Comment les fumeurs pauvres justifient-ils leur tabagisme ?

Ne vous-êtes vous jamais demandé, vous qui n’êtes pas fumeur, pourquoi tous les accros de la cigarette, continuaient malgré la hausse du prix de vente de celle-ci, à risquer leur vie, comme l’indique clairement le slogan sur le paquet « Fumer tue » ou bien encore à alléger considérablement leur porte-monnaie. Oui, moi, non fumeuse, je me dis que fumer coûte cher et que c’est autant d’économies que je réalise ainsi. Et bien voilà, j’ai trouvé la réponse à ma question dans un article de Patrick Peretti-Watel et de Jean Constance, de février 2009 dans la revue Déviance et Société, article intitulé « Comment les fumeurs pauvres justifient-ils leur pratique et jugent-ils la prévention ? ».

Le tabagisme est défini comme une conduite à risque pour la santé publique, et comme une conduite déviante pour les sociologues. Si les campagnes de prévention ont fait reculer le nombre de fumeurs, les catégories les plus défavorisées et les moins diplômées n’ont pas réduit leur consommation de tabac. « En France, entre 2000 et 2007, parmi les cadres supérieurs en emploi, la proportion de fumeurs est passée de 36% à 23% (soit une baisse de plus d’un tiers), parmi les ouvriers en emploi cette proportion est passée de 44% à 35% (baisse d’un cinquième), tandis qu’elle est restée quasi-identique parmi les chômeurs » (45% en 2000,44% en 2007) (Peretti-Watel et al., « Poverty as a smoking trap », International Journal of Drug Policy, p 230-236.2009). À partir des résultats issus d’une enquête qualitative réalisée auprès de fumeurs pauvres, l’article « Comment les fumeurs pauvres justifient-ils leur pratique et jugent-ils la prévention ? » tente de comprendre les justifications des fumeurs pauvres[1].

Il apparaît au vu des entretiens réalisés par les deux auteurs que pour nombre de fumeurs pauvres, le tabac est considéré comme une drogue, dont ils sont fortement dépendants, dépendance qui transparait dans les pratiques qu’ils développent pour se procurer, malgré leur prix, des cigarettes : se priver d’autres choses, mendier des cigarettes, voire ramasser des mégots. S’ils se savent et se reconnaissant dépendants de la cigarette, ils lui reconnaissant cependant de nombreux bienfaits : la cigarette satisfait des besoins essentiels, souvent liés à leur pauvreté : « ls en ont besoin pour gérer leur stress, pour s’accorder un moment de bonheur, pour combler le vide d’une existence à la fois sans travail et sans les ressources nécessaires pour profiter de leur « temps libre », pour se sentir moins seul… » S’ils n’ignorent pas les conséquences à long terme d’un tabagisme excessif, ces fumeurs relativisent les risques en mettant en relief les risques concurrents (arrêter de fumer, c’est s’exposer à une prise de poids, à une dépression, à une humeur massacrante…) ou en considérant dans son sens plein la notion de risque (risque parmi d’autre et comme tel soumis à un aléa).

Le cadre théorique fourmi par la sociologie de la déviance[2] permet aux auteurs de comprendre les justifications des fumeurs comme des « techniques de neutralisation » qui structurent leur « carrière morale » de déviants. Ayant pour la plupart tous commencé à fumer, avant que cette pratique ne devienne l’objet d’une « dénormalisation » à travers la lutte anti-tabac, ces fumeurs ont vu naître l’étiquetage (au sens beckerien) dont ils sont l’objet. Ils pratiquent « l’accusation des accusateurs »[3] en critiquant fortement la lutte anti-tabac. « De nombreux fumeurs interrogés dénoncent l’hypocrisie d’un État qui pointe les dangers du tabac, chasse les fumeurs de l’espace public, mais continue « à s’en mettre plein les poches » »

Si la spécificité de cet article est de s’interroger sur les justifications données par les fumeurs pauvres, il est heuristique dans un second temps de se demander si les justifications de ces fumeurs pauvres se différencient de celles qu’auraient pu donner des fumeurs, issus d’autres milieux sociaux moins défavorisés. L’enquête menée ne permet pas de répondre, mais les auteurs proposent un certain nombre d’éléments de réflexion. Les propos des fumeurs pauvres semblent en effet relever d’une forme d’adhésion à la culture ouvrière, caractérisée par une forte préférence pour le présent, qui valorise les plaisirs immédiats au détriment du long terme, et une défiance à l’égard des autorités.


[1] Dans cette étude, sont définis comme pauvres, selon la définition sociologique de la pauvreté initialement proposée par Georg Simmel, ceux qui reçoivent une aide matérielle de la collectivité. Parmi les 31 personnes interrogées, on compte 13 femmes et 18 hommes ; 21 sont au chômage, 6 en emplois et 4 inactives ; 7 ont moins de 30 ans, 12 sont âgées de 30 à 50 ans, et 12 ont plus de 50 ans.

[2] Notamment celui fourni par les analyses de Sykes et Matza en 1957 dans l’article « Techniques of Neutralization : A Theory of Delinquency », American Sociological Review, 22, p 664-670 et Becker en 1963 dans Outsiders, New York, The Free Press.

[3] Le déviant contre-attaque pour disqualifier ceux qui l’étiquettent comme tel, en leur reprochant à son tour des actes répréhensibles.


Publié par

Frédérique Giraud

Agrégée de SES, doctorante en sociologie, allocataire-monitrice à l'ENS de Lyon

2 réflexions au sujet de « Comment les fumeurs pauvres justifient-ils leur tabagisme ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.