Entre maximisation et militantisme, récupérer des objets d’occasion sur internet

Depuis presque deux ans, nous menons une recherche sur les usagers des sites de dons d’objets que sont donnons.org, recupe.net et le réseau freecycle[1]. Nous nous demandons qui sont les utilisateurs de ces sites et analysons les finalités et modalités variées par lesquels ils les utilisent[2].

Photo sous licence Creative Commons zigazou76

La récupération d’objets usagés est une pratique partagée par des individus aux origines sociales diverses dont les discours, les engagements et les pratiques diffèrent grandement. La recherche empirique que nous avons menée conduit à souligner la portée ambivalente de cette pratique : elle est pour certains un moyen de s’insérer dans la société de consommation, quand elle est investie par d’autres d’une portée contestatrice. Notre objet permet de reposer la question de la mobilisation des consommateurs et par là s’inscrit à la croisée de la sociologie de la consommation et de la sociologie des mouvements sociaux. La « récup’ » est une forme de « consommation engagée »[3], critique, dont la particularité est de s’exprimer à travers des formes non marchandes de consommation. Pensés comme offrant une voie alternative à la consommation marchande, les sites de dons permettent aux acteurs de pointer les limites du modèle de consommation traditionnel et de valoriser les à-côtés possibles du système. Par leurs actions individuelles de récupération, les individus invitent à repenser les modes de consommation, que ce soit pour prolonger la société de consommation, la contester de l’intérieur ou s’en extraire.

 Si l’on peut penser a priori que les récupérateurs sont exclusivement des personnes dans le besoin, à qui les dons permettent de faire des économies pour pourvoir à d’autres dépenses (on trouve beaucoup de familles monoparentales, chômeurs, étudiants, jeunes couples), notre enquête, menée par observation participante sur la région Rhône-Alpes[4], entretiens et questionnaire, permet de montrer qu’elles ne sont pas les seules utilisatrices des sites. Nous avons isolé deux logiques dominantes d’utilisations des sites de dons. Nous opposons les personnes qui utilisent les sites de dons comme un moyen de consommer plus, que nous appelons « consommateurs », aux « recycleurs ».

 Qu’ils soient « maximisateurs » ou « modérés », les consommateurs utilisent les sites de dons pour « faire des affaires », obtenir des objets gratuitement et ne valorisent qu’à la marge l’alternative au modèle consumériste que cette pratique pourrait représenter. Les « maximisateurs » se différencient des autres utilisateurs des sites de dons par le temps qu’ils y consacrent et le nombre de dons récupérés. L’excitation et le plaisir de « tenter sa chance » pour de nombreux dons[6] se manifeste par des demandes nombreuses et répétées : même si (ou peut-être parce qu’ils) en ont les moyens, l’acte de récupérer possède une saveur particulière à leur yeux, celle de la braconne (De Certeau, 1990) et du détournement. Souvent experts des sites de récupération, ils savent prédire ce qui est très demandé, ce qui part vite et ce qui ne l’est pas. Ils chinent sur les sites de dons et développent à cet égard des techniques pour récupérer le maximum de dons ou les dons les plus intéressants.

 A l’inverse, les « recycleurs » cherchent par ces sites à lutter contre le gaspillage. Ils se partagent entre les « récupérateurs » et les « militants », qui sont inégalement contestataires et/ou investis dans la cause écologiste. Les « récupérateurs » sont particulièrement sensibles au fait de redonner une seconde vie aux objets jetés, ils n’acceptent pas le gaspillage que produit la société de consommation. Les pratiques contestatrices de ces personnes restent cependant des « pratiques contestatrices en amateur», dans la mesure où même si la « résistance au système du tout marchand » selon les mots d’une enquêtée se vit au quotidien, elle s’accommode de contradictions, et ne débouche pas sur du militantisme.

A l’inverse, ceux que nous appelons les « militants » se distinguent des récupérateurs par leurs engagements associatifs, qui priment dans leur identité sociale. Ils se définissent volontiers comme des consommateurs alternatifs, qui promeuvent par la consommation une « autre idée de la société ». Les sites de dons sont pour eux un support de diffusion de leurs idéaux et autres engagements collectifs ; la dimension de critique sociale est valorisée et stimulante. Il s’agit pour les « recycleurs » d’opérer une rupture avec l’idée même de consommation en remettant en cause l’idée de paiement.


[1] Espaces de mise en relation entre des personnes qui souhaitent se débarrasser d’objets avec ceux qui les demandent, ces sites connaissent une fréquentation croissante.

[2] Un article devrait bientôt paraître dans un ouvrage collectif publié chez L’Harmattan. Nous nous centrons ici uniquement sur les receveurs et non pas sur les donneurs.

[3] Sophie Dubuisson-Quellier, La consommation engagée, Presses de Sciences Po, collection « Contester », 2009

[4] Nous avons réalisé plus de deux cent dons et en avons récupéré une cinquantaine.

[5] Le questionnaire diffusé sur Internet et construit sur Limesurvey est actuellement encore en cours de diffusion, nous avons à ce jour 1039 réponses complètes pour 1268 répondants.

[6] Le consommateur se rapproche de l’Homo ludens défini par Huizinga J, 1988.


4 réflexions au sujet de « Entre maximisation et militantisme, récupérer des objets d’occasion sur internet »

  1. Le livre « The Scavengers Manifesto » décrit très bien tous les profils de « recycleurs » pour ceux qui souhaitent aller plus loi.

    Un livre passionnant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.