Saké et cohésion sociale au Japon

Jane Cobbi, « Goût du saké, coût de la cohésion sociale », in La sociabilité à table. Commensalité et convivialité à travers les âges. Actes du colloque de Rouen, publications de l’université de Rouen n °178, 1992

La société japonaise, si elle présente la caractéristique d’être complètement exotique pour nous, est aussi pour cela un formidable terrain d’observation ethnologique. Au Japon la sociabilité se trouve liée, à des degrés divers, aux pratiques alimentaires dans principalement trois domaines : les repas, les dons en nourriture, la consommation de saké. Les pratiques de consommation qui reposent sur le saké sont chargées d’assurer la cohésion sociale. Fait de riz fermenté, le saké ne se consomme pas avec le riz, et à ce titre il ne fait pas partie intégrante du repas. Le riz n’est en principe associé à aucune boisson alcoolisée, et s’il arrive que vin, bière, ou saké soient servis dans le cadre d’un repas, en ce cas la boisson alcoolisée se prend au tout début, et le riz tout à la fin du repas. Riz et saké ne font donc pas l’objet d’une consommation simultanée, mais d’une consommation en séquences distinctes, successives (à une même table) ou indépendantes (en des lieux séparés).

Le saké a aussi un statut bien distinct de l’autre boisson traditionnelle qu’est le thé. Pour accompagner le riz ou terminer un repas, on boit du thé vert; le thé est la boisson la plus courante, consommée quotidiennement et à toute heure. Servi en signe de bienvenue, à tout visiteur, dans les bureaux et les lieux publics, le thé est aussi un facteur de repos, et à ce titre généralement associé aux pauses dans le travail. Le thé est en outre associé aux rites funéraires et aux cultes bouddhiques en général; chargé de ce sens symbolique, il se trouve exclu par exemple des entrevues de mariage. La boisson gaie, festive par excellence, est le saké, qui accompagne toute célébration joyeuse. Continuer la lecture de Saké et cohésion sociale au Japon