite pas. Heureusement je sais que cette pensée ne vient pas vraiment de moi mais est influencée, notamment par la propagande anti-lait de vache qui marche aussi bien que la propagande pro-lait de vache, ce que je trouve plus sain que la voix unique finalement, même si on ne comprend plus rien…
    (PS : ce captcha est horrible, des solutions existent 🙂

  6. Comme d’habitude en ce qui concerne les femmes, l’injonction à allaiter cohabite avec une situation où tout est fait pour le leur rendre sinon impossible, du moins très difficile (durée du congé maternité, horaires de travail, etc…). Badinter feint de ne voir que la première partie du double lien, normal, vu les rapports qu’elle entretient avec les fabricants de lait en poudre.

    Dans une maternité que je connais existe le fameux « tour de lait » où plusieurs labos, à tour de rôle, se partagent le privilège de fournir leur lait aux nouveaux nés. Une association ad hoc reçoit des « dons » (???) liés à cette pratique, tant par naissance. Récemment, la somme versée par les labos a été nettement diminuée. Motif? le pourcentage d’allaitement maternel est trop élevé à leur goût dans cette maternité.

    Et Badinter, qui connaît tout cela mieux que moi, ose nous parler d’injonction à allaiter!

  7. Je n’arrête pas de répéter à mes étudiants que les « messages » sur la voie publique sont des communiqués de police: rappel à la loi. Tantôt loi du marché, tantôt loi d’hygiène et de sécurité, tantôt loi morale avec le Bien et le Mal en parcours fléché.
    L’allaitement? Rappel à la loi! Bouger? Manger? Pareil, c’est du marché, de l’hygiène et de la sécurité, avec un socle profondément normalisateur. Voilà pour la police de nos conduites: rien d’excitant dans toutes ces nouvelles manies.
    Séduire? Quelle injonction? Injonction ça se reconnaît au fait qu’on est pas là pour plaisanter avec. C’est grave, une injonction, c’est du sérieux, c’est du lourd et c’est plein d’un tas de bonnes raisons. Le contraire de la séduction. Donc, non, il n’y a pas d’injonction de séduire, c’est une baliverne de sous-sociologie.

    1. Qui dit injonction ne dit pas loi, mais les normes sociales n’ont-elles pas un puissant effet de normalisation ? Il s’agit bien ici de  » normes  » sociales : leur non respect a pour conséquences des regards moralisateurs, des  » sentences  » qui prennent la forme d’attitude de réprobations, mais aussi de déni. Lisez Goffman Stigmates. Que faites-vous des « injonctions morales » ?
      Quant à la séduction, bien sûr qu’il n’est pas question de loi, mais les magazines féminins prêchent des bonnes attitudes à avoir, à grands renforts de citations de femmes « libérées ». Il faut bien voir que les attitudes sexuelles sont le résultat de constructions sociales et historiques : il me semble (mais je peux me montrer) qu’un discours émerge incite les femmes et les hommes à vivre leur sexualité de façon libérée, autonome…. Je dis « injonction » pour signifier comportement socialement valorisé aujourd’hui dans les magazines féminins, comme le sont les régimes vantés dans ces mêmes magazines.

      1. Oui, Frédérique, sur le fond je partage votre lecture et vos analyses sur les normes d’aujourd’hui: manger, bouger, allaiter, jouir, c’est devenu « hénaurme »! (Ma bourrade précédente était de détail.)
        Le système de la mode est évidemment un tissu d’injonctions, d’impératifs explicites (préférer l’infinitif), de types formateurs (faut-il parler d’idéal- ou de stéréo-types pour ces formes dominantes, ressassées, consensuelles?) et de standardisations itératives: manger comme il faut, bouger, allaiter, procréer, travailler, jouir comme on vous le dit et comme on vous le répète. Et si vous dérogez à la norme, votre voisin(e), votre collègue ou votre cousin(e) pensera de vous in petto: « peut pas faire comme tout le monde? » ou à peu près.
        L’injonction est simple à reconnaître: c’est un coup de force, avec parfois beaucoup de velours autour du fer, ce qui la ne rend pas plus érotique pour autant.

  8. Le lien de l’article :

    L’injonction à la jouissance. Histoire d’une libération entre désir et loi.
    Entretien avec Catherine Millot[*] [*] Psychanalyste et écrivain. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.